L'OCDE appelle à réformer les aides aux combustibles fossiles

Publié le 21 septembre 2015

L'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) a plaidé lundi pour une réforme des mesures publiques de soutien aux combustibles fossiles qui, même si leur importance semble se réduire, demeurent coûteuses et nuisent à la lutte contre le réchauffement climatique.

Ces soutiens, qui favorisent la production ou la consommation de ces combustibles, ont représenté 160 à 200 milliards de dollars par an durant la période 2010-2014, principalement en faveur des produits pétroliers, selon l'OCDE, qui a recensé près de 800 mesures appliquées dans ses 34 pays membres et six pays émergents (Afrique du Sud, Brésil, Chine, Inde, Indonésie, Russie).

«Non seulement les subventions en faveur des combustibles fossiles compromettent les efforts entrepris pour atténuer le changement climatique, mais elles constituent aussi une politique coûteuse, source de nombreuses distorsions», écrit l'organisation internationale dans son Rapport accompagnant l'inventaire OCDE des mesures de soutien pour les combustibles fossiles.

«Ces subventions accentuent le risque de perpétuer pendant des années, voire des décennies, des technologies polluantes contenues dans des biens d'équipement à longue durée de vie», poursuit-elle.

En cette période de morosité économique, elles sont aussi «susceptibles de grever le budget des États en faisant augmenter les dépenses publiques ou diminuer les recettes fiscales, et ce alors que de nombreux pays s'efforcent, par des mesures draconiennes, de réduire leur dette publique», ajoute-t-elle.

L'importance du soutien public au pétrole, aux carburants, au charbon ou au gaz semble certes s'orienter à la baisse, après les sommets de 2008 et 2011-2012, surtout grâce à la fin ou à la diminution des aides en faveur du gazole et/ou de l'essence au Mexique, en Inde et en Indonésie.

La France a, elle, rétabli progressivement en 2014 la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (TICGN) pour les ménages se chauffant au gaz, qui en étaient auparavant exemptés.

Mais l'OCDE constate «une certaine inertie, les mesures en faveur des combustibles fossiles ayant tendance à rester en place pendant des périodes prolongées» - deux tiers d'entre elles ont été adoptées avant l'an 2000. Elle estime qu'il subsiste «d'importantes possibilités de réforme».

Sans se prononcer sur le bien-fondé de chacune des mesures recensées, l'organisation pointe l'existence d'alternatives plus ciblées qui permettraient d'atteindre le même objectif. Par exemple, si l'objectif visé est d'aider les ménages, elle estime plus efficace d'apporter un soutien direct au revenu et d'améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments ou des appareils électroménagers que d'inciter à consommer de l'énergie, via une taxe réduite notamment.

Agence France-Presse, 2015
[En ligne] http://www.lapresse.ca/environnement/politique-verte/201509/21/01-4902362-locde-appelle-a-reformer-les-aides-aux-combustibles-fossiles.php

(ANGLAIS) À l'intérieur de la politique climatique aux États-Unis

Publié le 21 septembre 2015

The politics of climate change are often depicted as a simple battle, between environmentalists and particular industries, over government policy. That's not wrong, but it's only a rough sketch of the matter. Now a paper co-authored by MIT economist Christopher Knittel fills in some important details of the picture, revealing an essential mechanism that underlies the politics of the climate battle.

Specifically, as Knittel and his colleagues demonstrate, at least one climate policy enacted by Congress -- on transportation fuels -- contains a crucial asymmetry: It imposes modest costs on most people, but yields significant benefits for a smaller group. Thus, most people are politically indifferent to the legislation, even though it hurts them marginally, but a few fight hard to maintain it. The same principle may also apply to other types of climate legislation.

In 2005, Congress introduced the Renewable Fuel Standard (RFS), which mandates a minimum level of ethanol that must be used in gasoline every year, as a way of reducing greenhouse gas emissions. Ethanol can indeed reduce emissions, but as Knittel and other economists have argued, it is not the most efficient way of doing so: He estimates that mandating ethanol use is at least 2.5 times as costly, per ton of greenhouse gas reduction, as a cap-and-trade (CAT) policy, which would price the carbon emitted by all transportation fuels.

But corn-based ethanol production has strong political support in the Midwest, where much of the corn industry is based. In the new paper, Knittel and his colleagues quantify that effect in unique detail. They model what U.S. fuel consumption would likely look like through 2022 under both RFS and CAT scenarios, among others. Compared with a cap-and-trade system, the average American would lose $34 annually due to the RFS policy. But 5 percent of U.S. counties would gain more than $1,250 per capita, and one county gains $6,000 per capita.

Thus, most people are indifferent to the shortcomings of the RFS policy, but those who care tend to support it vigorously.

"Because of the skew in the distribution, you have the typical voter who doesn't find it in their interest to fight against the inefficient policy, but the big winners are really going to fight for the inefficient policy," says Knittel, adding: "If the typical voter is losing $30 a year, that's not enough for me to write to my congressman. Whereas if you have someone on the upper end who is going to gain $6,000 -- that's enough for me to write my congressman."

The political economy of energy

As the study shows, some folks do more than write to their representatives. Knittel and his colleagues found that members of the House of Representatives in districts that gain greatly from the RFS policy received an average of $33,000 more from organizations that opposed one particular piece of legislation -- the 2009 Waxman-Markey bill, which would have created a CAT system, and likely would have reduced ethanol use. That bill passed in the House in July 2009, but was never taken up by the U.S. Senate.

That difference in campaign contributions holds up strongly even when the researchers controlled for factors such as ideology, state, and overall emissions. That is, other things being equal, representatives of the specific areas benefitting most from RFS were given far more in donations from opponents of the Waxman-Markey bill than other congressmen. Representatives were also 39 percentage points more likely to oppose Waxman-Markey, other things being equal, if they were in districts that benefit strongly from the RFS policy.

"It's a very robust finding," Knittel says. "One interpretation is that these people or corporations who were donating money have a model very similar to ours, and are able to predict winners and losers under different policies. This is a very sophisticated group."

On one level, the results confirmed something that was broadly understood: Areas with corn-based economies support ethanol. On another level, the study reveals the deep asymmetry that structures the politics of the issue: on one side, widespread indifference; on the other, narrow but deep support.

"It wasn't until we got the results that we were able to think through the political economy of it," Knittel says.

Tax the externality

The paper, "Some Inconvenient Truths About Climate Change Policy: The Distributional Impacts of Transportation Policies," is forthcoming in the Review of Economics and Statistics.

The paper's co-authors are Knittel; Stephen P. Holland of the University of North Carolina at Greensboro; Jonathan E. Hughes of the University of Colorado; and Nathan C. Parker of the Institute of Transportation Studies at the University of California at Davis.

To conduct the study, the researchers used modeling by Parker that estimates where ethanol production will be located in coming years, as well as projecting the overall costs of various potential transportation fuel policies, were they to be implemented. The work also drew extensively on methods the other co-authors have used in evaluating both the potential impact of biofuels as a gasoline replacement and the relationship between policy options and politics.

On the general question of picking the optimal emissions-reduction policy, Knittel says, "The efficient policy is to tax the externality." That is, to tax the additional cost or problem imposed on people -- in this case, greenhouse gas emissions. That forces consumers to account for the costs of their own decisions, such as buying fuel-efficient vehicles.

Knittel suggests the same kind of political asymmetry is probably at work in other aspects of climate politics. When it comes to coal-burning power plants, most people are only marginally affected by policy changes -- but people living in coal-mining areas are deeply affected, and so have a much larger impact on the policy debate.

"We hope this paper sparks a literature that can do the same thing for other fuels," Knittel says.

Massachusetts Institute of Technology, 2015

[En ligne] http://www.sciencedaily.com/releases/2015/09/150911140710.htm


Biocarburants : Global Bioenergies vise le secteur aérien

Publié le 21 septembre 2015

L'entreprise française spécialiste de la conversion de ressources renouvelables en hydrocarbures par fermentation développe des ambitions dans l'aviation. Plus précisément dans les biocarburants. Global Bioenergies vient ainsi de rejoindre Aviation Initiative for Renewable in Germany (Aireg), un consortium regroupant constructeurs et équipementiers aéronautiques, producteurs de biocarburants, et d'autres intervenants dans le secteur aérien. Créé en 2011, Aireg vise à atteindre un taux d'utilisation de 10 % de biocarburants dans la consommation totale de carburants aériens en Allemagne d'ici 2025. La coopération avec Aireg porte sur la trimérisation d'isobutène, laquelle permet d'obtenir de l'isododécane, qualifié d'option « viable » par Global Bioenergies pour être employé comme carburant aéronautique. Le chimiste français, qui s'est focalisé dans l'isobutène biosourcé depuis son démarrage, espère ainsi produire de l'isododécane à partir de sucres issus de déchets de bois et de paille. Les premiers lots de biocarburant aéronautique pourraient rapidement être produits sur le site pilote de Global Bioenergies à Leuna, en Allemagne.

Info Chimie, 2015
[En ligne] http://www.industrie.com/chimie/biocarburants-global-bioenergies-vise-le-secteur-aerien,66547#xtor=RSS-31

La majorité des travailleurs accordent de l'importance à l'acquisition de nouvelles compétences quand ils évaluent des offres d'emploi

Publié le 18 septembre 2015

TORONTO, le 17 sept. 2015 /CNW/ - Pour les travailleurs, de meilleures conditions pourraient bien s'incarner dans la possibilité d'apprendre quelque chose de nouveau, suggère un récent sondage de Robert Half Finance et Comptabilité. 

 

Parmi les professionnels de la finance et de la comptabilité interrogés, 62 % ont affirmé que l'occasion d'acquérir de nouvelles compétences est un facteur déterminant dans toute réorientation de carrière. Près de la moitié d'entre eux (47 %) ont aussi déclaré être très préoccupés quant à l'actualisation de leurs compétences dans les prochaines années, alors que 39 % se sont déclarés relativement préoccupés à ce sujet. La recherche a révélé que les travailleurs en début de carrière accordent une plus grande importance à l'apprentissage et à l'actualisation des compétences que ceux qui ont gravi les échelons, toutefois ces derniers y accordent encore beaucoup d'importance.

 

Nous avons demandé à des professionnels de la finance et de la comptabilité : « Quand vous évaluez une nouvelle opportunité d'emploi, à quel point la possibilité d'acquérir de nouvelles compétences dans ce poste est-elle importante pour vous? » Voici leurs réponses* :

 

Total

Débutants

Employés

Gestionnaires

Dirigeants

Très importante

62 %

72 %

67 %

59 %

56 %

Relativement importante

35 %

28 %

32 %

37 %

41 %

Pas du tout importante

2 %

0 %

1 %

3 %

3 %

 

99 %

100 %

100 %

100 %

100 %

 

* Le total des réponses n'est pas de 100 % en raison de l'arrondissement.

 

Nous avons aussi demandé aux répondants « Quel est votre degré de préoccupation quant à l'actualisation de vos compétences au cours des trois à cinq prochaines années? » Voici leurs réponses* :

 

Total

Débutants

Employés

Gestionnaires

Dirigeants

Très préoccupé

47 %

67 %

50 %

46 %

36 %

Relativement préoccupé

39 %

23 %

34 %

43 %

43 %

Pas du tout préoccupé

14 %

10 %

16 %

11 %

20 %

 

100 %

100 %

100 %

100 %

99 %

 

* Le total des réponses n'est pas de 100 % en raison de l'arrondissement.

 

« Les compétences professionnelles recherchées évoluent sans cesse et les professionnels, quelle que soit l'étape de carrière où ils se situent, doivent saisir toutes les occasions de perfectionner leurs compétences afin de demeurer à jour, a commenté Greg Scileppi, président, activités internationales de dotation en personnel, Robert Half. Les entreprises qui mettent de l'avant des initiatives de perfectionnement professionnel ont une bonne longueur d'avance sur les autres quand il s'agit d'attirer les candidats les plus talentueux dans un marché du travail de plus en plus concurrentiel. En offrant ce genre de programmes, les sociétés démontrent qu'elles s'intéressent directement à l'avancement professionnel de leurs employés. Cet engagement à l'égard de l'apprentissage continu et de l'innovation leur permet de se démarquer aux yeux des chercheurs d'emploi qualifiés. »

 

Méthodologie du sondage
Le sondage en ligne a été conçu et mené par Robert Half Finance et Comptabilité. Il comprend les réponses de plus de 550 professionnels de la finance et de la comptabilité au Canada.

 

Robert Half Finance et Comptabilité
Fondée en 1948, Robert Half Finance et Comptabilité, une division de Robert Half, est le premier et le plus important service de dotation en personnel spécialisé en finance au monde. La société compte plus de 145 bureaux dans le monde et propose des services de recherche d'emploi en ligne à roberthalffinance.ca. Suivez @RobertHalf_CAFR sur Twitter pour obtenir des conseils sur le marché de l'emploi et les plus récentes tendances en matière d'embauche.

 

Robert Half Finance et Comptabilité, 2015
[En ligne] http://www.newswire.ca/fr/news-releases/la-majorite-des-travailleurs-accordent-de-limportance-a-lacquisition-de-nouvelles-competences-quand-ils-evaluent-des-offres-demploi-528077711.html?p=622766

Qui émet peu de CO2 fait des économies

Publié le 18 septembre 2015

(Agence Science-Presse) Au moins 17 000 milliards $ d'économies en 2050. C'est ce que promet la Global Commission on the Economy and Climate, un groupe de penseurs de sept pays, si les villes s'engagent à diminuer leur empreinte carbone.

D'ici 2050, les deux tiers de la population mondiale vivront en ville. Pour créer de la croissance et des emplois, réduire la pauvreté et améliorer la qualité de vie, il faut donc construire des villes compactes et connectées. Transports non polluants comme le vélo, réduction des pertes énergétiques des bâtiments, développement des énergies renouvelables et gestion des déchets font partie des étapes indispensables.

Les auteurs de l'étude, publiée le 8 septembre, conseillent aux villes d'investir avant 2020 et de partager les résultats de leurs expériences. Les actions proposées pourraient ainsi réduire les émissions de CO2 mondiales de près de 3,7 milliards de tonnes d'ici 2030, soit ce que produit actuellement l'Inde.

Agence Science-Presse, 2015
[En ligne] http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2015/09/17/emet-peu-co2-fait-economies

Bourses de 1000$ remises à deux étudiants!

Publié le 17 septembre 2015

Grâce à un nouveau programme de bourses de stage visant à familiariser les jeunes avec les métiers de la chimie et de l’énergie, deux finissants en Opération et contrôle de procédés chimiques du Cégep de Sherbrooke ont eu la chance de remporter une bourse de stage d'une valeur de 1000 $. Fathellah Chinouf et Francis Lacasse ont ainsi pu faire leurs premières armes dans le métier d’assistant-opérateur chez l'entreprise sherbrookoise Neptune Technologies et Bioressources.

En tout, quatre étudiants de niveau collégial et universitaire ont effectué ce type de stage et trois d’entre eux ont remporté la bourse de 1 000 $, offerte conjointement par Neptune Technologies et Bioressources et par CoeffiScience, le comité sectoriel de main-d’œuvre de la chimie, de la pétrochimie, du raffinage et du gaz, le tout en collaboration avec la Fondation Cégep de Sherbrooke.

CoeffiScience a lancé en 2015 ce programme de bourses de stage qui s’inscrit dans son objectif de promotion des carrières et de découverte de l’industrie. « Il est important de permettre à la relève de connaître les professions et les métiers offerts par notre secteur pour l’aider à faire un choix de carrière éclairé. Ce programme de bourses permet donc aux entreprises qui le désirent de s’impliquer dans cette voie. Ce fut une grande réussite et nous nous préparons déjà à renouveler l’initiative en 2016 », a déclaré M. Guillaume Legendre, directeur général de CoeffiScience.

Pour Neptune Technologies et Bioressources, cette participation représente la suite logique de son engagement envers les jeunes et envers le programme Opération et contrôle de procédés chimiques du Cégep de Sherbrooke : « Neptune s’implique énormément auprès de la relève dans la région », a déclaré Éric Proulx, coordonnateur des ressources humaines de l’entreprise. « Nous croyons beaucoup en ce programme et nous sommes fiers d’avoir collaboré avec CoeffiScience pour soutenir une si bonne cause. Ce fut une très belle expérience. »

Petra Funk, directrice de la Fondation Cégep de Sherbrooke,  a insisté  sur le rôle de la Fondation et l’importance d’une telle initiative : « Lorsque nous avons reçu l’appel de nos partenaires Neptune Technologies et Bioressources et CoeffiScience, la Fondation a immédiatement accepté d’être présente dans le processus afin de faciliter la démarche. La Fondation a agi comme agent facilitateur pour les communications, la coordination des actions et le lien avec le Centre de formation continue. Les bourses remises constituent une grande première pour le programme d'attestation d'études collégiales Opération et contrôle de procédés chimiques; nous souhaitons vivement que cette initiative soit répétée par d’autres partenaires dans l’avenir. Nous avons un beau concept que nous pourrons prendre comme modèle. Merci à ces partenaires qui soulignent la persévérance scolaire lors d’un retour aux études. »

Pour en savoir plus sur le programme de bourses de stage de CoeffiScience, visitez www.coeffiscience.ca/travailler-dans-le-secteur/bourses-de-stage

Cégep de Sherbrooke, 2015
[En ligne] http://www.cegepsherbrooke.qc.ca/fr/nouvelles/bourses-de-1000-remises-a-deux-etudiants

Comment briller par votre patience au travail?

Publié le 16 septembre 2015

La patience. Une force ou une faiblesse, au travail? Pas facile de trancher, me direz-vous. Et pourtant, si. La patience est un véritable atout, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. C’est ce que j’ai saisi en parcourant un livre pétri d’intelligence : Le Pouvoir des petits riens - 52 exercices simples pour changer sa vie du psychologue américain Rick Hanson (Éditions des Arènes, 2013), récemment sorti en format de poche.

L’un des exercices concerne en effet la patience, et je l’ai trouvé lumineux. Vous me connaissez, je ne résiste pas au plaisir de le partager avec vous…

 

«Il est normal de vouloir que les choses arrivent en temps et lieu. Mais quelle attitude adopter si vous devez vous contenter d’un même poste de travail pendant plusieurs années avant de pouvoir en décrocher un meilleur? Si vous êtes coincé au téléphone avec une musique d’ambiance? Si vous attendez désespérement un courriel important? Si vous essayez d’installer un bambin remuant dans un siège-auto?

 

«La patience consiste à gérer les retards, les difficultés ou les gênes sans s’énerver. Les circonstances sont ce qu’elles sont, mais la patience, tel un amortisseur, vous protège de leur impact.

 

«À l’opposé, l’impatience considère les circonstances comme des freins ou des agressions, de sorte qu’elle entraîne de la frustration, de la déception ou de l’agacement. Puis l’insistance entre en jeu : «Il faut que ça change!» Mais, par définition, vous n’avez pas les moyens de faire respecter cet ordre (sinon, il n’y aurait aucune raison de s’impatienter). L’impatience associe les trois ingrédients du stress toxique : les expériences désagréables, la pression ou l’urgence ainsi que le manque de contrôle.

Les Affaires, 2015

[En ligne] http://www.lesaffaires.com/blogues/olivier-schmouker/comment-briller-par-votre-patience-au-travail/581624

Investissement chez Kruger Trois-Rivières : « une excellente nouvelle », selon un expert

Publié le 16 septembre 2015

Kruger compte convertir la machine à papier numéro 10 de l'usine du boulevard Gene-H.-Kruger pour qu'elle puisse produire du carton destiné à l'industrie de l'emballage. Elle doit être mise en service en 2017 et pourra fabriquer 360 000 tonnes métriques de carton doublure léger 100 % recyclé par année.

Le professeur au Département des sciences du bois et de la forêt à l'Université Laval Luc Bouthillier est habitué de commenter des mauvaises nouvelles depuis une dizaine d'années. « Mais là, c'est une bonne nouvelle, une excellente nouvelle », se réjouit-il.

Le professeur Bouthillier croit que Kruger s'ouvre à de nouvelles perspectives avec son plus récent projet, mais aussi grâce à l'usine de filaments cellulosiques qu'elle a ouverte à Trois-Rivières.

« Kruger donne des raisons d'espérer que l'industrie (des pâtes et papiers) ne fait pas seulement partie de notre glorieux folklore, mais aussi de notre avenir. » — Le professeur Luc Bouthillier

L'usine de Trois-Rivières ne produisait jusqu'à maintenant que du papier journal, un produit qui, selon certains experts, pourrait complètement disparaître d'ici 2020.

L'avenir est dans l'emballage

Le carton plat est toutefois en grande demande, notamment dans l'industrie de l'emballage. « Le défi des entreprises, c'est d'innover et de devancer la demande », rappelle Luc Bouthillier, qui croit que le carton ne sera pas victime de l'économie numérique, contrairement au papier.

Il estime aussi que le statut du gouvernement du Québec comme partenaire d'affaires, et non seulement comme subventionnaire, est « porteur d'avenir ».

« Ce dont souffre l'industrie forestière à l'échelle canadienne, c'est du manque de crédibilité auprès des institutions financières », croit le professeur Bouthillier. L'appui de Québec dans le dossier apporte selon lui plus de poids au projet de Kruger.

Québec compte investir 106 millions de dollars par l'entremise d'Investissement Québec dans Kruger Holding S.E.C., une nouvelle entreprise regroupant les activités de Kruger Trois-Rivières et d'Emballages Kruger. Le gouvernement en détiendra d'ailleurs 25 % des parts. Le gouvernement du Québec consentira aussi un prêt avec intérêts de 84  millions de dollars à Kruger Trois-Rivières.

Radio-Canada, 2015

[En ligne] http://ici.radio-canada.ca/regions/mauricie/2015/09/15/001-projet-kruger-excellente-nouvelle-pates-papiers.shtml

(ANGLAIS) La Cour rejette l'approbation des États-Unis sur le pesticide de sulfoxaflor

Publié le 16 septembre 2015

A US federal appeals court has overturned the Environmental Protection Agency’s (EPA) approval of sulfoxaflor, an insecticide that acts on the same insect receptors as neonicotinoids, which have been implicated in the decline of honeybees and other pollinators. In the ruling, a trio of judges said that the studies the EPA relied upon for sulfoxaflor’s approval in May 2013 are inconclusive regarding the pesticide’s actual risks to bees.

‘In this case, given the precariousness of bee populations, leaving the EPA’s registration of sulfoxaflor in place risks more potential environmental harm than vacating it,’ wrote Judge Mary Schroeder. ‘I am inclined to believe the EPA ... decided to register sulfoxaflor unconditionally in response to public pressure for the product and attempted to support its decision retroactively with studies it had previously found inadequate,’ wrote Judge N R Smith.

The ruling means that sulfoxaflor may not be used in the US unless the EPA obtains the necessary information about its impacts on honeybees and re-approves the pesticide, according to Earthjustice, which represented a coalition of commercial beekeeping trade groups and individual commercial beekeepers in the case.

However, the EPA says the ruling’s implications are unclear, and the agency is reviewing the legal opinion in consultation with the US Justice Department to determine its next steps.

Earthjustice expressed hope that the court’s findings will encourage the EPA to re-examine its other unconditional registrations of neonicotinoid pesticides for possible flawed and limited data.

Chemistry World, 2015

[En ligne] http://www.rsc.org/chemistryworld/2015/09/court-rejects-us-approval-sulfoxaflor-pesticide

Génération Z et le monde du travail : collision ou collaboration ?

Publié le 16 septembre 2015

Les entreprises ayant déjà du mal avec la génération Y vont au-devant d’immenses défis si elles ne parviennent pas à instaurer des nouvelles méthodes de travail.

Selon une nouvelle étude menée par Ricoh Europe, plus de la moitié des travailleurs (52%) déclarent que leurs employeurs n’arrivent pas à satisfaire les besoins des différentes générations collaborant au sein d’un même environnement de travail. La rude conclusion qui s’en dégage tend plutôt vers une collision dans l’entreprise : pour la première fois dans l’histoire, une quatrième génération – la génération Z – entre dans la population active.

  • Mais que souhaite au juste la génération Z (soit ceux qui ont aujourd’hui 19 ans ou moins) et à quoi aspire-t-elle ?
  • Méritent-ils vraiment qu’on les qualifie de jeunes constamment rivés sur leurs écrans tactiles, ayant trop d’exigences et en recherche de reconnaissance immédiate ?

D’après une enquête menée auprès de plus de 3 300 individus faisant partie des quatre générations et couvrant 22 pays à travers l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, la réponse est sans équivoque un « non » catégorique.

La génération Z en quelques mots 

La génération Z est unique en son genre. Ceux qui en font partie ont fortement été marqués par l’individualisme de leurs parents issus de la génération X. Ils ont entendu les récits de leurs grands-parents du « baby-boom » et ont également été témoins des erreurs et des réussites de la génération Y. Ajouter à cela leur soif pour tout ce qui a trait au numérique, ils disposent de solides bases pour réussir et transmettre leurs connaissances dans un monde commercial exigeant, en constante évolution.

  • 88%, toutes générations confondues estiment qu’un effectif composé de tranches d’âge différentes représente un atout pour l’entreprise.
  • Plus d’un tiers des employés plus anciens (35%) s’attend à une recrudescence des tensions sur le lieu de travail avec l’arrivée de la génération Z. Tandis que la prochaine vague de changement technologique est sur le point d’envahir et de bouleverser les environnements de travail, la nécessité d’instaurer des espaces professionnels qui permettent et encouragent une collaboration intergénérationnelle productive et harmonieuse devient cruciale.

Le témoignage de David Mills, PDG de Ricoh Europe quant à l’arrivée de la génération Z sur le marché du travail:

« À l’instar des possibilités offertes par la numérisation, un large éventail d’opportunités s’ouvre à l’ensemble des entreprises avec l’arrivée de la génération Z. Avec seulement 7% des PME qui font aujourd’hui du commerce à travers l’Europe et au-delà, les jeunes de la génération Z qui visent des postes à responsabilité seront parfaitement à même de favoriser l’ouverture à l’international et s’assurer que leur activité n’est concurrentielle que sur un seul marché régional. Les grands groupes pourraient également tirer profit de leurs compétences. L’expérience et le savoir-faire commercial que la génération Z va insuffler à long terme, associés à leur éducation baignant dans l’ultra-connectivité et le travail en équipe, les érigeront en catalyseurs au sein des plus grands groupes. Dans le même temps, la demande constante en innovation formulée par la génération Z quant aux méthodes de travail – où un flux permanent de technologies, de processus et de produits nouveaux sont bel et bien la norme – constituera un facteur-clé pour les acteurs des marchés verticaux visant la mondialisation. »

65% des participants s’accordent : il existe des différences majeures dans les méthodes de travail de chaque génération d’employés.

Les contrastes les plus marqués s’observent dans leurs attitudes, leurs attentes et leur mode de travail respectifs. Quand bien même privilégiée au sein de chaque groupe, la communication directe au travail subit un réel déclin générationnel.

La communication au travail en quelques chiffres.

  • Chute de 77% parmi les « baby-boomers »,
  • Chute de 58% parmi la génération Z.
  • 73% des sondés de la génération Z pensent que leur futur employeur sera attentif à leurs besoins, contre seulement 48% des trois autres générations.

David Mills ajoute : « Il ne fait aucun doute que la génération Z s’apprête à faire face au marasme actuel et les entreprises doivent s’adapter dès maintenant. Obliger les employés – en particulier ceux de la génération Z – à adopter les mêmes méthodes de travail classiques et à utiliser les mêmes outils est ni plus ni moins une manœuvre vouée à l’échec. Les employés constituent souvent l’élément différenciateur d’une entité. Les entreprises qui tireront leur épingle du jeu seront celles qui parviendront à responsabiliser et tirer le meilleur de toutes les générations présentes au sein de leurs équipes, des plus expérimentés aux jeunes talents prometteurs. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page www.ricoh-europe.com/thoughtleadership.

UniversityRH, 2015

[En ligne] http://www.universityrh.com/generation-z-et-le-monde-du-travail-collision-ou-collaboration/

(ANGLAIS) Du biodiesel plus propre avec un catalyseur de recyclage des déchets

Publié le 15 septembre 2015

Researchers at Cardiff University have devised a way of increasing the yield of biodiesel by using the waste left over from its production process.

Using simple catalysis, the researchers have been able to recycle a non-desired by-product produced when biodiesel is formed from vegetable oil, and convert this into an ingredient to produce even more biodiesel.

It is believed this new process will have significant environmental benefits by improving the yield of biodiesel in a sustainable way that doesn't require the use of additional fossil fuels, and could potentially reduce the costs of the biodiesel production process.

The results have been published in the journal Nature Chemistry.

By 2020, the EU aims to have 10 per cent of the transport fuel of every EU country come from renewable sources such as biofuels. Fuel suppliers are also required to reduce the greenhouse gas intensity of the EU fuel mix by 6 per cent by 2020 in comparison to 2010.

At present, biodiesel is produced by combining fats and oils with methanol, which is usually derived from fossil fuels. A waste product from this process is crude glycerol, which is formed on a large scale and contains many impurities that make it costly to purify and re-use in other areas.

In their study, the researchers, from the Cardiff Catalysis Institute, developed a way of turning the crude glycerol back into methanol, which could then be used as a starting reactant to create more biodiesel.

To achieve this, the researchers reacted glycerol with water, to provide the element hydrogen, and a magnesium oxide (MgO) catalyst. The reaction involved a simple one-step process and could be performed using mild conditions.

Using the recycled methanol, the researchers estimate up to a 10 per cent increase in biodiesel production, which they claim would be very helpful to industry at this point in time.

The work is currently in its early stages and in future studies the researchers will look to optimise the design of the catalyst and significantly increase its activity and selectivity.

Lead author of the study Professor Graham Hutchings, Director of the Cardiff Catalysis Institute, said: "Biodiesel manufacture is a growing part of the EU fuel pool, with statutory amounts being required to be added to diesel that is derived from fossil fuels.

"We've provided unprecedented chemistry that highlights the potential to manufacture biodiesel in a much more environmentally friendly, and potentially cheaper, way, by converting an undesired by-product into a valuable chemical that can be reused in the process."

Co-author of the study Professor Stuart Taylor, Deputy Director of the Cardiff Catalysis Institute, said: "We set out to establish ways in which the waste product glycerol could be used to form other useful compounds, but we were surprised when we found that feeding glycerol and water over such a simple catalyst gave such valuable products and interesting chemistry.

"This research has the potential to transform the way in which waste is dealt with, and seriously improve the quality of life by reducing carbon emissions from fossil fuels and encourage efficient use of resources."

Professor Matthew Rosseinsky, Professor of Inorganic Chemistry at the University of Liverpool, who was not part of the study, said: "This paper shows how fundamental catalysis research can develop new mild processes to enhance the sustainability of biodiesel. As well as offering new opportunities for industry, it will stimulate the search for even better basic catalysts."

Cardiff University, 2015
[En ligne] http://www.sciencedaily.com/releases/2015/09/150914114512.htm

(ANGLAIS) Une voie durable au biodiesel

Publié le 15 septembre 2015

A new chemical reaction that converts waste glycerol from biodiesel production into methanol – a necessary reagent in biodiesel production – has been discovered unexpectedly by UK researchers. The work, which is still at a preliminary stage, could theoretically allow biodiesel to be produced entirely from renewable resources, cutting the need for fossil fuel based methanol.

In the transesterification process of biodiesel production, the carbon chain of a molecule of vegetable oil is broken into three. At each break, a hydrogen atom from methanol is substituted for the link to the adjacent carbon atom. The production of biodiesel, however, leads to the formation of large quantities of crude glycerol – around 10% of the mass of biodiesel created – but is generally uneconomical to refine. Researchers are seeking ways to convert this waste product into something useful, and some efforts have focused on the dehydration reaction to acrolein – used as a herbicide and polymer precursor. This reaction is usually acid-catalysed, but researchers at Cardiff University considered that it could also be base-catalysed and investigated this using magnesium oxide. Much to their surprise, they found that the main product was not acrolein but methanol: 'We made [lead author Muhammad Haider] do an awful lot of experiments to convince us that this was real!' says principal investigator Graham Hutchings of Cardiff University.

The proposed mechanism for methanol formation from glycerol © NPG

As a result of these experiments, which included isotopic labelling of reactants, the researchers determined that the glycerol was being reduced back to methanol by carbon–carbon bond scission and reduction using water as a hydrogen source. They hypothesise that the reaction can take place by either of two mechanisms: the first begins with double dehydration to acrolein and the second proceeds via the ethylene glycol radical and hydroxyethanal. 'It's a new chemistry, which has never been discussed in the literature before,' says Haider. Further investigations showed that cerium dioxide was a more effective catalyst than magnesium oxide, achieving complete conversion with methanol selectivity of 60%. The work is still at an early stage but, in principle, Haider says they 'have closed the sustainability loop for the transesterification process of biodiesel'.

Catalysis chemist Edman Tsang of the University of Oxford describes the result as 'a bit of a shock'. The accumulation of glycerol in biodiesel production 'is an environmental problem', he says, and groups including his own are investigating various ways to solve it. 'This looks like a very simple and straightforward way.' He cautions, however, that the long-term stability of the catalyst needs investigation, and worries that the large number of different minor products could make purification of the methanol expensive.

M H Haider et al, Nat. Chem., 2015, DOI: 10.1038/nchem.2345

[En ligne] http://www.rsc.org/chemistryworld/2015/09/new-reaction-offers-sustainable-route-biodiesel-glycerol-methanol

Kruger Trois-Rivières : un projet de 250 M$ pour la machine à papier numéro 10

Publié le 15 septembre 2015

Le gouvernement du Québec investit 190 millions de dollars pour transformer la machine à papier numéro 10 de Kruger Trois-Rivières afin qu'elle puisse fabriquer du carton destiné à l'industrie de l'emballage, un projet évalué à 250 millions de dollars.

Ce projet permettra de consolider 600 emplois au Québec, dont  270 à l'usine trifluvienne. Il ne créera pas de nouveaux emplois.

La machine à papier numéro 10 sera modernisée et mise en service en 2017. Elle pourra fabriquer 360 000 tonnes métriques de carton doublure léger 100 % recyclé par année.

Une portion de la production sera vendue aux usines de boîtes d'Emballages Kruger situées à Montréal (arrondissement LaSalle) et à Brampton (Ontario), tandis que le reste de la production sera écoulé dans le marché.

La nouvelle catégorie de carton qui sera produite à Trois-Rivières connaît une forte croissance.

Québec devient partenaire d'affaires

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et les ministres Jean-Denis Girard et Laurent Lessard sont présents à Trois-Rivières pour l'annonce.

Québec compte investir 106 millions de dollars par l'entremise d'Investissement Québec dans Kruger Holding S.E.C., une nouvelle entreprise regroupant les activités de Kruger Trois-Rivières et d'Emballages Kruger. Le gouvernement en détiendra d'ailleurs 25 % des parts.

Kruger Holding S.E.C. détiendra des actifs de plus de 600 millions de dollars.

Le gouvernement du Québec consentira aussi un prêt avec intérêt de 84 millions de dollars à Kruger Trois-Rivières.

La filiale trifluvienne de Kruger pourra continuer à produire du papier journal tout en commençant à produire du carton.

Cette annonce survient quelques mois après un bras de fer entre Kruger Trois-Rivières et ses syndiqués à l'occasion du renouvellement de leur convention collective.

Kruger avait servi un ultimatum à ses employés en leur mentionnant que leur vote était directement lié « à l'avenir de l'usine ».

L'usine de Trois-Rivières était jusqu'à maintenant dotée de deux machines à papier pour la production de papier journal.

L'an dernier, Kruger a inauguré une usine de démonstration de filaments de cellulose à son établissement trifluvien.

L'entreprise québécoise Kruger exploite quatre usines de papiers, dont deux à Trois-Rivières. Elle détient aussi des établissements au Québec, en Ontario, en Colombie-Britannique, à Terre-Neuve-et-Labrador, de même qu'aux États-Unis.

Radio-Canada, 2015

[En ligne] http://ici.radio-canada.ca/regions/mauricie/2015/09/14/005-kruger-troisrivieres-investissement-quebec-machine-carton.shtml

L'OPEP réduit sa prévision de demande pour 2016

Publié le 15 septembre 2015

Londres — L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a révisé à la baisse sa prévision de croissance de la demande de brut pour 2016, sur fond de ralentissement économique au Brésil et en Chine, selon son rapport mensuel paru lundi.

 

Le cartel estime que la demande va continuer de croître en 2016, mais un peu moins vite que prévu à 1,29 million de barils par jour (mbj), soit 50 000 barils par jour (b/j) de moins qu’estimé auparavant.

 

La demande totale en 2016 devra s’élever à 94,08 mbj.

 

« Alors que les économies émergentes et en voie de développement ont été le principal moteur de la croissance [mondiale] ces dernières années, il est devenu clair que la croissance de ces pays est en train de ralentir », estime le cartel dans son rapport mensuel.

 

Des quatre pays émergents majeurs, le Brésil et la Russie sont en récession cette année et le produit intérieur brut (PIB) du Brésil va se contracter en 2016, souligne l’OPEP. Et si l’économie chinoise va continuer de croître, elle devrait le faire à un rythme plus lent.

 

« Pour 2016, les projections de la demande chinoise sont un tout petit peu plus basses qu’estimé auparavant à cause des attentes d’un ralentissement de l’activité économique », révèle également le rapport.

 

La demande va tout de même continuer à être stimulée par les prix bas du pétrole et devrait encore se renforcer d’ici la fin de l’année en cours.

 

L’OPEP a ainsi de nouveau relevé ses estimations de croissance de la demande de 84 000 b/j pour 2015, à 1,46 mbj pour atteindre 92,79 mbj.

 

À noter, la demande européenne devrait grimper de 160 000 b/j en 2015, pour la première fois de puis 2006, tandis que la demande en 2016 devrait égaler celle de 2015.

 

Le rapport de l’OPEP a également souligné que la baisse des prix commençait à avoir un effet sur l’offre de brut, notamment aux États-Unis.

 

« Cela pourrait contribuer à une réduction du déséquilibre des fondamentaux de marché, mais il reste à voir dans quelle mesure dans les prochains mois », tempère l’OPEP.

 

Les cours du pétrole sont plombés pas un excédent d’offre causé notamment par le boom du pétrole de schiste aux États-Unis, mais aussi par l’augmentation de la production de l’OPEP qui cherche à protéger ses parts de marché.

Agence France-Presse, 2015

[En ligne] http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/450079/petrole-l-opep-reduit-sa-prevision-de-demande-pour-2016

Accidents de travail : la CSST martèle son message

Publié le 14 septembre 2015

La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) revient avec une nouvelle campagne de sensibilisation pour prévenir les accidents de travail, encore trop nombreux dans tous les secteurs d'activité.

Avec son nouveau message télévisé, la CSST continue de rappeler l'importance de parler de santé et de sécurité avant qu'un accident ne se produise.

Le message qui sera diffusé à la télévision à compter de la semaine prochaine met en scène trois accidentés du travail, dont une jeune fille, et les conséquences sociales et familiales de ces accidents aux conséquences irréversibles.

Même si le nombre de victimes est à la baisse depuis 10 ans, la CSST dénombre un décès tous les six jours au Québec.

Conséquences au quotidien

Jonathan Plante, qui participe à la campagne de sensibilisation, est devenu paraplégique en 2007 lors d'un accident de travail sur un chantier de construction. Il rappelle que des accidents peuvent avoir des conséquences qui se vivent au quotidien.

« Un des petits moments magiques de ma vie que ne pourrai jamais avoir, c'est aussi banal que de pouvoir aller donne un bec à mes enfants sur le front quand ils font dodo. Me pencher dans leur lit, je ne suis pas capable », illustre-t-il.

Le comédien Claude Legault est le porte-parole de cette campagne nationale pour une cinquième année. Il croit que le message finit par passer notamment auprès des travailleurs de la construction qu'il croise sur son passage.

« Ils voient les messages, ils en ont parlé et font tous la même blague, mais ça veut dire que ça se véhicule. Des fois par l'émotion et par l'humour ça passe bien aussi. »

La publicité télévisée sera diffusée jusqu'au 25 octobre. Des témoignages de victimes d'accidents du travail seront aussi véhiculés à la télévision ainsi que sur les réseaux sociaux.

La CSST propose des messages télévisés sur la sécurité au travail depuis les années 2000.

Radio-Canada, 2015

[En ligne] http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2015/09/10/004-csst-campagne-securite-travail.shtml?p=622255

Enerkem poursuit son développement à Edmonton

Publié le 14 septembre 2015

(SHERBROOKE) La compagnie Enerkem poursuit ses efforts de développement dans l'Ouest canadien en effectuant une première production de biométhanol à partir de matières résiduelles non recyclables à son usine d'Edmonton.

La société annonce du même coup avoir reçu un financement de 152,6 M$ pour ses projets.

Le financement comprend un emprunt de 29 M$ obtenu récemment auprès du groupe de créances privées, 50 M$ en placements privés provenant d'investisseurs actuels et un emprunt de 73,6 M$ obtenu auprès de deux autres prêteurs durant la dernière année, énumère la compagnie dans un communiqué de presse.

Ce financement servira à l'expansion de la gamme de produits de l'usine Enerkem Alberta Biofuels d'Edmonton de même qu'à soutenir la croissance internationale de l'entreprise, ajoute-t-on.

«Je dois dire un grand merci à nos partenaires financiers, à nos employés, à la Ville d'Edmonton ainsi qu'à l'agence Alberta Innovates - Energy and Environment Solutions, qui ont cru en nous et nous ont accompagnés tout au long de notre progression vers cette étape cruciale», a déclaré Vincent Chornet, président et chef de la direction d'Enerkem.

«Nous sommes sur le point de totalement transformer le secteur des matières résiduelles au cours des prochaines années et de permettre aux sociétés énergétiques et aux fabricants de produits chimiques d'accéder enfin à une source nouvelle et concurrentielle de carbone renouvelable.»

Enerkem, dont le siège social est situé à Montréal, exploite une usine de démonstration à Westbury en Estrie.

La Tribune, 2015
[En ligne] http://www.lapresse.ca/la-tribune/economie-et-innovation/201509/13/01-4900091-enerkem-poursuit-son-developpement-a-edmonton.php

© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.