(ANGLAIS) Un catalyseur rentable convertit le CO2 en gaz naturel

Publié le 7 septembre 2015

A discovery made in Leiden helps not only to make natural gas from CO2 but also to store renewable energy. Research by Professor Marc Koper and PhD student Jing Shen shows how this process can be implemented in a cost-effective and controllable way.

Inexpensive

The conversion of the greenhouse gas CO2 into natural gas is achieved using a chemical process in which CO2 is bubbled through an acid solution. The solution contains a graphite electrode -- to which a small negative voltage is applied -- with a cobalt-porphyrin catalyst attached to it. It was already known that this catalyst can convert CO2 into carbon monoxide and methane, but the reaction always released unwanted hydrogen. In their investigation, Koper and Shen show for the first time how the process works. They therefore know exactly what the best acidity degree is in order to minimise the amount of hydrogen and to convert as much CO2 as possible into natural gas.

Common materials

An added benefit is that the catalyst is entirely made up of common materials. Cobalt porphyrin is a part of vitamin B12, while the graphite for the electrode is similar to a pencil lead. Therefore the catalyst only costs a few euros. Comparable methods of converting CO2 into methane often use rare and expensive metals, such as platinum.

Realising a dream

Koper hopes that this discovery will bring his dream a little closer to realisation: to convert CO2 and water, the by-products of fuels, into new energy or building blocks for the chemical industry. If this can be achieved using solar energy, this process will also offer a method of storing renewable energy.

Using renewable energy efficiently

'We're generating more and more electricity using solar panels and windmills, but that energy is by no means always used straight away,' Koper explains. 'In Germany, for example, too much renewable electricity is generated sometimes, so you want to store it. That is the most important potential application of our research: to use renewable energy efficiently by converting water and CO2 into valuable products.'

A fundamentally different way

Still, Koper thinks that it will take a while to get to that point. 'This is something for the long term and it could be another fifty years before we have a method that makes valuable products and is also robust, scalable and cost-effective. But I'm nevertheless convinced that this is the way to go. It will not be easy, but this discovery is helpful. We have to find a fundamentally different way to manage energy, and our discovery can contribute to that.

Leiden, Universiteit, 2015
[En ligne] http://www.sciencedaily.com/releases/2015/09/150901140855.htm

(ANGLAIS) Faire du combustible à partir de lumière

Publié le 7 septembre 2015

Refined by nature over a billion years, photosynthesis has given life to the planet, providing an environment suitable for the smallest, most primitive organism all the way to our own species.

While scientists have been studying and mimicking the natural phenomenon in the laboratory for years, understanding how to replicate the chemical process behind it has largely remained a mystery -- until now.

Recent experiments at the U.S. Department of Energy's Argonne National Laboratory have afforded researchers a greater understanding of how to manipulate photosynthesis, putting humankind one step closer to harvesting "solar fuel," a clean energy source that could one day help replace coal and natural gas.

Lisa M. Utschig, a bioinorganic chemist at Argonne for 20 years, said storing solar energy in chemical bonds such as those found in hydrogen can provide a robust and renewable energy source. Burning hydrogen as fuel creates no pollutants, making it much less harmful to the environment than common fossil fuel sources.

"We are taking sunlight, which is abundant, and we are using water to make a fuel," said Utschig, who oversaw the project. "It's pretty remarkable." Unlike the energy derived from solar panels, which must be used quickly, hydrogen, a solar fuel, can be stored.

Sarah Soltau, a postdoctoral fellow at Argonne who conducted much of the research, said "the key finding of Argonne's most recent research is that we were able to actually watch the processes of electrons going from a light-absorbing molecule to a catalyst that produces solar fuel. This piece of knowledge will help us develop a system to work more efficiently than the one we can create now, and, years on, may allow us to replace oil and gas."

Argonne researchers attached a protein from spinach to both a light-absorbing molecule (called a photosensitizer) and to a hydrogen-producing catalyst. The protein helped stabilize both the catalyst and photosensitizer, allowing scientists to observe direct electron flow between the two for the first time.

Researchers used transient optical spectroscopy, a method for detecting very fast changes in the light absorption of a molecule when illuminated with a laser pulse, to observe changes in the color of a compound as it undergoes chemical reactions. They also employed electron paramagnetic resonance, another form of spectroscopy, to study where electrons move inside a molecule.

"We don't just see the result, the hydrogen," Utschig said. "We are peering into this system. We are able to really see how it works and what the essential parts are. Once you know that, the next time you try and design something, you can make it better because you understand it."

Argonne has been studying photosynthesis since the 1960s but this particular experiment has been pursued for about a year. Soltau said scientists may be several years from using these techniques to generate storable solar fuels to power cars or households, but that this could be made possible once researchers learn ways to make the process more efficient.

"We need to look at ways to make solar fuel production last longer," she said. "Right now, the systems don't have the stability necessary to last weeks or months."

DOE/Argonne National Laboratory, 2015
[En ligne] http://www.sciencedaily.com/releases/2015/09/150902112002.htm

Les 4 règles d'or pour devenir génial au travail

Publié le 4 septembre 2015

Le brainstorming. Oui, la fameuse réunion de remue-méninges qui est supposée permettre l'émergence d'idées neuves, pour ne pas dire géniales, mais qui se solde si souvent - pas vrai ? - par un échec retentissant. Un échec, n'ayons pas peur de le dire : d'ailleurs, cela ne se résume-t-il pas la plupart du temps par le fait que le plus fort en gueule en profite pour faire passer son idée, celle qu'il avait préparée depuis fort longtemps et qu'il voyait comme un excellent moyen d'accroître son pouvoir au sein de l'équipe, voire de l'entreprise? Je suis sûr que vous avez déjà vécu ça, et que vous avez peut-être même été depuis dégoûté à vie de ce genre de réunions...

Et pourtant, il est impératif de trouver des idées neuves. Sans quoi, votre entreprise va finir par devoir mettre la clé sous la porte. Alors? Que faire? Eh bien, une idée peut être de remuer des idées ensemble, mais autrement. Tout autrement. Comment, au juste? C'est là justement l'objet d'une étude passionnante, intitulée Beyond productivity loss in brainstorming groups: The evolution of a question. Celle-ci est signée par : Wolfgang Stroebe, professeur en psychologie sociale à l'Université d'Utrecht (Pays-Bas); Bernard Nijstad, professeur d'économie à l'Université de Groningue (Pays-Bas); et Eric Rietzschel, professeur de psychologie organisationnelle à l'Université de Groningue (Pays-Bas). Et le plus beau, c'est qu'elle se solde par des trouvailles fantastiques à cet égard...

 

Ainsi, les trois chercheurs ont noté un fait a priori étrange : lorsqu'on compare la performance d'un groupe à l'occasion d'un brainstorming à celle d'un individu isolé dans son coin planchant sur le même sujet il appert que l'individu s'en sorte nettement mieux que le groupe! Il trouve davantage d'idées, et surtout, de meilleures idées, en ce sens qu'elles sont plus originales! Autrement dit, on serait plus créatif seul qu'à plusieurs. Un argument de poids sur lequel ne manquent pas de s'appuyer ceux qui crient à la fumisterie dès lors qu'on prononce le mot 'brainstorming'.

 

Pour vérifier tout cela, ils ont décidé de se plonger dans les quelque 50 années de recherche sur la créativité en groupe, un volet de recherche né au milieu du XXe siècle, après qu'Alex Osborn, l'un des hauts-dirigeants de l'agence de publicité américaine BBDO, a concocté cette technique de brassage d'idées. Une technique basée sur deux principes :

Les Affaires, 2015

[En ligne] http://www.lesaffaires.com/blogues/olivier-schmouker/les-4-regles-d-or-pour-devenir-genial-au-travail/581277

Suncor: Entretien d'équipement

Publié le 4 septembre 2015

Veuillez prendre note que nous procéderons à des arrêts planifiés d’équipements pour des travaux d’entretien annuel à partir du 08 septembre 2015 jusqu’en octobre. Durant cette période, la torchère sera utilisée au besoin.

Ces arrêts d’équipement impliqueront plusieurs travailleurs provenant de divers corps de métier. Il sera donc possible que vous observiez un plus grand achalandage tout au long des travaux.

Ces activités font partie de notre plan d’entretien et de réparation annuel régulier de l’usine afin d’assurer une opération sécuritaire et efficace de nos équipements.

Les travaux seront exécutés conformément à notre engagement envers la communauté afin de réduire les nuisances et leurs impacts.

Merci de votre compréhension.

Suncor Énergie, 2015
[En ligne] http://www.aiem.qc.ca/images/files/Avis/2015/Suncor_Avis_1sept2015.pdf

Valeant Pharmaceuticals investit dans les instruments chirurgicaux

Publié le 4 septembre 2015

Valeant Pharmaceuticals (TSX:VRX) a conclu une entente amicale afin d'acquérir Synergetics USA, un fournisseur d'instruments chirurgicaux de précision qui, selon la société québécoise, stimulera la croissance de son secteur des soins pour les yeux.

 

Dans le cadre de la transaction, annoncée mercredi, Valeant offrira 6,50 $US pour chaque action de Synergetics (Nasdaq:SURG), ce qui représente une prime de 48% par rapport à la valeur du titre de l'entreprise américaine avant l'ouverture des marchés, ainsi que jusqu'à 1 $US de plus par action si certains objectifs financiers sont atteints.

 

Peu après l'ouverture de la Bourse, l'action de Synergetics a bondi de 50,23%, ou 2,20 $US, pour coter à 6,60$. Le montant total de la transaction est estimé à 160 millions $US, que Valeant paiera au comptant.

 

Le président et chef de la direction de Synergetics, David Hable, a souligné, par voie de communiqué, que la transaction bénéficiera à la fois aux actionnaires de la société ainsi qu'aux consommateurs.

 

L'analyste Douglas Miehm, de RBC Marchés des capitaux, a évalué le montant de la transaction - dont la clôture est prévue au quatrième trimestre - à près de 166 millions $ US.

 

Dans un rapport, il croit que la transaction n'aura pas un effet significatif sur les activités de Valeant, soulignant toutefois que Synergetics permettra à la pharmaceutique établie à Laval d'acquérir une expertise dans le secteur de la chirurgie rétino-vitréenne.

La Presse canadienne, 2015

[En ligne] http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/sante-pharmaceutique-et-biotechnologies/valeant-pharmaceuticals-investit-dans-les-instruments-chirurgicaux/581294

Efficacité énergétique - Lise Thériault annonce l'attribution d'une aide financière de 251 214 $ au Centre de valorisation de Crabtree/ABC Environnement

Publié le 4 septembre 2015

NOTRE-DAME-DES-PRAIRIES, QC, le 3 sept. 2015 /CNW Telbec/ - La vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Lanaudière, Mme Lise Thériault, annonce au nom du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, M. Pierre Arcand, l'attribution d'une aide financière de 251 214 $ au Centre de valorisation de Crabtree/ABC Environnement pour la démonstration d'une innovation technologique. Ce projet s'inscrit dans le programme Technoclimat.

Le Centre de valorisation de Crabtree/ABC Environnement est un centre de traitement des boues de fosses septiques situé dans la région de Lanaudière. Une partie de son parc de camions vacuum et pression sera transformée pour fonctionner au gaz naturel comprimé (GNC).

Grâce à l'aide financière du gouvernement, l'entreprise pourra évaluer l'utilisation du GNC pour le fonctionnement des camions-outils. Une station de ravitaillement, connectée au réseau de Gaz Métro, a été installée et trois camions-outils fonctionnant au GNC ont été acquis. Éventuellement, la station de compression sera approvisionnée en gaz naturel vert (biométhane), ce qui permettra des réductions substantielles de gaz à effet de serre.

« Notre gouvernement continue d'affirmer son leadership en offrant aux promoteurs le soutien nécessaire au développement d'innovations technologiques visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) au Québec. Je salue l'initiative du Centre de valorisation de Crabtree/ABC Environnement qui, grâce à ce projet, diminuera les émissions de GES de plus de 225 tonnes chaque année, ce qui équivaut à retirer 67 véhicules de nos routes », a déclaré la ministre Thériault.

« La création d'emplois et la relance de l'économie québécoise font partie des priorités de notre gouvernement. En soutenant l'innovation technologique de nos entreprises et organisations par des initiatives comme le programme Technoclimat, nous favorisons, entre autres, le développement d'une économie plus verte », a renchéri le ministre Pierre Arcand.

« Grâce au Fonds vert, dont les revenus sont principalement issus du marché du carbone, le gouvernement soutient les entreprises québécoises dans leur transition vers un monde plus sobre en carbone. En plus de favoriser la relance et le développement durable de notre économie, cette mesure concrète, qui s'inscrit dans notre Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques, nous permet de lutter, ensemble, contre les changements climatiques afin d'assurer une qualité de vie à nos enfants », a pour sa part affirmé le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel.

À propos du programme Technoclimat
Technoclimat est un programme qui encourage le développement de nouvelles technologies ou de procédés innovateurs en matière d'efficacité énergétique, d'électrification des transports et d'énergies émergentes afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il est financé par le Fonds vert et par une quote-part versée par les distributeurs d'énergie. Pour plus d'information sur ce programme, consultez le site efficaciteenergetique.gouv.qc.ca.

Cabinet du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable du Plan Nord et ministre responsable de la région de la Côte-Nord, 2015

[En ligne] http://www.fil-information.gouv.qc.ca/Pages/Article.aspx?idArticle=2309034405

Le marc de café contre les gaz à effet de serre

Publié le 4 septembre 2015

Coup double pour l'environnement: des scientifiques annoncent pouvoir capturer et stocker du méthane dans le marc de café, alliant ainsi réduction des émissions de gaz à effet de serre et recyclage des déchets.

Pour y parvenir, il suffit de tremper le marc de café dans l'hydroxyde de sodium (également appelé soude caustique) et de chauffer le tout à 900 °C. On obtient alors un charbon actif en moins d'une journée, un record selon l'étude publiée jeudi dans la revue Nanotechnologie.

Le charbon actif est une structure composée principalement d'atomes de carbone, généralement obtenue après une étape de carbonisation à haute température, présentant une très grande surface qui lui confère un fort pouvoir absorbant.

Du charbon actif a déjà été fabriqué à partir de pneumatiques usagés, de coques de cacao, de pépins de raisin...

«La grande nouvelle, c'est que ce processus est rapide et que les matériaux de base sont bon marché», explique Christian Kemp, auteur de l'étude avec des collègues de l'Université nationale de science et de technologie d'Ulsan en Corée du Sud.

Le méthane, extrêmement polluant et au pouvoir très réchauffant, a le potentiel, dans sa forme pure, d'être une source de carburant propre pour véhicules.

Selon l'étude, transformer, à grande échelle, ce gaz dangereux en source d'énergie pourrait freiner le changement climatique.

Agence France-Presse, 2015
[En ligne] http://www.lapresse.ca/environnement/pollution/201509/03/01-4897529-le-marc-de-cafe-contre-les-gaz-a-effet-de-serre.php

Mieux protéger les abeilles

Publié le 3 septembre 2015

Une équipe de neurophysiologistes de la Faculté de médecine et de l'Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ) vient de réaliser une percée qui pourrait conduire à une meilleure évaluation de la toxicité des insecticides pour les abeilles. Les détails de cette découverte sont présentés dans un article qu'ils publient avec leurs collaborateurs français et américains dans un récent numéro de la revue Scientific Reports, une publication du groupe Nature.

Le lien entre la neurophysiologie humaine et les abeilles passe par les canaux ioniques. Présents dans les membranes cellulaires de tous les organismes vivants, ces canaux, qui interviennent notamment dans les contractions musculaires et la transmission de l'influx nerveux, contrôlent le passage des ions entre l'intérieur et l'extérieur des cellules. «Chez l'humain, leur mauvais fonctionnement peut provoquer des maladies neuromusculaires ou l'arythmie cardiaque», explique le professeur Mohamed Chahine, de la Faculté de médecine, qui étudie ces structures depuis 25 ans.

Certains insecticides ciblent un type de canaux ioniques (les canaux sodiques) présents chez les insectes nuisibles. Ils agissent sur leur cerveau en altérant la mémoire, l'olfaction et le sens de l'orientation. «Mes collègues français soupçonnaient que ces insecticides pouvaient avoir le même effet sur les abeilles, ce qui pourrait expliquer pourquoi leurs populations sont en déclin un peu partout dans le monde, souligne le professeur Chahine. Ils m'ont contacté afin que nous mettions nos expertises en commun pour tester cette hypothèse.»

Pour ce faire, les chercheurs ont d'abord isolé le gène du canal sodique de l'abeille, puis ils l'ont cloné et ils l'ont inséré dans un oeuf de grenouille. «Le résultat est que nous disposons d'une grosse cellule dont la membrane contient des canaux sodiques de l'abeille, ce qui permet d'évaluer l'effet d'un insecticide sur ces structures», résume le professeur Chahine. Les tests effectués avec des insecticides de la famille des pyréthroïdes sont sans équivoque: l'affinité de ces produits pour les canaux sodiques des abeilles est aussi grande que celle observée chez les insectes nuisibles.

«Le système que nous avons mis au point pourrait servir à tester la toxicité des nouveaux insecticides sur les abeilles, estime le chercheur. Son principal avantage est qu'il produit des résultats en quelques jours, alors qu'il faut plusieurs mois lorsqu'on fait des essais sur des abeilles. Notre approche permettrait de faire un triage rapide des produits pour lesquels il vaut la peine de poursuivre les tests. Nous avons d'ailleurs déposé une demande de brevet pour cette technologie.»

L'article paru dans Scientific Reports est signé par Pascal Gosselin-Badaroudine, Adrien Moreau et Mohamed Chahine, de l'Université Laval, Lucie Delemotte et Michael Klein, de l'Université Temple, Thierry Cens, Mathieu Rousset et Pierre Charnet, du CNRS à Montpellier, ainsi que Claude Collet, de l'INRA à Avignon.

Université Laval, 2015
[En ligne] http://www.lefil.ulaval.ca/articles/mieux-proteger-les-abeilles-37499.html

Fuite majeure d'hydrocarbures d'un puits sous-marin à T.-N.-L.

Publié le 3 septembre 2015

Husky Energy rapporte une fuite majeure d'hydrocarbures provenant d'une conduite reliée à deux de ses puits sous-marins au large de Terre-Neuve. L'information a été rendue publique par l'organisme réglementaire de l'industrie, l'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers.

La fuite est survenue lundi dans le centre de forage sud du gisement White Rose. Husky Energy estime que 8938 kilogrammes de gaz naturel se sont échappés avant que la conduite soit fermée, 12 minutes après l'alarme initiale.

Une porte-parole de Husky a expliqué qu'une inspection sous-marine a révélé que la fuite provenait d'une section de tuyau flexible reliant des composantes submergées et menant aux puits.

Elle a précisé que l'incident a entraîné des restrictions au flux de gaz des deux puits, mais que ceux-ci peuvent toujours extraire du pétrole du gisement. L'organisme réglementaire analyse l'événement et Husky a institué sa propre enquête.

Radio-Canada avec La Presse canadienne, 2015
[En ligne] http://ici.radio-canada.ca/regions/atlantique/2015/09/02/007-guite-hydrocarbure-puit-terre-neuve-husky.shtml

Suppression de 900 emplois de plus

Publié le 3 septembre 2015

Une nouvelle vague de suppressions d’emplois frappe le secteur canadien de l’énergie, alors que deux sociétés pétrolières ont annoncé mardi l’élimination d’un total de 900 emplois, essentiellement à Calgary.

 

Penn West Petroleum réduira son effectif de 35 % en rompant ses liens avec plus de 400 employés à temps plein et sous-traitants.

 

ConocoPhillips Canada prévoit pour sa part de mettre à pied 400 employés et 100 sous-traitants, soit une réduction de 15 % de son effectif.

 

Penn West a précisé que la plupart des mises à pied annoncées mardi étaient effectives immédiatement, tandis que ConocoPhillips a indiqué lundi à ses employés que la réduction de sa main-d’oeuvre aurait lieu vers la mi-octobre.

 

« Nous n’entrevoyons pas beaucoup de correction à court terme. […] Cela change vraiment, en quelque sorte, la façon dont nous travaillons et cela entraîne, malheureusement, des réductions d’effectif », a affirmé mardi le porte-parole de ConocoPhillips, Rob Evans.

 

Selon M. Evans, les coupes chez ConocoPhillips s’inscrivent dans le cadre d’une réduction de 10 % de l’effectif global du grand producteur américain. À l’échelle mondiale, le géant de l’énergie supprimera environ 1810 emplois.

 

Le président et chef de la direction de Penn West, Dave Roberts, a aussi indiqué mardi, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes, qu’il s’attendait à ce que le cycle actuel soit « prolongé et de plus en plus volatil ».

 

Penn West estime que ses réductions de personnel diminueront ses dépenses d’environ 45 millions par année.

 

La société suspendra en outre son dividende après le paiement d’octobre, pour une économie de 20 millions par année, diminuera les compensations du conseil de 40 à 50 % et réduira davantage le budget de dépenses en immobilisations de 75 millions.

 

Cette dernière réduction ramène le budget de dépenses de Penn West à 500 millions — soit 40 % de moins que son plan original pour 2015, qui visait à investir 840 millions.

 

Pour 2016, la société prévoit de réduire encore davantage ses dépenses en immobilisations, c’est-à-dire entre 150 millions et 250 millions par rapport à cette année, dans l’intention de garder ces dépenses à un niveau inférieur à celui des flux de trésorerie tirés des activités.

 

Le baril de pétrole brut s’échange à moins de 50 $US ces dernières semaines, tandis qu’il valait plus de 100 $US au début de l’été dernier.

La Presse canadienne, 2015

[En ligne] http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/448994/penn-west-coupe-400-emplois-surtout-a-calgary-et-suspend-des-projets

Québec investit dans le gaz naturel

Publié le 3 septembre 2015

Le gouvernement du Québec va investir 3,8 millions dans la première phase du projet Bourque, mis en oeuvre par la société Pétrolia afin d’explorer un réservoir de gaz naturel près de Murdochville, en Gaspésie. Québec va prendre une participation dans Pétrolia ou, grâce à une coentreprise, dans le projet lui-même, a indiqué mardi la société. Par ailleurs, Tugliq Énergie va investir 2,7 millions dans le projet Bourque. Les travaux, dénoncés par les écologistes, commenceront dans les prochaines semaines. À terme, l’objectif serait d’établir une chaîne d’approvisionnement reliant la Gaspésie à la Côte-Nord et au Nord-du-Québec. De leur côté, les Manufacturiers et Exportateurs du Québec ont estimé que « le meilleur geste à poser en ce moment pour les grandes sociétés minières est de leur permettre de réduire leur coût en énergie, particulièrement les exploitants de minerai de fer ».

Le Devoir, 2015
[En ligne] http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/449039/quebec-investit-dans-le-gaz-naturel

Barack Obama porte le combat sur le climat en Alaska

Publié le 2 septembre 2015

Pour les présidents américains, l'Alaska est souvent une simple escale technique en route vers l'Asie. Barack Obama a décidé de s'y arrêter trois jours. Avec un objectif : braquer les projecteurs sur les conséquences les plus spectaculaires du changement climatique.

Rencontre avec des pêcheurs dans la petite ville de Dillinghman, escale à Kotzebue plus au nord, visite des glaciers près de Seward, conférence internationale à Anchorage : à trois mois de la conférence de Paris sur le climat, le président américain s'emploie à sensibiliser l'opinion publique face à «l'un des plus grands défis de notre siècle».

«En Alaska, les glaciers fondent. La chasse et la pêche dont dépendent les habitants depuis des générations pour vivre sont menacées. Avec la fonte du pergélisol (sous-sol gelé), certaines habitations s'enfoncent même dans le sol», a-t-il lancé, à l'heure où nombre de ses adversaires républicains contestent la réalité du réchauffement ou l'impact des activités humaines sur ce phénomène.



Si Warren G. Harding fut le premier président américain à se rendre en Alaska en 1923, en bateau depuis Seattle, M. Obama deviendra le premier président en exercice à se rendre sur la côte arctique de cet État, le plus vaste du pays, mais aussi celui qui a la densité de population la plus faible.

Ce déplacement lointain - quelque 5400 km séparent Washington d'Anchorage - doit permettre de renforcer le «sentiment d'urgence», souligne Rafe Pomerance, membre du Bureau sur la recherche polaire à l'Académie des sciences.

«Les glaciers de l'Alaska et du Groenland, la banquise, le pergélisol, la couverture neigeuse au printemps dans l'hémisphère nord : tout fond et se réduit et cela a de réelles conséquences pour le reste du monde», explique-t-il à l'AFP.

Les scientifiques mettent régulièrement en garde contre la bombe à retardement que représente un dégel du pergélisol qui emprisonne des milliards de tonnes de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, mais aussi méthane). Si cette matière organique gelée fond, elle relâche lentement tout le carbone qui y a été accumulé et ainsi «neutralisé» au fil des millénaires. Et enclenche un cercle vicieux : ce dégel libère des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, ce qui accentue le réchauffement et donc la fonte.

«Bureaucrates de Washington»

«Ce qui se passe en Arctique ne reste pas dans l'Arctique (...) l'impact va bien au-delà», résume Karen Florini, envoyée spéciale adjointe pour le changement climatique au sein du département d'État.

M. Obama, qui vient de présenter un plan de réduction draconien des émissions de CO2 des centrales électriques, qui devrait entraîner la fermeture de nombre de centrales à charbon vétustes, a durci le ton ces derniers mois sur un sujet qu'il avait érigé en priorité lors de sa campagne présidentielle, il y a plus de six ans.

Mais le président américain n'a pas, tant s'en faut, que de fervents partisans en Alaska.

Le sénateur républicain Dan Sullivan l'a accusé de vouloir transformer cet État en «un grand parc national». Don Young, élu républicain à la Chambre des représentants, dénonce l'attitude «du président et de son équipe de bureaucrates de Washington qui croient être les seuls à savoir ce qui est bon pour l'Alaska».

Au cours des mois écoulés, M. Obama a aussi dû faire face à la fronde de nombre d'associations de défense de l'environnement.

Sa décision, annoncée fin décembre, d'interdire les forages dans la baie de Bristol et de protéger des millions d'hectares de côtes et de terrains sauvages a été largement saluée.

Mais le feu vert accordé récemment au groupe Shell pour mener des forages dans la mer des Tchouktches, plus au nord, a suscité l'incompréhension chez nombre de militants. Ces derniers dénoncent un message contre-productif à l'approche de la conférence de Paris, rendez-vous crucial qui vise à conclure un accord international pour enrayer la hausse du thermomètre mondial.

La Maison-Blanche souligne que la transition énergétique prendra du temps et que, dans l'intervalle, c'est la meilleure solution possible. «Avec toutes les précautions que nous prenons, je préfère que nous produisions notre pétrole et notre gaz plutôt que de l'importer», a expliqué M. Obama.

Il n'a cependant pas convaincu les détracteurs du projet, à l'image de Greenpeace et de l'Alaska Climate Action Network, qui ont appelé à manifester lundi, jour de son arrivée à Anchorage.

Agence France-Presse, 2015
[En ligne] http://www.lapresse.ca/environnement/dossiers/changements-climatiques/201508/28/01-4896028-barack-obama-porte-le-combat-sur-le-climat-en-alaska.php

CF, nouveau leader des azotés avec OCI

Publié le 2 septembre 2015

Décidément, le secteur des engrais est particulièrement agité cette année. L'Américain CF Industries s'est lancé mi-août dans l'acquisition des activités européennes et américaines d'OCI, ainsi que son réseau global de distribution basé à Dubaï (Émirats arabes unis). Soit une gigantesque opération valorisée à près de 8 milliards de dollars (près de 7 Mrds €), dont 2 Mrds $ de reprise de dette. Cette acquisition, qui pourrait être finalisée mi-2016, déboucherait sur la création d'un géant des engrais azotés doté de capacités mondiales de 12 millions de tonnes par an. Pressentie depuis le début de l'été, la transaction s'effectuera par un mélange complexe en numéraire et en échanges d'actions, et le nouveau groupe devrait être détenu à hauteur de 72,3 % des actionnaires actuels de CF et de 27,7 % pour ceux d'OCI. Une holding sera implantée au Royaume-Uni, le groupe CF actuel en devenant du coup une filiale. L'accord, approuvé par les conseils d'administration de CF et d'OCI, octroie aussi au futur groupe une option afin d'acquérir, pour 500 M$ en numéraire, 45 % de Natgasoline. CF détiendra même une option pour acquérir à l'avenir le reste du capital de ce projet d'OCI. Natgasoline consiste en la construction d'un gigantesque complexe de méthanol de 1,75 Mt/an à Beaumont au Texas (États-Unis). La mise en service est entrevue pour 2017.

Industriellement, OCI cède ses unités de production d'engrais azotés de Geleen (Pays-Bas, environ 2 Mt/an) et de Weever dans l'Iowa (États-Unis, entre 1,6 et 1,8 Mt/an, démarrage début 2016), les parts de sa filiale OCI Partners (près de 80 %) dans un complexe d'ammoniac (375 000 t/an) et de méthanol (1 Mt/an) à Beaumont (Texas), et son réseau mondial de distribution basé à Dubaï (2,9 Mt/an de produits distribués). OCI, d'origine égyptienne et qui s'est recentré sur les engrais cette année, conservera ses actifs en Afrique du Nord (Égypte et Algérie).

Pour CF, cette opération va lui permettre de consolider son réseau de production européen, limité pour l'heure à sa filiale GrowHow basée au Royaume-Uni dont il a acquis au début de l'été la totalité du capital auprès du Norvégien Yara. L'apport d'OCI permettra aussi à CF d'entrer sur le marché du méthanol, en se positionnant d'emblée comme un acteur de très grande envergure en Amérique du Nord.

Info Chimie, 2015

[En ligne] http://www.industrie.com/chimie/cf-nouveau-leader-des-azotes-avec-oci,66169#xtor=RSS-31

Une fabrique de lithium dans l'ancienne usine Laurentide

Publié le 2 septembre 2015

L'ancienne usine de pâtes et papier Laurentide dans le secteur Grand-Mère à Shawinigan va revivre. L'implantation d'une fabrique de composés de lithium du groupe Nemaska sera annoncée la semaine prochaine.

Le lithium entre dans la fabrication de piles pour des équipements électroniques et des voitures électriques. Une centaine d'emplois seront créés. Le projet coûtera 300 millions $. Il comprend l'exploitation d'une mine dans le Nord-du-Québec.

C'est la ville de Shawinigan qui fera l'acquisition de l'ancienne papeterie pour ensuite y accueillir Nemaska.

Le transfert de propriété avec Produits forestiers Résolu devrait se faire dans les prochains jours.

La Ville de Shawinigan n'a rien voulu confirmer, si ce n'est que «les démarches vont bon train avec Résolu et qu'on devrait en arriver à une conclusion assez rapidement».

Le coût de la transaction se situera entre 2 et 3 millions $. Québec offrira 1 million $ puisé à même le fonds créé par Produits forestiers Résolu afin d'encourager le développement économique des communautés touchées par la fermeture d'une de ses unités de production.

L'usine Laurentide avait cessé ses activités à la fin de l'été 2014. Le gouvernement fédéral a récemment donné son approbation à l'exploitation de la mine d'où proviendra la matière première pour la fabrication d'hydroxyde et de carbonate de lithium.

Nemaska avait d'abord regardé du côté de Vaudreuil pour l'implantation d'une usine expérimentale et ensuite d'une usine commerciale. Finalement les deux seront réalisées dans l'ancienne Laurentide. Québec et Ottawa se sont déjà engagés pour 22 millions $ afin de soutenir ce projet.

TVA Nouvelles, 2015
[En ligne] http://tvanouvelles.ca/lcn/economie/archives/2015/08/20150831-173311.html

Sortir de l'ère du pétrole : un rêve à portée de main

Publié le 1 septembre 2015

« À Saint-Hyacinthe, on produit déjà du biométhane à partir de déchets. Ça évite l'enfouissement. À part le biométhane, on a un gros projet à La Tuque où on veut faire du biodiesel avec des résidus forestiers. À Sainte-Catherine, près de Montréal, l'usine Rothsay produit aussi du biodiesel à partir de gras animal d'abattoir et d'huiles récupérées de la restauration. Il y a plusieurs options actuellement disponibles », énumère Pierre Langlois, physicien et consultant en mobilité durable.

Un autre projet est sur le point de voir le jour à Varennes, à côté de l'usine d'éthanol Greenfield. On construira sur le même site une usine de biocarburant de 2e génération, fait à partir à partir de déchets non recyclables. Le projet est le résultat d'une coopération entre les compagnies Greenfield et Enerkem.

« On voit arriver de nouvelles usines qui peuvent produire des biocarburants à partir de biomasse résiduelle, soit forestière, agricole ou urbaine », explique Marie-Hélène Labrie, vice-président aux affaires gouvernementales et communications chez Enerkem.

Dès son entrée en service en 2016, la nouvelle usine d'Enerkem et de Greenfield produira 38 millions de litres d'éthanol et de biométhanol, deux carburants qui peuvent être utilisés dans les voitures conventionnelles. Enerkem possède déjà une usine semblable à Edmonton, en Alberta, et on veut maintenant multiplier ce modèle d'usine un peu partout. Les principaux clients : les pétrolières qui ajoutent l'éthanol à l'essence.

« L'agence de protection de l'environnement aux États-Unis a permis l'utilisation de 15 % d'éthanol au lieu de 10 %. On voit que la limite technique est repoussée. Sans changer nos voitures, on va pouvoir mettre de plus en plus d'éthanol », dit Marie-Hélène Labrie.

Plus d'éthanol dans l'essence

Au Canada, on retrouve déjà un minimum de 5 % d'éthanol dans l'essence (même s'il n'y a pas de réglementation au Québec). Passer à 15 % d'éthanol diminuerait notre consommation d'essence de 10 %.

« On voit aussi un intérêt pour des mélanges à 20 %, 30 % d'éthanol pour des voitures qui vont devoir être de plus en plus petites », ajoute Marie-Hélène Labrie.

Si l'éthanol de maïs a essuyé plusieurs critiques ces dernières années, des pays comme le Brésil roulent en majeure partie grâce à l'éthanol de canne à sucre ou à divers mélanges essence-éthanol. Tous ces carburants peuvent être utilisés au choix dans les voitures munies de moteurs flex-fuel, aussi disponibles au Canada. La plupart des moteurs pourraient d'ailleurs être convertis en flex-fuel en reprogrammant l'ordinateur de bord des voitures.

Dans un climat comme le Canada, rouler entièrement à l'éthanol pose toutefois des problèmes de corrosion sur certaines pièces du moteur, qu'il conviendrait de remplacer par des pièces en plastique.

« Il nous faut aussi des pompes aux stations-service, explique la porte-parole d'Enerkem. On a besoin de faire un virage où l'on offre au consommateur beaucoup plus d'options ».

Pour plusieurs experts, cependant, les biocarburants ne pourront répondre à toute la demande, même à long terme. Ils croient plutôt à un mélange de moteurs électriques et de moteurs à combustion qui peuvent utiliser les biocarburants.

« Le principal élément de remplacement du pétrole, ça va être l'électricité. Plus de 90 % des kilomètres devront être fait à l'électricité. À partir de ce moment, le biocarburant, ça va être 6 ou 7 % de la consommation d'essence. Mais déjà maintenant, on peut éliminer plus de 90 % de l'essence », pense Pierre Langlois, qui est aussi l'auteur du livre Rouler sans pétrole.

Scepticisme sur l'hydrogène

M. Langlois est toutefois pessimiste par rapport aux technologies comme la voiture à hydrogène. « L'hydrogène est fait à partir de carburant fossile. Les émissions ne sont pas faites au bout du tuyau d'échappement de la voiture, mais à l'usine qui fabrique l'hydrogène. C'est l'équivalent d'une voiture qui consomme 5 litres aux 100 km. Donc on ne gagne rien! Et les stations de ravitaillement d'hydrogène coûtent beaucoup plus cher », dit-il.

Le gaz naturel liquéfié, qui commence à être utilisé sur les flottes de camions, fait aussi des sceptiques à cause de son impact environnemental. L'extraction du gaz naturel génère en effet beaucoup d'émissions de gaz à effets de serre, même si les émissions du véhicule sont plus faibles.

Le biométhanol semble plus prometteur; ses usages sont déjà nombreux dans l'industrie. Il est aussi utilisé comme carburant dans les courses de voitures de formule Indy, parce qu'il s'enflamme difficilement. Il est donc plus sécuritaire en cas de fuite ou d'accident.

À Varennes, l'usine Greenfield, établie depuis 2007, poursuit les recherches sur des plantes de substitution moins controversées que le maïs pour produire de l'éthanol. « On est déjà l'usine la plus performante au pays », assure Jean Roberge, directeur général de l'usine.

L'usine de Varennes produit annuellement 175 millions de litres d'éthanol, mais le Québec doit importer un supplément de 250 millions de litres pour répondre à sa demande interne.

Radio-Canada, 2015

[En ligne] http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/environnement/2015/08/29/001-sortir-ere-petrole-carburants-disponibles-ethanol-biomethanol-biodiesel.shtml

Les séismes liés à la fracturation hydraulique pourraient se multiplier

Publié le 1 septembre 2015

Si l'industrie du gaz naturel liquéfié (GNL) progresse tel que l'espère le gouvernement de la Colombie-Britannique, les séismes induits par la fracturation hydraulique pourraient se faire cinq fois plus nombreux, estime un expert.

Progress Energy, l'entreprise qui approvisionnerait un important terminal de GNL - la même qui a été désignée responsable d'un séisme de magnitude 4,4 l'an dernier - assure toutefois qu'elle ne compte pas intensifier ses activités de forage.

Selon les responsables de Progress Energy, il n'est pas nécessaire d'augmenter le nombre de puits qu'elle creuse par année pour approvisionner le terminal projeté de liquéfaction et d'exportation de GNL, le Pacific NorthWest, près de Prince Rupert.

«Nos activités de forage en amont demeureront relativement constantes par rapport aux niveaux actuels du projet de GNL, ou pourraient même diminuer, ne présentant donc pas de risques supplémentaires», a indiqué la porte-parole Stacie Dley, par courriel.

Progress Energy a suspendu ses activités depuis qu'une secousse de magnitude 4,6 a eu lieu le 17 août dernier, dans le nord-est de la Colombie-Britannique. La commission provinciale pour le pétrole et le gaz enquête, mais n'a pas encore établi de cause.

Cette même commission avait confirmé que Progress Energy avait déclenché en août de l'an dernier un séisme de magnitude 4,4, soit l'un des plus forts induits par l'industrie du gaz naturel, dont l'extraction se fait par fracturation hydraulique, un procédé qui requiert de fracturer le sol en injectant de l'eau et des produits chimiques.

Le projet de terminal Pacific NorthWest, un investissement de 36 milliards $, est une des pierres angulaires du plan du gouvernement libéral de la province pour bâtir l'industrie de l'exportation du gaz naturel en Asie. La province l'a approuvé, mais une commission fédérale le révise actuellement.

Mais selon David Hugues, un géoscientifique qui a travaillé durant 32 ans à la commission géologique du Canada (CGC) et qui a récemment analysé les plans du gouvernement pour le compte du Centre canadien de politiques alternatives, les activités de forage devraient se multiplier par cinq d'ici 2020 pour remplir les plus hauts objectifs de la province. Le gouvernement de la Colombie-Britannique estime que cinq terminaux pourraient traiter 82 millions de tonnes de GNL par année. Cela représente jusqu'à 2100 puits par année, d'après M. Hugues.

«Si cinq nouveaux terminaux sont construits, a-t-il prévenu, tenez-vous prêts pour des activités sismiques inévitables. Je ne pense pas qu'il ait de moyen de stopper cela. C'est le prix à payer.»

La Presse canadienne, 2015
[En ligne] http://www.lapresse.ca/environnement/201508/30/01-4896450-les-seismes-lies-a-la-fracturation-hydraulique-pourraient-se-multiplier.php
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.