(ANGLAIS) Avancement de l'activité de production chimique aux États-Unis

Publié le 20 août 2015

WASHINGTON (August 19, 2015) – According to the American Chemistry Council (ACC), the U.S. Chemical Production Regional Index (U.S. CPRI) rose by 0.3 percent in July, following a revised 0.2 percent gain in June and flat growth over the March to May period.

Over the same period, chemical production by segment was mixed. There were gains in the output of organic chemicals, inorganic chemicals, synthetic rubber, plastic resins, agricultural chemicals and pharmaceuticals. These gains were offset, however, by declines in the production of industrial gases, consumer products, coatings, manufactured fibers, and other specialties.

 

Nearly all manufactured goods are produced using chemistry in some form or another. Thus, manufacturing activity is an important indicator for chemical production. On a three-month-moving average basis, manufacturing activity edged higher by 0.2 percent in July, following gains in May and June.  Production expanded in several chemistry-intensive manufacturing industries, including motor vehicles, construction supplies, computers, plastic products, and furniture.

Compared to July 2014, U.S. chemical production was ahead by 3.7 percent on a year-over-year basis, a weakening trend. Chemical production remained ahead of year ago levels in all regions.

 

The chemistry industry is one of the largest industries in the United States, an $801 billion enterprise. The manufacturing sector is the largest consumer of chemical products, and 96 percent of manufactured goods are touched by chemistry. The U.S. CPRI was developed to track chemical production activity in seven regions of the United States. The U.S. CPRI is based on information from the Federal Reserve, and as such, includes monthly revisions as published by the Federal Reserve. To smooth month-to-month fluctuations, the U.S. CPRI is measured using a three-month moving average. Thus, the reading in July reflects production activity during May, June, and July.

American Chemistry Council, 2015

[En ligne] http://www.americanchemistry.com/Media/PressReleasesTranscripts/ACC-news-releases/US-Chemical-Production-Activity-Advanced-in-July.html

Des catalyseurs verts et abordables au potentiel énorme pour l'industrie mis au point à l'Université Laval

Publié le 20 août 2015

Des chercheurs de l’Université Laval ont effectué une percée remarquable en chimie organique en développant des molécules peu coûteuses et écologiques capables de remplacer les métaux précieux dans la transformation catalytique des liens C-H, un procédé ultra-répandu dans l’industrie. Cette découverte, dont les résultats sont publiés dans la prestigieuse revue Science, ouvre la voie à une toute nouvelle génération de catalyseurs hautement performants, bon marché et moins polluants.

La chimie organique moderne repose en bonne partie sur la catalyse des liens C-H, un procédé puissant et essentiel à la préparation des médicaments, pigments et autres composantes de haute technologie. Or, les catalyseurs utilisés comportent bien souvent des métaux précieux, rares et forts coûteux, en plus de représenter un réel danger pour l’environnement. Les instances gouvernementales exigent par ailleurs l’élimination de toute trace de catalyseurs dans les produits acheminés à la population, ce qui engendre des coûts onéreux.

Dans ce contexte, l’équipe de chercheurs en chimie de Frédéric-Georges Fontaine dit avoir trouvé ce que plusieurs considèrent le « Saint-Graal de la chimie » en développant une méthode de catalyse accessible et verte. « Nous n'utilisons que des éléments abondants dans la nature et verts, comme le bore, le carbone, l’hydrogène et l’azote », fait valoir l’auteur principal de l’étude et chercheur de l’Université Laval, Frédéric-Georges Fontaine. « Nos petites molécules rivalisent en réactivité avec les meilleurs catalyseurs métalliques pour activer les liens C-H. »

Ces liens C-H sont les plus répandus dans la nature. La découverte des membres du Centre de catalyse et de chimie verte de l’Université Laval pourrait avoir des conséquences majeures pour l’industrie. « Notre catalyse verte réduira le recours à des métaux toxiques et dispendieux comme le platine et le palladium. Il s’agit d’une méthode économique, qui suscitera de l’intérêt dans toutes les sphères de la chimie, de la synthèse de médicaments, au domaine agroalimentaire ou encore dans la synthèse de matériaux modernes », a ajouté Frédéric-Georges Fontaine.

Les travaux de Frédéric-Georges Fontaine ont été publiés dans la revue Science Marc-André Légaré, Marc-André Courtemanche et Étienne Rochette ont aussi collaboré à l’étude.

Université Laval, 2015
[En ligne] http://www.relationsmedias.ulaval.ca/comm/2015/juillet/des-catalyseurs-verts-abordables-potentiel-enorme-3475.html

(ANGLAIS) Nouvelle ère de collaboration entre chimistes cubains et américains

Publié le 20 août 2015

Just a few days ago the US flag flew over the American embassy in Havana, Cuba, for the first time in 54 years. Now, Cuban and US chemists meeting at the American Chemical Society’s (ACS) 250th conferencein Boston, US, are talking optimistically of a new era of scientific collaboration between the two nations.

The scene at the US embassy in Cuba followed a similar one at the Cuban embassy in Washington, DC in July. These historic actions followed President Obama’s announcement in December 2014 that restrictions on US–Cuban relation would be eased, including a relaxation of visa requirements and making exchanges easier. Another change is that scientific equipment in the US can now be donated to Cuban universities or labs, provided that the technology has no military application.

Brad Miller, who is the ACS’s chief international officer, said his organisation has been working for many years to ease restrictions on research collaborations between the two countries and to encourage exchanges with the Cuban Chemical Society (SCQ).

Currently, the ACS has six members in Cuba, Miller said. However, membership has been somewhat constrained by the economic sanctions that remain in place under the US’s 50-year-old trade embargo against Cuba, he explained. ‘With the warming of relations, travel restrictions are beginning to be diminished and managed, but we still have the next big hurdles and challenges that relate to the actual sanctions and exchange of currencies and actual transactions.’

Roadblocks remain

Clearly roadblocks to collaboration remain. Two Cuban chemists were expected to attend the most recent Pittcon conference on analytical chemistry and applied spectroscopy that was held in Atlanta in March, but were unable to attend due to visa issues, according to the ACS.

Nevertheless, there are new opportunities for the US to engage with Cuba on chemistry. For example, there are more than 230 research centres nationwide in Cuba, and in the past three decades over 160,000 people received chemistry degrees on the island nation, Miller said. The country also has expertise in fields like oceanography, marine studies, biotechnology, natural products and nanotechnology. 

Political tensions have made scientific exchanges between the two nations extremely difficult for decades. Miller has personally accompanied delegations of ACS chemists to Cuba in past years. ‘It was no small undertaking,’ he recalled, noting that they had to travel under a special licence provision of the US Treasury Department. ‘We were at the forefront of using chemistry as a diplomatic mechanism to ensure that, despite governmental constraints, we kept the conversation alive,’ Miller added.

Call for scientific exchanges

In terms of ways in which US and Cuban chemistry can cooperate, participants at the ACS session proposed scientific exchanges and delegations, as well as collaboration on publications. In addition, it was suggested that the next frontier will be joint publications. ‘As sanctions become eased, I think there will be opportunities for joint research proposal development, and then finally co-authorship,’ Miller said.

Areas ripe for collaboration that were mentioned include biotechnology, medical chemistry and nanotechnology. In addition, Montero flagged a number of other areas of interest to both countries, including soil chemistry, environmental chemistry and radiochemistry. He also said some big cooperative projects, such as solar energy schemes that take advantage of the sunshine in the tropics, might also be possible.

Daniel García Rivera, a chemistry professor at the University of Havana – the only Cuban university with a doctoral programme in chemistry – suggested that Cuba’s chemistry community could use the help of US scientists in areas like chemical ecology, as well as catalysis and chemical education.

Dependency an issue

Over 75% of the scientific publications emerging from the University of Havana’s chemistry programmes in the last year were the result of international cooperation, according to Rivera. In addition, he said most Cuban PhD theses in chemistry include visits to universities and research institutes overseas.

Rivera and Luis Alberto Montero, a chemistry professor at the University of Havana who also serves as president of the SCQ, envisage a time when they can send Cuban PhD students to US universities on a part-time or full-time basis. However, they note that while the University of Havana will promote such a programme, it cannot fund it.

Patrick Frantom from the University of Alabama’s chemistry department said he would be interested in hosting Cuban scholars at his university for extended periods of time, and Tom Manning, a chemistry professor at Valdosta State University in Georgia, dreams about taking a dozen or so of his students to hike around Cuba for several weeks and study the coastline. ‘There is a lot of chemistry to be learned by being tourist-like and hitting different spots,’ he said.

However, Ruben Carbonell, a chemical engineering professor at North Carolina State University, says that it is going to be a very long time before the US government provides money for such exchanges, unless Congress ends the current embargo. Nevertheless, he suggests that there may be opportunities for private industry to fund joint exchanges between faculty and students. In addition, because individual states can act independently from the federal government, Carbonell suggests that the University of North Carolina and other state universities might provide travel grants for their would-be Cuban colleagues.

Chemistry World, 2015

[En ligne] http://www.rsc.org/chemistryworld/2015/08/cuban-and-us-chemists-hopeful-amid-warming-relations

É.-U.: l'agence de l'environnement propose de réduire les émissions de méthane

Publié le 19 août 2015

L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a proposé mardi de nouvelles normes pour réduire nettement les émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier, dans le cadre des efforts de l'administration du président Barack Obama pour combattre le réchauffement climatique.

Ces mesures visent à contribuer aux objectifs annoncés en janvier par la Maison-Blanche consistant à réduire ces émissions de 40 à 45% d'ici 2025 par rapport à leur niveau de 2012.

«Les normes (...) que nous proposons mettent en avant notre engagement de réduire la pollution qui contribue au changement climatique et de protéger la santé publique tout en soutenant le développement responsable et transparent de l'activité énergétique», a déclaré l'administratrice de l'EPA, Gina McCarthy.

«Des sources d'énergie permettant un processus de combustion moins polluant comme le gaz naturel sont essentielles (...) pour une économie basée sur une énergie propre», a-t-elle ajouté.

Le méthane, un composant clé du gaz naturel, est un puissant gaz à effet de serre, plus de vingt-cinq fois plus que le dioxyde de carbone (CO2). Il représente la seconde plus importante source de ces émissions aux États-Unis, après le CO2, générées par les activités humaines, dont 30% par les industries pétrolière et gazière.

Les propositions, qui s'appliqueront aux nouvelles ainsi qu'à celles qui seront modernisées, devraient permettre de réduire ces émissions dans une fourchette de 300 000 à 362 000 tonnes métriques d'ici 2025, soit l'équivalent de 7,7 à 9 tonnes de CO2.

L'EPA propose aussi d'améliorer la détection et la réparation des fuites de méthane dans les installations ainsi que des mécanismes pour capturer le gaz naturel s'échappant des opérations de fracturation hydraulique.

Elle estime pouvoir ainsi réduire les polluants formant l'ozone de 170 000 à 180 000 tonnes d'ici dix ans ainsi que d'autres substances toxiques comme le benzène et le toluène.

La pollution à l'ozone est un danger pour la santé publique, contribuant notamment à l'asthme et à des cancers, rappelle l'EPA.

Selon l'exécutif américain, les émissions de méthane liées à l'exploitation du gaz et du pétrole dans le pays ont baissé de 16% depuis 1990, mais pourraient augmenter de plus de 25% d'ici 2025 en l'absence d'efforts supplémentaires.

Le changement climatique est un sujet politiquement sensible aux États-Unis: les républicains, qui contrôlent le Congrès, s'opposent à toute nouvelle loi.

Un obstacle que M. Obama, qui a fait du climat l'une de ses priorités, tente de contourner par la voie réglementaire, notamment grâce à l'EPA.

Agence France-Presse, 2015
[En ligne] http://www.lapresse.ca/actualites/environnement/201508/18/01-4893551-e-u-lagence-de-lenvironnement-propose-de-reduire-les-emissions-de-methane.php

Avis de sécurité : sensibilisation aux dangers que présentent le pétrole brut et le sulfure d'hydrogène

Publié le 19 août 2015

Le présent avis de sécurité s'adresse expressément aux personnes qui manutentionnent du pétrole brut en transit et vise à sensibiliser davantage les expéditeurs, les transporteurs et les intervenants qui se livrent à l'importation, à la manutention, à la demande de transport ou au transport de pétrole brut quant aux dangers que présente ce produit.

Pétrole brut et H2S

Le pétrole brut est un mélange complexe de produits chimiques (principalement des hydrocarbures) dont la composition peut grandement varier. Contrairement aux produits raffinés dont la composition est plus constante (p. ex. essence, propane), celle du pétrole brut peut différer selon sa provenance ainsi que son mode d'extraction et de confinement.

Le sulfure d'hydrogène (H2S) est un gaz incolore qui se trouve sous forme naturelle dans certains pétroles bruts. Le H2S est toxique, corrosif, inflammable, explosif et plus lourd que l'air. Il représente un très grave danger en cas d'inhalation.

La présence du H2S dans le pétrole brut n'est pas un phénomène nouveau. Sa présence dans certains produits pétroliers est un fait connu au sein de l'industrie pétrolière. L'industrie et les producteurs de pétrole brut du Canada sont conscients des risques que pose le H2S présent dans le pétrole et disposent de moyens pour protéger leurs employés.

Sensibilisation à la sécurité

La demande pour le pétrole brut a augmenté considérablement au cours des dernières années. Voilà pourquoi :

  • on s'attend à ce que la production et les exportations de pétrole brut canadien augmentent au cours des 15 prochaines années;
  • la recherche sur les caractéristiques et le comportement du pétrole brut est nécessaire si l'on veut transporter de façon encore plus sécuritaire ce produit en Amérique du Nord.

De récentes études qui portaient sur la mesure de la concentration du H2S dans la vapeur qui se trouve au-dessus du pétrole brut ont révélé que les niveaux de H2S y étaient plus élevés que prévu. Ces niveaux élevés varient selon l'emplacement ainsi que le mode d'extraction et de confinement. Toutes les personnes qui manutentionnent du pétrole brut en vrac devraient prendre les mesures appropriées pour se protéger au moyen de l'équipement de protection individuelle qui convient.

Note : Les premiers intervenants devraient également être au courant des risques que pose le H2S dans le pétrole brut. Toutefois, en cas de fuite d'un contenant, le H2S se dissipe habituellement assez rapidement, ce qui minimise le risque d'exposition à ce gaz toxique.

Pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, veuillez communiquer avec le bureau du transport des marchandises dangereuses à Ottawa à l'adresse de courriel suivante : TDGTraining-FormationTMD@tc.gc.ca

Transports Canada, 2015

[En ligne] http://www.tc.gc.ca/fra/tmd/avis-aout2015-1241.html

10 mots webmarketing à bannir de son vocabulaire

Publié le 19 août 2015

Le marketing (sur internet ou ailleurs) est avant tout une affaire de mots. Et certains mots sont de véritables repoussoirs pour les clients contrairement à ce que pensent ceux qui les utilisent. Aujourd’hui, je vais vous parler de mots webmarketing qui fâchent, de ces expressions que l’on retrouve souvent sur les sites professionnels et qui donnent aux visiteurs une furieuse envie de fermer leur fenêtre…

Nous sommes tous coupables de l’utilisation excessive de quelques mots qui font maintenant fuir le client, y compris moi. Donc nous allons tous nous mettre d’accord pour interdire ce vocabulaire et utiliser des mots réels qui communiquent le sens légitime.

Un site web d’entreprise, un blog, une page de vente, un service internet… quelle que soit la garantie de commercialisation en cause, votre objectif doit toujours être de transmettre certains avantages spécifiques mesurables que vous pouvez offrir aux clients.

Voici quelques-unes de ces formules éculées que vous feriez bien d’effacer de vos pages si vous voulez que votre site se distingue et donne confiance à vos visiteurs et clients.

1. Leader sur notre marché

Il n’y a rien de négatif dans le fait d’être un leader sur son secteur d’activité, bien au contraire. Le problème est que généralement, lorsqu’une entreprise prétend être leader sur son marché, c’est elle qui a décidé de qui faisait partie du marché et c’est aussi elle qui a fait le classement. Cette formule ne vous donne donc aucune crédibilité, elle fait de vous quelqu’un qui cherche à se rendre plus beau qu’il n’est réellement.

Si vous êtes vraiment leader dans votre domaine, vous avez des preuves plus probantes que votre simple parole : présence médiatique, enquêtes ou sondages que vous pouvez reprendre, références prestigieuses, etc. Ce sont ces preuves que vous devez mettre en avant, vos clients sont assez malins pour en déduire tous seuls que vous êtes un acteur qui compte.

2. Orienté client

Ce terme mal traduit de l’anglais ne veut en fait rien dire. Si vos clients s’intéressent au marketing, ils auront peut-être une idée de ce qu’est une approche orientée client (et souvent ce n’est pas de cela qu’il est question), sinon ils ne comprendront pas ce que vous voulez dire. N’est-ce pas le minimum pour toute entreprise digne de ce nom que de se tourner vers ses clients pour comprendre leurs attentes et y répondre au mieux ? Alors, laissez tomber le jargon professionnel et montrez à vos clients que vous les comprenez. Parlez-leur de leurs besoins et de la manière dont vous pouvez les aider.

3. Unique

Beaucoup d’entreprises prétendent être uniques ou vendre quelque chose d’unique. Mais c’est rarement vrai. Et même quand c’est le cas, cela ne dure jamais très longtemps. La diffusion de l’information et les cycles économiques n’ont jamais été aussi rapides, tous ceux qui innovent sont donc très vite copiés.

Insistez sur vos spécificités, dites sur quoi vous faites mieux que les autres et expliquez pourquoi. Mais ne prétendez pas être unique, vos clients trouveront presque toujours des contre-exemples (y compris des concurrents que vous ne mettriez pas dans la même catégorie que vous).

4. Dépasser les attentes

Dire à vos clients que vous irez au-delà de leurs attentes est le meilleur moyen de les décevoir, car cela les rend automatiquement plus exigeants. Cherchez à dépasser leurs attentes, mais n’en parlez surtout pas. Engagez-vous sur un niveau de service que vous pouvez tenir et donnez-leur ce que vous leur avez promis, à chaque fois. Ils seront ravis de pouvoir vous faire confiance et de savoir à quoi s’attendre avec vous. Et si vous faites encore mieux que ce qui était prévu, ils l’apprécieront d’autant plus qu’ils ne s’y attendaient pas.

5. Expert

Un expert est comme un leader sur son marché : s’il l’est réellement, il n’a pas besoin de le dire. Il peut laisser les faits et les preuves (diplômes, prix, publications, etc.) parler pour lui.

6. Les années d’expérience

Un grand classique qu’il serait temps de se débarrasser. Je ne veux pas discréditer l’expérience professionnelle qui apporte certainement beaucoup. Mais l’expérience n’est pas l’ancienneté. Il ne suffit pas d’être là et d’attendre que les années passent pour s’améliorer automatiquement. Préférez-vous travailler avec un professionnel qui travaille depuis 2 ans et qui cherche en permanence à s’améliorer, ou bien avec un autre qui campe sur ses lauriers et ne s’est plus remis en question depuis plus de 10 ans ?

Par ailleurs, de nombreuses choses apprises avec l’expérience n’ont en fait plus d’utilité. Réfléchissez à votre métier et demandez-vous combien de choses se font aujourd’hui exactement comme il y a 10 ans. La réponse est probablement aucune ou très peu. Cela ne veut bien sûr pas dire qu’il ne faut pas valoriser votre expérience professionnelle. Il faut parler aux clients de ce qui les intéresse.

Parlez-leur de ce que vous avez pu faire et apprendre pendant tout ce temps. Vous avez pu travailler sur beaucoup de projets pour une grande variété de clients. Vous avez rencontré de nombreux cas de figure et êtes donc prêt à vous adapter à de nombreux imprévus. Vous serez beaucoup plus crédible et intéressant que si vous brandissez vos années de métier comme un trophée qui vous donne tous les droits (et notamment celui d’être un peu plus cher que la concurrence).

7. Clé en main

Là encore, cette idée est plutôt séduisante. Mais trop souvent elle ne correspond pas à la réalité. Quel que soit le niveau de service que vous proposez, il est presque certain que vos clients devront collaborer avec vous et fournir un effort pour profiter de ce que vous leur vendez.

Si vous installez par exemple des logiciels chez vos clients, même si vous les formez, il leur faudra quelque temps pour s’habituer à leur nouvel outil. Ils n’auront donc pas l’impression d’avoir une solution clé en main qui ne leur demande aucun effort et ils seraient déçus si vous leur aviez fait cette promesse.

8. VIP

Ce sigle est tabou dans l’univers du luxe. Aucune marque ni aucun professionnel de ce milieu ne songeraient à l’utiliser pour parler de ses clients. Cela devrait vous mettre la puce à l’oreille.

9. Optimiser

Dans l’ère du marketing internet, ce mot a été utilisé excessivement. Les marketeurs ou web entrepreneurs veulent optimiser tout et rien : site Internet, blog, Facebook, stratégie. À ce point, je pense que chaque acheteur comprend que l’optimisation est le but. Arrêtons de parler et commençons à agir.

10. Solution

C’est le mot utilisé presque sur toutes les pages de vente. Il reflète ce dont les clients ont besoin : une solution à leur problème. Mais les solutions sans spécificités sont sans valeur. Au lieu de dire que vous livrez des solutions, définissez-les en termes concrets. Le langage explicite basé sur la réalité est beaucoup plus efficace que le jargon utilisé par tout le monde.

Web Marketing, 2015
[En ligne] http://www.webmarketing-com.com/2015/08/18/40495-10-mots-webmarketing-a-bannir-de-vocabulaire

L'importance de la recherche

Publié le 19 août 2015

Les signataires interpellent les partis politiques fédéraux pour obtenir un engagement à mieux financer la recherche.

Les trois conseils de recherche canadiens, composés des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), procurent annuellement plus de 2,8 milliards de dollars pour soutenir la recherche canadienne. Toutefois, nous croyons que les conseils de recherche ont besoin de davantage de financement.

En tenant compte de l'inflation, on constate que le financement des conseils de recherche décroît depuis 2007. En effet, les conseils ont vu leur budget annuel décroître de 6,1 %, ce qui correspond à 183 millions. Cela a joué un rôle dans la chute du Canada de la deuxième à la huitième place en matière de dépenses en recherche dans les universités en proportion du produit intérieur brut. La réputation du Canada en tant que chef de file intellectuel mondial s'en trouve ainsi affectée.

Par exemple, l'innovation d'un pays peut être mesurée par le nombre de brevets qu'il produit. Le Canada est actuellement le seul pays industrialisé avec un déficit de propriété intellectuelle.

Nous dépensons plus d'argent pour acheter les brevets des autres pays que ces derniers ne paient pour acheter les nôtres.

Selon la déclaration de Leiden signée par un consortium international de 147 des plus importantes institutions de recherche en provenance de 17 pays différents, « l'utilisation efficace des nouvelles technologies aussi diversifiées que le génie génétique, l'énergie nucléaire, les cellules souches, et les systèmes de cybersurveillance dépend de l'acceptation et de la compréhension de la communauté, et de la volonté des individus à modifier leurs comportements ». Ces thèmes font précisément objet de recherche en sciences sociales et humaines. Pourtant, malgré leur utilité dans le traitement des questions aussi diverses que le multiculturalisme, la souveraineté de l'Arctique et l'utilisation éthique de la technologie, ces disciplines ont souffert ces dernières années du déplacement des priorités nationales vers la recherche appliquée.

Les trois conseils de recherche sont les seules organisations canadiennes qui englobent adéquatement l'ensemble des domaines de la recherche. Par conséquent, la clé pour restaurer la réputation internationale du Canada est d'abord de rétablir leur financement. Au minimum, leurs budgets annuels doivent être rétablis à leur niveau de 2007, ajusté à l'inflation. Des augmentations significatives doivent également être prévues pour les années à venir. Un tel programme durable assurera le leadership mondial du Canada pour les futures générations.

La Presse, 2015

[En ligne] http://www.lapresse.ca/debats/votre-opinion/201508/17/01-4893332-limportance-de-la-recherche.php

Une occasion de relancer sa carrière

Publié le 19 août 2015

Pour une cinquième année consécutive, La Relance invite les chercheurs d'emploi de 50 ans et plus à son « Super Job Dating » où des entreprises locales seront à la recherche de main-d'oeuvre qualifiée.

L'événement se tiendra jeudi, à la Maison du citoyen, de 17 h à 19 h. La Relance invite tous travailleurs de 50 ans et plus, sans emploi ou à la recherche de nouveaux défis. Jusqu'à maintenant, une quinzaine d'entreprises ont confirmé leur présence.

Avec le « Super Job Dating », La Relance soutient vouloir sensibiliser les entrepreneurs à la valeur de la main-d'oeuvre expérimentée. L'organisation soutient également que l'initiative contribue à consolider le pouvoir socio-économique de cette tranche de la population en « favorisant le maintien et le retour à l'emploi ». 

Selon les dirigeants de La Relance, l'événement permet également aux employeurs de rencontrer « plusieurs employés potentiels parmi des candidats sérieux et expérimentés » en peu de temps. 

L'activité est gratuite, les chercheurs d'emploi n'ont qu'à se présenter à la Maison du citoyen. Les entreprises intéressées à participer à ce recrutement éclair doivent contacter La Relance au 819-770-6444.

Le Droit, 2015
[En ligne] http://www.lapresse.ca/le-droit/economie/economie-gatinoise/201508/18/01-4893466-une-occasion-de-relancer-sa-carriere.php

(ANGLAIS) 5 façons de prendre le contrôle de votre marque professionnelle

Publié le 18 août 2015

Regardless of age, regardless of position, regardless of the business we happen to be in, all of us need to show a professional, positive image in the workplace, especially now, in our social media era, where everything is seen and known.

It's time to take a lesson from the big brands, in how to market ourselves effectively. All great brands are built around a strong mission statement, their corporate mantra so to speak, which describes what they do and why they do it. A few examples. Google? Organize the world’s information and make it universally accessible and useful. Nike? To bring inspiration and innovation to every athlete in the world. Coca-Cola? To refresh the world and inspire moments of optimism and happiness…

Why not use them as a reference to build your own personal brand statement?

To be specific, your personal brand is the collection of values, experiences and associations that people attach to you.  In short, it’s what peers and associates think about when they hear your name mentioned. It is what they'll say about you if they are called on a reference check.

In order to create an authentic and compelling personal brand, we have to showcase what makes us special.  What do I want to be known for? What do I strive to achieve? What am I especially good at? What are my unique qualities and skills? What are my passions, my values? How do I want to contribute to society? What are the personality traits that make me stand out? What are my strengths, those that always allowed me to achieve great things?

So how can you develop the kind of personal brand that leading employers want to recruit and retain? Here are some useful tips: 

1. Reflect on yourself

With a clear vision of who you are and what you are worth, and what pushes you to get up in the morning, you can stay connected to the right people and the right opportunities, those that fit with you, inspire you and make you progress and move forward.

Identify the qualities or characteristics that separate you from your competitors -- or your colleagues. What have you done lately -- this week -- to make yourself stand out? What would your past or present colleagues or customers say is your greatest and clearest strength?

Start thinking like a brand manager, ask yourself: What is it that my product or service does that makes it different? Take the time to write down your answer. And then take the time to read it.

Here’s an example from the one and only Oprah Winfrey:

"To be a teacher. And to be known for inspiring my students to be more than they thought they could be."

By keeping in mind your personal mission, you can focus your job search efforts on the right opportunities, clarify your professional journey in your resume, answer interview questions in a clear and compelling way, and steer your career path.

 

2. Enhance your brand

There's no limit to the ways you can go about enhancing your brand. Sign up for an extra project within your organization, just to introduce yourself to new colleagues and showcase your skills -- or work on new ones. Or, take on a freelance project that gets you in touch with a totally novel group of people. If you can get them singing your praises, they'll help spread the word about what a remarkable contributor you are.

Try teaching a class at a community college, or in your own company. Try contributing a column or an opinion piece to your local newspaper or try to get yourself on a panel discussion at a conference or sign up to make a presentation at a workshop. You’ll get credit for being an expert, you increase your standing as a professional, and you increase the likelihood that people will come back to you.



3. Get the message out

The single most important way of developing your brand is to be seen in person (in a positive light of course).  If you are a jobseeker, networking is an important way to sell yourself, but for those currently employed, internal networking is just as important. Make going out and meeting the rest of the business an objective in itself.

Your network of friends, colleagues, clients, and customers are the most important marketing vehicle you've got; try to continually find ways to nurture your network of colleagues. What they say about you and your contributions is what the market will ultimately gauge as the value of your brand.

Additionally, you can set yourself apart by regularly contributing and providing added value on sites such as LinkedIn, writing blogs, using Twitter. Your aim is to be known in a positive light as an expert on a particular topic.  It’s not about being online 24/7 for the sake of it; it’s about adding value to others through all of your communications. 

4. Radiate energy and confidence

One of the things that attracts us to certain brands is the power they project. It's no different in the workplace. If, for example, your colleagues are having a hard time organizing productive meetings, volunteer to write the agenda for the next meeting. You'll not only be contributing to the team, but you’ll have the opportunity to determine what will go on and off the agenda. Most importantly, remember that power is largely a matter of perception. If you want people to see you as a powerful brand, you must act like a credible leader.

5. Be consistent

Brand building doesn’t happen overnight and it needs to be consistent.  When you're promoting your brand, remember that everything you do - and everything you choose not to do - communicates the value and character of your brand. Everything from the way you handle phone conversations and emails to the way you conduct business in a meeting. It’s all part of a larger message that you are sending about your brand.

Ultimately, you are in charge of your brand and there is no single path to success. And while there is no one right way to create and promote your individual brand, these tips will set you on the right path to becoming more attractive to leading employers who are eager to find and retain not just great candidates, but also inspirational employees, that they will be clamoring to work with. By taking control of your personal brand, you will have better opportunities to progress, become a leader and an ambassador for your organization, and achieve success in your professional life.

Randstad Canada, 2015

[En ligne] http://blog.randstad.ca/blog/5-ways-to-take-control-of-your-professional-brand

Alerte au cyanure et bilan toujours plus lourd à Tianjin

Publié le 18 août 2015

Le bilan ne cesse de s’alourdir à Tianjin (Chine), cinq jours après la double explosion qui a pulvérisé une partie de la zone industrielle de Binhai, une des plateformes logistiques du port industriel chinois. Lundi 17 août, les autorités chinoises recensaient 114 morts, dont 39 pompiers, environ 70 disparus, 698 personnes hospitalisées, dont 57 dans un état critique. Plus de 6 000 riverains ont été évacués ces derniers jours. Selon les rares éléments fournis par les autorités chinoises, l’entrepôt de la société Tianjin Dongjiang Port Ruihai International Logistics où a démarré un incendie qui a conduit à la catastrophe aurait pu contenir environ 700 tonnes de cyanure de sodium. Soit un stock 30 fois supérieur à ce qui devait être autorisé, rapporte l’AFP en citant des médias chinois. Ces derniers jours, en plus du cyanure de sodium, la presse internationale a aussi évoqué plusieurs autres types de produits chimiques qui auraient pu se trouver stockés sur place, comme du nitrate d’ammonium, du nitrate de potassium ou du carbure de calcium. Plusieurs dirigeants de la société ont été arrêtés dans les heures suivant la catastrophe. Certains liens entre la direction de la société avec les collectivités municipales de Tianjin nourrissent des soupçons de corruption, et une enquête aurait été ouverte dans ce cadre.

Les autorités chinoises, qui continuent d’affirmer que les seuils de pollution dans l’air et l’eau ne sont toujours pas franchis, indiquaient que les travaux de nettoyage du site se poursuivaient. Ainsi que des travaux d'endiguement pour éviter fuites et rejets dans l'air et l'eau. Ces opérations s'effectuent dans des conditions difficiles puisque les forces d’interventions, dont des militaires spécialement formés aux armes nucléaires et chimiques, évoluent sur un site ravagé, toujours en proie à des foyers d’incendies et de petites explosions.

Info Chimie, 2015

[En ligne] http://www.industrie.com/chimie/alerte-au-cyanure-et-bilan-toujours-plus-lourd-a-tianjin,66124#xtor=RSS-31

Un premier puits Shell en 20 ans au large de l'Alaska

Publié le 18 août 2015

Le gouvernement américain a accordé à Shell le dernier permis que l'entreprise avait besoin pour forer à la recherche de pétrole dans l'océan Arctique au large des côtes nord-ouest de l'Alaska pour la première fois en plus de vingt ans.

Le Bureau of Safety and Environmental Enforcement a annoncé, lundi, avoir accordé le permis pour forer sous le fond de l'océan après que le géant pétrolier eut fourni une pièce d'équipement pour maîtriser une possible éruption de puits.

L'agence avait précédemment autorisé Shell à commencer uniquement le forage sur les sections du haut de deux puits dans la mer des Tchouktches car cette pièce d'équipement clé était retenue sur un navire en réparation à Portland, dans l'Oregon.

Shell a désormais le feu vert pour forer dans des formations rocheuses pétrolifères se trouvant à une profondeur évaluée à 8000 pieds sous le fond océanique. L'entreprise n'avait pas creusé de puits pour l'exploration dans le secteur depuis 1991.

Le directeur de l'agence, Brian Salerno, a assuré, lundi, par communiqué, que les «activités menées au large de l'Alaska étaient soumises aux normes les plus élevées en matière de sécurité, de protection de l'environnement et de réponses d'urgence».

Le Polar Pioneer, une unité de forage que Shell loue à Transocean, a commencé les travaux le 30 juillet au site Burger J.

«Il est possible que nous complétions un puit cet été, mais nous n'avons pas d'échéancier relié au nombre de pieds de forage», a indiqué l'entreprise.

Des groupes environnementaux s'opposent au forage en mer dans l'Arctique, soutenant que l'activité industrielle nuirait aux ours polaires, aux morses et aux phoques et menacerait la survie des baleines déjà fragilisées par le réchauffement du climat et la fonte de la glace. Ils affirment que les sociétés pétrolières n'ont pas démontré leur capacité à nettoyer un déversement dans ces eaux cernées de glace.

Shell a acquis pour 2,1 milliards $ des droits dans la mer des Tchouktches en 2008 et a dépensé au moins 7 milliards $ dans l'exploration dans le secteur et dans la mer de Beaufort.

Agence France-Presse, 2015
[En ligne] http://www.lapresse.ca/environnement/201508/17/01-4893317-un-premier-puits-shell-en-20-ans-au-large-de-lalaska.php

À Tianjin, délicates opérations pour nettoyer des tonnes de cyanure

Publié le 17 août 2015

(ANGLAIS) Comment travailler avec tout le monde et réaliser de grandes choses: l'importance de développer de fortes compétences

Publié le 17 août 2015

People skills are important; being able to work well with the people around you and build relationships of trust and value are becoming increasingly important in the workplace,  as communications are omnipresent.

In the future, your people skills will become even more important – technical skills will get you hired, but your people skills will let you advance.

The Institute for the future, a non-profit organization [1] that leads a team of researching in forecasting how the world will change in the near and long term produced a report which labelled Six Drivers for Change and Ten Skills for the Future Workplace. Among them were social intelligence, virtual collaboration, cross-cultural competency and novel & adaptive thinking. What these are really describing is our ability to work with people and adapt how we think about and with the people around us. No matter what happens technologically in the future, here are five skills you need to continue to be successful in the future;

Ten Skills for the Future Workforce

SENSE-MAKING:
ability to determine the deeper meaning or significance of what is being expressed

SOCIAL INTELLIGENCE:
ability to connect to others in a deep and direct way, to sense and stimulate reactions and desired interactions

NOVEL & ADAPTIVE THINKING:
proficiency at thinking and coming up with solutions and responses beyond that which is rote or rule-based

CROSS-CULTURAL COMPETENCY:
ability to operate in different cultural settings

COMPUTATIONAL THINKING:
ability to translate vast amounts of data into abstract concepts and to understand data-based reasoning

NEW-MEDIA LITERACY:
ability to critically assess and develop content that uses new media forms, and to leverage these media for persuasive communication

TRANSDISCIPLINARITY:
literacy in and ability to understand concepts across multiple disciplines

DESIGN MINDSET:
ability to represent and develop tasks and work processes for desired outcomes

COGNITIVE LOAD MANAGEMENT:
ability to discriminate and filter information for importance, and to understand how to maximize cognitive functioning using a variety of tools and techniques

VIRTUAL COLLABORATION:
ability to work productively, drive engagement, and demonstrate presence as a member of a virtual team

 

1. Listen

For younger workers, this means actively listening to the experiences and training provided by their organization’s more senior team members. You might have been more recently trained and you might “know” how to do what you are being shown – but the experiences your team mates or trainers are sharing is institutional knowledge and it is invaluable. Be attentive take notes (yes that’s a good thing ) ask questions, lots of them. 

2. Contribute

On the other side of listening is contributing – providing intellectual value to a conversation on a project and to the company as a whole. Human beings  aren’t going anywhere in 2020. Share your opinion, your reasoning behind it and your stories; your insights bring value. 

3. Follow through

Whether that means you are going to respond to a meeting by supplying notes, or that you are going to approve or review a project plan – delivery is key to your ability to work with people. When you deliver on what you say you will you are building trust with your team members. That trust that helps you rely on people and be relied upon – and allows teams to get higher quality work completed faster. If you want to do great things do what you say you are going to do – be accountable.

4. Be open to new ideas

Change is an absolute, stagnation is death. In the future opportunities will arrive and with them new fears. Your ability to ride these waves of change is less about a specific action but a mind-set – be positive about new developments. When you hear about something new you will put your guard up – don’t take this as a sign to fight back, use this as a signal follow our last piece of advice and;

5. Learn and Catch Up

Everyone has things they don’t know. This is especially true of the things, that we don’t even know that we don’t know. We need to accept this and move on. This applies to executives and co-op students. In the future our ability to learn on the fly and to grow will be a major factor in our success. Become and expert, read about new things, take courses and try new things, Google it. Don’t like stubborn ignorance stand in the way of your personal progress.

Randstad Canada, 2015

[En ligne] http://blog.randstad.ca/blog/how-to-work-with-anyone-and-achieve-great-things-the-importance-of-developing-strong-people-skills

(ANGLAIS) La NAFRA répond aux avis de l'EPA sur le plan de travail préliminaire sur certains retardateurs de flamme

Publié le 17 août 2015

WASHINGTON (August 14, 2015) – The U.S. Environmental Protection Agency (EPA), as a part of its Work Plan Chemicals Program, this week released several preliminary reviews on a number of flame retardants. In response to these developments, the North American Flame Retardant Alliance released the following statement:

“Flame retardants provide an important layer of fire protection and help save lives. Fires and fire deaths have dropped significantly over the past 40 years, due in part to the development of a comprehensive set of fire-safety measures that included flame retardants.”

“Given the important role flame retardants play in fire safety, we were pleased to see that the EPA is seeking public comment on its proposed approach to evaluating these chemicals and is seeking more information to inform its evaluation.

“It is worth noting that as part of its updated review process under the Work Plan Program, EPA identified 50 flame retardants it says are unlikely to pose a risk to human health. EPA’s conclusions reinforce the point that there are different types of flame retardants with very different health and safety profiles, and it is therefore not appropriate for policymakers to impose a one-size-fits-all regulatory approach for these substances.

NAFRA members will continue to provide relevant information to the EPA to help inform the agency’s efforts. This includes the findings from a new peer-reviewed study that speaks to the safety of one of the chemicals under review, TBBPA, which is used in electronics to help protect consumers from the threat of fire. The research shows that human exposure to this chemical is seven million times below the level associated with potential health effects. This type of information should be helpful to the EPA as it proceeds with its updated review of these chemicals.”

American Chemistry Council, 2015

[En ligne] http://www.americanchemistry.com/Media/PressReleasesTranscripts/ACC-news-releases/NAFRA-Responds-to-EPAs-Preliminary-Work-Plan-Reviews-on-Certain-Flame-Retardants.html

Énergie Est : Québec va tenir compte du rapport ontarien critique

Publié le 17 août 2015

Le gouvernement du Québec va tenir compte du rapport de la Commission de l'énergie de l'Ontario sur le projet Énergie Est, de TransCanada, dévoilé jeudi, qui se montre très critique à l'endroit du projet d'oléoduc.

Ce rapport conclut que le projet Énergie Est comporte plus de risques environnementaux et économiques que de bénéfices pour les Ontariens et qu'en plus il ferait augmenter le prix du gaz naturel dans cette province.

Interrogé à ce sujet vendredi, alors qu'il participait à une conférence de presse sur un autre thème, le ministre du Développement durable et de l'Environnement, David Heurtel, a indiqué que bien que le Québec comptait faire sa propre analyse du projet, il ne pouvait faire autrement que de tenir compte du rapport ontarien très critique sur le même projet.

« C'est sûr qu'on va prendre en considération le rapport ontarien, mais le rapport ontarien s'est penché sur la réalité ontarienne. C'est sûr qu'il va être pris en considération; c'est sûr que le Québec va prendre en considération cette analyse et toutes les analyses qui sont faites par rapport à ce projet. C'est une analyse importante et c'est une analyse sérieuse », a commenté le ministre Heurtel en entrevue.

« Il faut qu'il y ait une démonstration des avantages économiques du projet. Là, ce qu'on voit avec le rapport du côté ontarien, c'est que cette démonstration-là n'est pas véritablement faite et que quand on regarde du côté d'une analyse coûts-bénéfices, selon ce rapport c'est boiteux », a souligné le ministre de l'Environnement.

Néanmoins, Québec va prendre le temps de faire sa propre analyse du projet d'oléoduc sur les plans environnemental et économique ainsi que sur celui de la sécurité des personnes. « Et il va falloir que TransCanada fasse la démonstration que c'est un bon projet pour le Québec. Et si ça ne l'est pas, et bien on ne pourra pas aller de l'avant », a prévenu le ministre Heurtel.

Interrogé après la même conférence de presse, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a toutefois soutenu que la situation était différente au Québec et en Ontario, puisqu'au Québec, il s'agirait d'un oléoduc neuf, à construire, alors qu'en Ontario, il s'agirait d'une conversion d'un réseau existant.

En Ontario, « ce sont des pipelines qui existent déjà, donc l'élément de sécurité est plus important, parce que les pipelines sont là et ont un certain âge, d'une part. D'autre part, au Québec, dans le cas d'Énergie Est, je pense que la problématique est plus par rapport au tracé, au départ, plutôt qu'au pipeline, parce que le pipeline va être neuf. La situation est un peu différente », a objecté le ministre Arcand.

Il a rappelé que Québec ne disposait toujours pas du projet final de TransCanada. De plus, une inconnue demeure : l'entente qui devra être conclue entre TransCanada et le distributeur québécois Gaz Métro.

« Moi, je ne vois pas comment on pourrait dans ce dossier-là favoriser Énergie Est s'il n'y a pas à tout le moins, au départ, une entente entre Gaz Métro et TransCanada sur ces questions-là. Je pense que cette entente-là m'apparaît très importante actuellement, avant même qu'on puisse discuter du reste. Le Québec aura une position qui est basée sur cette condition », a averti le ministre Arcand.

Quant au directeur principal du groupe écologiste Équiterre, Steven Guilbeault, il s'est dit encouragé de voir que la commission ontarienne aussi se soit inquiétée des répercussions sur les rivières, les lacs et l'eau potable, en plus des questions économiques, comme les retombées, les emplois et le prix du gaz naturel.

Selon M. Guilbeault, le rapport très critique de la Commission de l'énergie de l'Ontario démontre que le projet Énergie Est est rendu à bout de souffle.

« La Commission de l'énergie de l'Ontario dit : "pour l'Ontario, ce projet-là, ce n'est pas bon du point de vue économique; ce n'est pas bon du point de vue social; ce n'est pas bon d'un point de vue environnemental. Et ça fait augmenter le prix du gaz." Et ce qui est vrai pour l'Ontario l'est tout autant pour le Québec. Alors moi, je pense qu'on assiste aux derniers miles du projet Énergie Est », a opiné M. Guilbeault.

La Presse canadienne, 2015

[En ligne] http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2015/08/14/001-energie-est-ontario-rapport-energie-etude-quebec-impact-environnement.shtml

Le parc industriel 30-55 à Bécancour est prêt à accueillir de nouvelles entreprises

Publié le 17 août 2015

(Bécancour) Des travaux sont amorcés en vue de faciliter l'implantation de nouvelles entreprises dans le parc industriel 30-55 à Bécancour. La machinerie lourde est arrivée afin de construire un système d'égout et d'aqueduc sur l'avenue Le Neuf sud-est dans le secteur Saint-Grégoire, tout près de l'ancien abattoir.

Il y a plus d'une dizaine d'années, des travaux préparatoires de construction avaient été effectués dans ce secteur. Depuis, il ne s'était rien passé. Pour des questions d'ordre environnemental, les terrains à proximité de l'autoroute 30 ne pouvaient pas être développés. Or, au cours des derniers mois, les promoteurs ont conclu une entente avec le ministère de l'Environnement, afin d'échanger des zones humides avec d'autres endroits. Il est à noter, qu'au Québec, les milieux humides occupent environ 10 % de l'ensemble du territoire, ce qui empêche tout développement ou construction, afin de préserver les écosystèmes.

L'organisation du Parc 30-55 assume les coûts de construction des infrastructures. La Ville de Bécancour, dans le cadre d'un programme de support, assumera 20 % des coûts.

«Il fallait compléter la rue. Il y a des terrains de vendus depuis un bon bout de temps, mais à court terme il n'y a rien de prévu», mentionne Pierre Paré, le président du Parc industriel et commercial 30-55. Quant au maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, il estime ne pas en savoir davantage.

«C'est une rue qui sera développée pour quelques terrains industriels et ça fait longtemps que c'est planifié. S'il y a des travaux, c'est qu'il y a possiblement des gens intéressés à développer cet endroit», précise l'élu.

Sur le site Internet de l'organisation, on peut y lire que le parc industriel et commercial comprend, dans son ensemble, 81 emplacements dont cinq sont disponibles immédiatement. Parmi ceux-ci, trois sont situés dans le secteur en développement, alors que les six autres terrains de l'avenue Le Neuf sud-est ne sont pas inscrits comme étant disponibles.

Situé au pied du Pont Laviolette à Bécancour, cet espace de développement a pour mission d'offrir des espaces industriels et commerciaux aux petites et moyennes entreprises. Pas moins de 69 entreprises sont implantées dans ce secteur.

Le Nouvelliste, 2015
[En ligne] http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/economie/201508/14/01-4892646-le-parc-industriel-30-55-a-becancour-est-pret-a-accueillir-de-nouvelles-entreprises.php
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.