(ANGLAIS) Les entreprises chimiques cherchent une meilleure compréhension de la bioproduction

Publié le 27 juillet 2015

Hope and expectation surround the chemical industry’s increasing adoption of biotechnological manufacturing – but today, their lengthy development times and complex processes mean frustration is a major by-product. ‘The process of developing industrial biomanufacturing [IB] processes is broken,’ warns Sean Ward, founder and chief technology officer at bioengineering firm Synthace, in London, UK. ‘It costs too much and it takes too long.’ He cites a Lux Research analysis from June that estimates that it currently takes on average 7.4 years to bring an IB process to full scale.

Governments, scientific institutions and companies are therefore acting to help industrial biomanufacturing streamline commercialisation and capitalise on its promise. A roadmap produced in March by the US National Academy of Sciences (NAS) is already influencing planners domestically and internationally. Meanwhile the UK’s approach to assist the technology across the ‘valley of death’ to market has evolved since it adopted ‘synthetic biology’ as one of its ‘eight great technologies’.

The NAS report estimates that bio-based product markets were already worth $353 billion in 2012, more than 2.2 percent of US gross domestic product. That encompasses pharmaceutical, bulk and fine chemical manufacturing, underlines report committee chair Thomas Connelly, who was formerly chief innovation officer of chemicals giant DuPont. ‘Companies such as BASF, DuPont, and DSM are heavily using bio-based manufacturing techniques in many processes,’ adds Connelly.

Good progress has been made in pharmaceutical biomanufacturing, notes Rob Noel, business and new technologies development manager at fluid management equipment supplier Pall Life Sciences in Portsmouth, UK. Changes in the cells used to express proteins have boosted biological drug production capacity, he emphasises. ‘Over the last 5–10 years, manufacturing titres have increased tenfold to around 10–20 grams per litre.’

Not fast enough

Nevertheless, the US Department of Energy (DOE) and National Science Foundation (NSF) commissioned the NAS report to ‘accelerate biological production of chemicals and also to create a roadmap to that future’. The roadmap details goals ranging from better feedstock availability and ‘pre-processing’, to development of a wider range of useable organisms and improved enzyme design.

Connelly explains that the recommendations also asked the DOE, NSF and other US agencies to support these goals, and establish an ongoing roadmapping mechanism. ‘We’ve received comments from US government stakeholders that they are using elements of the report in their programme planning,’ he says. ‘We have also heard from the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) Science and Technology working group that they are considering aspects of the report for the 2016 OECD agenda.’

In the UK, the Centre for Process Innovation (CPI) Industrial Biotechnology and Biorefining unit serves as a key hub for activities in this area. Its fermenters and other services help companies develop, test and validate processes, addressing what remains a key challenge in IB, explains Steven Pearson, the unit’s business and strategy manager. ‘The UK is strong on R&D, but we can do better in commercialisation,’ Pearson explains. ‘Improving skills in process development and scale-up for IB processes and products will help.’

Making the transition to commercial production is particularly unpredictable in biomanufacturing. ‘The theme behind the NAS report is what technologies and innovations can tame the masses of unknowns that arise every time people transfer between scales,’ notes Ward.  That challenge provides an opportunity for Synthace ‘to fix what’s so fundamentally broken’, he admits. ‘We investigate the whole context of a biomanufacturing process, including organism genetics, the reactors and the separations. That’s only become possible in recent years, from much better computational models, massive increases in the amount of data that we can collect, and falls in the cost of this kind of work.’

Shifting focus

Since the UK adopted the eight great technologies in 2013, the CPI has shifted focus from exploiting its physical biomanufacturing capabilities to knowledge sharing. ‘We understand the challenges better now, it’s more about the interdisciplinary science and technology necessary to get products to market for the benefit of the UK,’ Pearson explained. This effort is directed by connecting together industry leadership, so company managers can discuss what’s needed. ‘That’s important because industrial biotechnology cross-cuts fuels, chemicals, materials, polymers, medicines, but you need engagement in each of those sectors,’ Pearson says. ‘Each sector needs to understand what industrial biotech can give to overcome sector-specific challenges or capitalise on opportunities.’

Another of IB’s most important challenges is feedstock identification and pre-processing. Pearson explains that the most common raw material, biomass from crops, can bring problems of supply chain security and seasonal variability affecting process robustness and cost. Using gases like syngas produced from waste is therefore a serious alternative candidate, he suggests. ‘If we can improve the productivity of microorganisms using gas, it removes many of the problems to do with biomass and seasonal variation.’

An important opportunity arises from the higher concentrations now possible, which enables manufacturing in smaller facilities, explains Noel. Pall helps this by providing flexibility in the form of disposable equipment. ‘You can remove flow paths and within days be operating another manufacturing process,’ Noel says.

Rather than scale-up, flexible small batch manufacturing allows scale-out, where companies install multiple production systems, which Ward notes is one of two visions for IB. The other is promoted by organisations like BASF, which regularly asks what the biorefinery equivalent of its highly-integrated city-sized ‘Verbund’ factories would look like. Ward prefers the scale-out route, influenced by naturally-occurring biofactories. ‘You see forests more commonly than giant trees,’ he underlines.  

Royal Society of Chemistry, 2015

[En ligne] http://www.rsc.org/chemistryworld/2015/07/chemical-firms-seek-better-grasp-biomanufacturing

Gaz naturel renouvelable : feu vert au projet d'achat et d'injection entre Gaz Métro et Saint-Hyacinthe

Publié le 23 juillet 2015

MONTRÉAL, le 23 juill. 2015 /CNW Telbec/ - Gaz Métro et la ville de Saint-Hyacinthe accueillent favorablement la décision rendue par la Régie de l'énergie du Québec, qui autorise Gaz Métro à acheter le gaz naturel renouvelable (GNR) produit par la Ville et à réaliser les travaux de raccordement de réseau qui s'y rattachent. Au terme de ces travaux, jusqu'à environ 13 millions de mètres cubes de GNR par année seront produits par la Ville et ensuite injectés en majeure partie dans le réseau gazier de Gaz Métro, donnant ainsi accès à l'ensemble des consommateurs de gaz naturel au Québec, à une énergie propre et renouvelable, produite localement.

La valorisation des matières résiduelles à leur plein potentiel peut devenir un atout stratégique permettant de générer des économies financières tout en réduisant notre empreinte écologique collective. « En permettant à Gaz Métro de jouer pleinement son rôle de distributeur de gaz naturel au Québec, incluant le gaz naturel renouvelable, nous franchissons un jalon important pour le développement de toute la filière de la biométhanisation au Québec », souligne Martin Imbleau, vice-président, Développement de l'entreprise et énergies renouvelables chez Gaz Métro. « La concrétisation de ce projet avec la ville de Saint-Hyacinthe ouvre une voie d'avenir qu'il faut absolument développer de manière plus importante au Québec. Dans un contexte de lutte aux changements climatiques, la valorisation de nos énergies renouvelables permet à la fois de diversifier notre bouquet énergétique et de contribuer directement à l'atteinte de nos cibles de réduction d'émissions de gaz à effet de serre. »

Grâce à ce projet, la ville de Saint-Hyacinthe sera la première municipalité à valoriser les matières organiques grâce à la biométhanisation et à utiliser le GNR produit pour ses besoins énergétiques. L'injection du gaz naturel renouvelable dans le réseau de distribution de Gaz Métro devrait débuter en 2017 et, selon l'entente en vigueur, s'échelonnerait sur une période de 20 ans. Cette décision ouvre ainsi la possibilité d'un débouché à tous les producteurs de gaz naturel renouvelable situés à proximité du réseau gazier. Notons que celui-ci sillonne plus de 300 municipalités au Québec.

À Saint-Hyacinthe, ce sont les matières organiques des citoyens et entreprises des 23 municipalités visées par la collecte sélective des bacs bruns qui alimenteront le premier parc de véhicules municipaux en gaz naturel renouvelable, en plus d'être la source d'énergie privilégiée pour le chauffage de bâtiments municipaux. « La production de gaz naturel renouvelable à la ville de Saint-Hyacinthe représente des coûts évités pour la gestion des matières résiduelles municipales et des entreprises environnantes », indique Claude Corbeil, Maire de Saint-Hyacinthe. « De plus, en revendant le surplus de notre production à Gaz Métro, nous créons de nouveaux revenus pour la municipalité qui pourront être réinjectés dans la communauté maskoutaine. Du même coup, l'injection de notre production dans le réseau gazier nous permettra d'auto-consommer notre propre énergie à partir de n'importe quel endroit sur le réseau, ce qui réduira notre facture énergétique de façon importante. »

À propos de la gestion des matières résiduelles et du gaz naturel renouvelable (GNR)

Au Québec, l'enfouissement des déchets génère environ 5,5 %1 de toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la province. Les municipalités du Québec font face à des choix stratégiques pour se conformer à la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles (PGMR)2, qui bannira l'enfouissement des matières organiques résiduelles à partir de 2020. Non seulement le détournement des matières organiques vers la production de GNR permet d'éviter l'émission d'importantes quantités de GES à l'atmosphère, mais ce procédé permet une gestion optimale des matières organiques en générant des économies et des revenus substantiels grâce aux deux extrants produits. D'une part, on obtient un terreau ou fertilisant de haute qualité, et d'autre part, une énergie renouvelable performante, valorisable dans toutes les applications qui utilisent le gaz naturel, incluant le secteur du transport. En choisissant le GNR en remplacement des produits pétroliers, les réductions d'émissions de GES atteignent plus de 99,4 %3, en plus de réduire les particules fines de près de 99 %.

Gaz Métro, 2015

[En ligne] http://www.newswire.ca/en/story/1574821/gaz-naturel-renouvelable-feu-vert-au-projet-d-achat-et-d-injection-entre-gaz-metro-et-saint-hyacinthe

Arkema et Hydro-Québec créent un laboratoire commun pour les batteries lithium-ion

Publié le 22 juillet 2015

MONTRÉAL, le 9 juill. 2014 /CNW Telbec/ - Arkema et Hydro-Québec, à travers sa filiale SCE France, annoncent la signature d'un partenariat pour la création d'un laboratoire commun de recherche et développement dans le secteur du stockage d'énergie.

Les travaux de ce laboratoire porteront sur le développement d'une nouvelle génération de matériaux pour les batteries au lithium-ion, notamment sur les nouveaux électrolytes (solvants, sels de lithium) et les additifs de conduction (nanotubes de carbone, polymères conducteurs).

Cette collaboration entre Arkema et SCE France est une excellente nouvelle pour le développement des transports collectifs et individuels, hybrides et électriques, ainsi que la recherche de technologies sécuritaires et performantes pouvant être produites à faible coût.

« Ce nouveau partenariat avec un groupe aussi reconnu qu'Arkema positionne Hydro-Québec comme un chef de file dans le développement de technologies pour des batteries de pointe qui serviront à alimenter les transports électriques de demain, ainsi qu'à développer des systèmes de stockage d'énergie », mentionne Karim Zaghib, directeur Stockage et conversion d'énergie à l'Institut de recherche d'Hydro-Québec (IREQ)  et président de SCE France.

« Grâce au dynamisme de la Région Aquitaine, la création de ce laboratoire commun vient consolider un partenariat déjà très fructueux avec l'IREQ, leader incontesté dans le domaine des batteries Li-Ion. Il s'inscrit dans la stratégie d'Arkema d'offrir des matériaux à très hautes performances, dédiés aux secteurs des énergies renouvelables et des véhicules électriques. Notre premier objectif est d'accélérer la mise sur le marché de nouveaux sels de lithium, qui ont déjà démontré leur efficacité pour améliorer la sécurité et la puissance des batteries Li-ion » précise Christian Collette, Directeur Recherche et Développement d'Arkema.

À propos d'Arkema

Acteur majeur de la chimie de spécialités et premier chimiste français, Arkema développe des matériaux et des technologies innovantes et apporte à ses clients partout dans le monde des solutions crédibles et concrètes aux enjeux majeurs liés au changement climatique, à la préservation des ressources, à l'efficacité énergétique, à l'accès à l'eau potable, et l'allègement des matériaux. Présent dans près de 50 pays, avec un effectif d'environ 19 000 personnes, des centres de recherche en Amérique du Nord, en France et en Asie, Arkema réalise un chiffre d'affaires pro forma d'environ 7,5 milliards d'euros et occupe des positions de leader mondial sur l'ensemble de ses marchés avec des marques internationalement reconnues.

À propos d'Hydro-Québec

Hydro-Québec transporte et distribue de l'électricité. L'entreprise est le plus grand producteur d'électricité au Canada et l'un des plus grands producteurs d'hydroélectricité du monde. Son unique actionnaire est le gouvernement du Québec. Exploitant essentiellement des sources d'énergie renouvelables, et plus particulièrement la grande hydraulique, elle soutient le développement d'autres filières - comme l'éolien et la biomasse - par ses achats auprès de producteurs indépendants. Son institut de recherche, l'IREQ, fait de la recherche-développement dans le domaine de l'énergie, y compris l'efficacité énergétique et le stockage de l'énergie. Chaque année, Hydro-Québec consacre 100 M$ à la recherche.

Hydro-Québec, 2015

[En ligne] http://www.newswire.ca/en/story/1568683/arkema-et-hydro-quebec-creent-un-laboratoire-commun-pour-les-batteries-lithium-ion

Le Canada doit élargir son marché du pétrole, dit le ministre Rickford

Publié le 22 juillet 2015

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Greg Rickford, juge que le Canada doit élargir son marché pour le pétrole brut, dans un contexte où le nouvel accord sur le programme nucléaire de l'Iran devrait augmenter l'offre pétrolière de ce pays dans le commerce international.

Lors d'une conférence de presse à l'occasion de la conférence annuelle des ministres canadiens responsables de l'énergie et des mines, lundi à Halifax, le ministre Rickford a estimé que l'accès au marché n'était pas une priorité, mais bien une obligation.

Le Canada est en bonne position pour élargir son marché, compte tenu de sa stabilité politique et économique, a estimé M. Rickford.

«Le Canada a un avantage économique et politique sur les autres pays exportateurs de produits pétroliers. Toutefois, nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers. Nous devons nous assurer que nous pouvons approvisionner un marché au-delà de ce que nous faisons actuellement», a-t-il dit.

Ottawa est à l'oeuvre en ce sens, a-t-il ajouté, en rappelant l'ajout récent de huit marchés d'exportation pour le pétrole brut canadien, dont l'Espagne, la France et Hong Kong.

Lors d'un discours prononcé lundi après-midi, le ministre Rickford a souligné que les exportations de pétrole brut du Canada avaient crû de 81 pour cent entre 2005 et 2014. «En Italie, la valeur des importations canadiennes a presque sextuplé en 2014 par rapport à 2013. La part canadienne dans les importations de pétrole brut en Italie est dorénavant supérieure à trois pour cent», a-t-il précisé.

M. Rickford a aussi souligné les nouvelles mesures annoncées en mai 2014 visant à renforcer le système de sécurité des pipelines au Canada. Il a rappelé la responsabilité absolue des exploitants de pipelines réglementés par l'Office nationale de l'énergie. La sécurité des pipelines était une des priorités du gouvernement alors qu'il tente toujours de convaincre l'administration américaine d'approuver le projet Keystone XL.

Keystone est un projet de TransCanada dont l'objectif est d'acheminer le pétrole extrait des sables bitumineux de l'Alberta vers les raffineries du sud des États-Unis. Le projet cause des frictions entre les deux pays. Le Canada, qui dépend des États-Unis pour 97 pour cent de ses exportations énergétiques, dit avoir besoin d'infrastructures pour exporter sa production pétrolière en pleine croissance.

La Presse canadienne, 2015
[En ligne] http://affaires.lapresse.ca/economie/canada/201507/20/01-4886894-le-canada-doit-elargir-son-marche-du-petrole-dit-le-ministre-rickford.php

Modifications au Code de sécurité pour les travaux de construction - Amélioration des conditions de vie et de travail sur les chantiers de construction

Publié le 22 juillet 2015

QUÉBEC, le 18 juin 2015 /CNW Telbec/ - Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, M. Sam Hamad, annonce l'entrée en vigueur, à compter de ce jeudi 18 juin, de modifications au Code de sécurité pour les travaux de construction (CSTC), qui concernent notamment les installations sanitaires et les aires de repas.

Le CSTC fixe les normes applicables quant aux installations sanitaires sur les chantiers, dont le nombre de toilettes en fonction du nombre de travailleurs présents, leur accessibilité, leur entretien et les accessoires qui doivent être mis à la disposition des travailleurs. Ces modifications réglementaires actualisent ces normes, essentiellement en établissant que sur les chantiers de 25 travailleurs ou plus, le maître d'œuvre est tenu de fournir des toilettes à chasse, avec papier essuie-mains et lavabo, et que les installations sanitaires doivent se trouver à moins de 150 mètres (ou 4 étages) du lieu de travail.

Quant aux aires de repas, la nouvelle norme précise la taille minimale de la salle à manger que l'employeur doit mettre à la disposition des travailleurs en vertu du CSTC. Sur tous les chantiers comptant au moins 10 travailleurs pendant plus de 10 jours, l'employeur doit mettre à leur disposition un local pour les repas. Dorénavant, ce local devra mesurer au moins 2,3 mètres dans toutes ses dimensions et offrir au moins 1,1 mètre carré de superficie par personne qui y prend un repas. Ce local doit être chauffé à au moins 20 degrés Celsius et être convenablement aéré et éclairé.

« Le gouvernement répond ainsi aux demandes de milliers de travailleurs de la construction, répétées depuis maintes années. La construction est un secteur d'activité en constante évolution. En ce sens, les conditions de vie et de travail favorisant la santé et le mieux-être des travailleurs, tant les hommes que les femmes, se devaient d'être modernisées. Environ 40 % des 100 000 travailleurs qui s'affairent en moyenne chaque mois sur les chantiers de construction bénéficieront de ces améliorations », a souligné le ministre Hamad.

Ces modifications réglementaires rappellent que la notion de santé et de sécurité du travail ne se limite pas à la prévention des accidents, mais qu'elle implique aussi la mise en place de toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé des travailleurs.

En vigueur à compter du 18 juin sur les chantiers de 100 travailleurs et plus, la nouvelle réglementation sera mise en application de façon graduelle sur les autres chantiers. Ceux comptant 50 travailleurs et plus devront s'y conformer à compter du 18 décembre 2015, alors que ceux de 25 travailleurs et plus disposent d'un délai jusqu'au 18 juin 2016.

Autre modification : levage de matériaux avec une pelle hydraulique

En plus de s'intéresser aux conditions de vie sur les chantiers, la modification réglementaire au CSTC bonifie les exigences en matière de levage de matériaux avec une pelle hydraulique. À cet effet, il est dorénavant possible de lever l'équipement utilisé lors des activités de sautage à l'aide d'une pelle hydraulique. Les règles de sécurité et les équipements devant être ajoutés à une pelle hydraulique afin qu'elle puisse être utilisée en mode levage pour l'assemblage au sol des composants lors de travaux de montage de lignes électriques sont également stipulés au règlement modifié.

«Je tiens à souligner la collaboration de tous les acteurs du milieu. Ces modifications ont été adoptées à l'unanimité par les membres du comité de révision du CSTC, et j'en remercie ces derniers » a conclu le ministre Hamad.

Lien utile

Texte de la modification réglementaire paru dans la Gazette officielle :
www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=63288.pdf 

CSST, 2015

[En ligne] http://www.newswire.ca/fr/story/1558705/modifications-au-code-de-securite-pour-les-travaux-de-construction-amelioration-des-conditions-de-vie-et-de-travail-sur-les-chantiers-de-construction

72e Conférence des ministres de l'Énergie et des Mines - Pierre Arcand présente les positions du Québec

Publié le 22 juillet 2015

QUÉBEC, le 21 juill. 2015 /CNW Telbec/ - Au terme de la 72Conférence des ministres de l'Énergie et des Mines, qui se déroulait à Halifax du 19 au 21 juillet 2015, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, M. Pierre Arcand, dresse un bilan positif de la rencontre et tient à réitérer les intérêts que le Québec y a fait valoir.

« Les ressources naturelles ont une importance capitale dans l'économie québécoise. En effet, en plus de participer à l'enrichissement collectif, les projets liés aux ressources naturelles soutiennent 4,5 % de l'ensemble des emplois au Québec. Je suis heureux de constater que les discussions tenues entre les participants à la Conférence des ministres de l'Énergie et des Mines sont liées aux intérêts du Québec et ouvrent la voie à l'établissement de collaborations avec divers partenaires », a mentionné le ministre Arcand.

Sur le thème de la confiance du public et de l'innovation, la Conférence était coprésidée par le ministre de l'Énergie de la Nouvelle-Écosse, M. Michel Samson, et par le ministre des Ressources naturelles du Canada, M. Greg Rickford.

Innover dans les secteurs énergétiques et miniers

Compte tenu du contexte actuel où l'économie est en constante évolution, les ministres ont rappelé que plusieurs défis à relever sont à prévoir dans les prochaines années dans les secteurs énergétiques et miniers au Canada et ailleurs dans le monde.

« Le Québec est un leader en matière d'innovation, principalement dans le domaine des énergies renouvelables. Un levier comme le Fonds vert a contribué au financement de plusieurs programmes de subventions, totalisant plus de 100 M$. Ces investissements ont permis l'adoption de nouvelles pratiques énergétiques. Notre gouvernement entend continuer d'investir dans la recherche et le développement pour demeurer actif dans la promotion de l'innovation énergétique. J'ai fait valoir ce leadership québécois auprès de mes homologues », a ajouté M. Arcand.

Cette même proactivité s'appliquera en matière de sécurité des transports selon le ministre Arcand, puisqu'il importe pour le Québec que toutes les mesures nécessaires soient mises en œuvre afin de s'assurer que le transport minier et des hydrocarbures est fait de la façon la plus sécuritaire possible.

L'acceptabilité sociale des projets au cœur des préoccupations

Durant la Conférence, les ministres ont aussi abordé les défis liés à l'acceptabilité sociale des projets énergétiques et miniers qui seront à relever dans les prochaines années.

« Le Québec a déjà entrepris des démarches pour mieux répondre aux besoins des collectivités et favoriser l'acceptabilité sociale à l'égard des projets de mise en valeur des ressources naturelles. Entres autres, le chantier mis de l'avant par notre gouvernement favorisera l'harmonisation des usages et l'acceptabilité sociale des projets de mise en valeur du territoire public et des ressources énergétiques et minérales », a indiqué le ministre.

Il a rappelé que la participation des communautés locales et régionales dans les projets qui se déroulent sur leur territoire demeure une priorité. Le gouvernement a pris l'engagement de partager les revenus tirés de l'exploitation des ressources naturelles avec les municipalités régionales de comté et les communautés autochtones, ce qui permettra aux collectivités de profiter davantage des retombées économiques et des bénéfices résultant de la mise en valeur et du développement des ressources naturelles.

« C'est avec plaisir que je collabore avec les gouvernements des autres provinces canadiennes dans des projets d'intérêt commun en matière de technologies énergétique et minière, et le Québec entend s'inspirer des meilleures pratiques pour les mettre en place et en tirer profit », a mentionné le ministre.

Mise en place d'un groupe de travail pancanadien pour soutenir les communautés éloignées

Les gouvernements du Manitoba, du Québec, de Terre-Neuve-et-Labrador, des Territoires du Nord-Ouest et de l'Ontario ont mis en place un groupe de travail pancanadien afin de réduire l'utilisation du diesel dans la production d'électricité dans les localités éloignées.

Ce partenariat, annoncé au terme de la Conférence, fait suite à la publication par le Conseil de la fédération de la Stratégie canadienne de l'énergie. La création de ce groupe de travail facilitera l'échange d'idées et la collaboration dans des projets qui aideront ces localités à réduire leur dépendance au diesel.

« Le Québec est heureux de faire partie de ce groupe pancanadien de travail. Ce partenariat démontre l'engagement commun à renforcer l'économie, à créer de l'emploi, à garantir un approvisionnement fiable en énergie à tous les Canadiens, particulièrement aux communautés éloignées, à soutenir l'innovation dans le domaine énergétique et à lutter contre les changements climatiques », a conclu le ministre. 

Cabinet du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, 2015

[En ligne] http://www.newswire.ca/en/story/1573705/72e-conference-des-ministres-de-l-energie-et-des-mines-pierre-arcand-presente-les-positions-du-quebec

Pétrole: rebond surprise des stocks américains

Publié le 22 juillet 2015

Les stocks de pétrole brut ont nettement rebondi la semaine dernière alors qu'un reflux était attendu, selon des chiffres publiés mercredi par le département américain de l'Énergie (DoE).

 

Lors de la semaine achevée le 17 juillet, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 2,5 millions de barils, à 463,9 millions, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg attendaient un repli de 2,2 millions.

 

Ce rebond dépasse même celui de 2,3 millions de barils qu'avait annoncé la veille l'association professionnelle API, ce qui avait réorienté les cours à la baisse mercredi matin.

 

Les réserves de brut restent "proches de niveaux pas vus à cette période de l'année depuis au moins 80 ans", a souligné une nouvelle fois le DoE. Elles enregistrent une progression de 25% par rapport à la même période de l'an dernier.

 

Ces chiffres ne concernent par ailleurs pas les réserves stratégiques qui ont, elles, augmenté de 500.000 barils. En les prenant en compte, les stocks de brut ont progressé de 3 millions de barils.

 

Contrairement au brut, les réserves d'essence, actuellement très surveillées en raison de la saison des déplacements estivaux, ont reflué de 1,7 million barils. Les analystes de Bloomberg avaient laissé prévoir une progression de 300.000 barils.

 

Elles sont en baisse de 0,7% par rapport à la même période de 2014, mais restent dans la moitié supérieure de la fourchette moyenne en cette époque de l'année.

 

Les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont progressé de 200.000 barils, soit nettement moins que la hausse de 1,8 million prévue par les analystes de Bloomberg.

 

Ils progressent de 12,4% par rapport à la même époque en 2014, et restent au milieu de la fourchette moyenne pour cette période de l'année.

 

Reflux minime de la production

 

La production américaine, très surveillée par les analystes, a décliné de juste 4.000 barils par jour (b/j) à 9,558 millions de barils par jour (mbj).

 

Egalement suivies de près par les courtiers, les réserves du terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, sud), qui servent de référence au pétrole échangé à New York, le WTI, ont augmenté de 800.000 barils à 57,9 millions.

 

Toutes catégories confondues, les stocks pétroliers américains ont augmenté de 2,9 millions de barils, sans prendre en compte les réserves stratégiques, et de 3,45 millions en les incluant.

 

Du côté de la demande, sur les quatre dernières semaines, les États-Unis ont consommé en moyenne 20,0 mbj de produits pétroliers, soit 3,4% de plus qu'à la même époque en 2014.

 

La demande de produits distillés a baissé de 1,5% au cours des quatre dernières semaines, là aussi sur un an, mais celle d'essence a avancé de 6,9%.

 

Les raffineries américaines ont encore accéléré la cadence, fonctionnant à 95,5% de leurs capacités contre 95,3% la semaine précédente.

 

Vers 14H55 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre modérait un peu sa baisse en cédant 52 cents à 50,34 dollars.

AFP, 2015

[En ligne] http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/ressources-naturelles/stocks-de-brut-le-rebond-surprise/580405

Le ministre Rickford annonce sa participation au côté de ses homologues des provinces et des territoires à la conférence annuelle sur l'énergie et les mines

Publié le 20 juillet 2015

HALIFAX, le 17 juill. 2015 /CNW/ - Le ministre des Ressources naturelles du Canada, l'honorable Greg Rickford, participera à la conférence annuelle des ministres canadiens responsables de l'énergie et des mines, les 19 et 20 juillet.

Il prononcera un discours-programme où il passera en revue le Plan de développement responsable des ressources ainsi que les progrès accomplis dans ce cadre en association avec les provinces et les territoires sur les plans de l'emploi, de l'environnement et de la participation autochtone.

La conférence annuelle est l'occasion pour les ministres fédéraux, provinciaux et territoriaux des secteurs de l'énergie et des mines de discuter de coopération et des perspectives offertes, et d'établir leurs priorités de la prochaine année dans leurs champs de compétences respectifs. 

Les journalistes sont priés de s'inscrire à l'avance à la Conférence des ministres de l'énergie et des mines en communiquant avec Sarah Levy MacLeod (902-424-0438, sarah.levy@novascotia.ca). Des insignes de presse leur seront remis à leur arrivée.

Ressources naturelles Canada, 2015

[En ligne] http://www.newswire.ca/en/story/1572619/-r-e-p-r-i-s-e-avis-aux-medias-le-ministre-rickford-annonce-sa-participation-au-cote-de-ses-homologues-des-provinces-et-des-territoires-a-la-conferenc

Les provinces adoptent une stratégie nationale de l'énergie

Publié le 20 juillet 2015

Les premiers ministres des provinces et des territoires se sont finalement mis d'accord pour se doter d'une stratégie énergétique nationale lors d'un sommet de deux jours du Conseil de la fédération qui se tenait à Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le document de 36 pages est un énoncé des grands principes sur l'exploitation des sources d'énergie du Canada, qui figure parmi les cinq plus importants producteurs d'énergie au monde. Il a pour objectif de concilier la croissance économique avec la protection de l'environnement.

Le document n'est toutefois pas contraignant et n'a pas de portée légale.Il ne contient par ailleurs aucun engagement chiffré de réduction des gaz à effet de serre.

L'entente n'énonce pas non plus de stratégie précise sur le développement de projets d'oléoducs comme Northern Gateway ou Énergie Est.

Pour le politologue du Campus St-Jean de l'Université de l'Alberta, Frédéric Boily, l'accord a permis à l'Alberta de rassurer les autres provinces « quant à sa volonté de se soucier de l'environnement », tout en continuant à dire « qu'elle veut continuer à développer l'industrie pétrolière. »

Les premiers ministres fiers d'être parvenus à s'entendre

« C'est un progrès considérable qui a été accompli », a clamé le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. « On est arrivé au début des travaux avec un document quasi muet sur la question de l'environnement et des changements climatiques », rappelle-t-il.

« C'est un document monumental », a renchéri le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant. 

« Nous allons créer des emplois, mais en même temps nous allons devoir composer avec ce qu'aucune autre génération avant nous n'a eu à combattre les changements climatiques et à protéger l'environnement. Et on doit faire concilier tout ça. » — Brian Gallant, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Les discussions s'annonçaient pourtant orageuses. Avant même que ne débute la rencontre du Conseil de la fédération, le premier ministre de la Saskatchewan avait jeté un pavé dans la mare en déclarant que certaines provinces du centre du pays avaient tort de poser des obstacles à la création ou à la conversion de pipelines. 

Brad Wall avait été particulièrement critique envers le Québec et l'Ontario. Il avançait alors que les considérations environnementales, quoiqu'importantes, ne devaient pas tenir lieu de veto pour ces provinces récalcitrantes aux pipelines.

« Nous sommes tous des alliés »

De toute évidence, Brad Wall s'est maintenant rallié à ses collègues : « Nous sommes tous des alliés », a-t-il rétorqué à un journaliste qui le questionnait sur sa sortie de cette semaine. Le premier ministre Wall affirme que la version récente de l'entente admet la valeur des ressources renouvelables et non renouvelables.

Néanmoins, le premier ministre saskatchewanais conserve une « frustration » : celle de constater que les Canadiens n'apprécient pas à sa juste valeur le potentiel énergétique de leur pays, comme s'ils étaient même réticents à prononcer les mots « pétrole » et « gaz », dénonce M. Wall.

« C'est une bonne industrie à avoir. Et nous devons être conscients des implications environnementales de cette industrie surtout quand on voit ce qui se passe dans le nord de l'Alberta aujourd'hui », a-t-il déclaré en conférence de presse en faisant allusion au déversement de cinq millions de litres de produits pétroliers survenu plus tôt cette semaine près de Fort McMurray, dans le nord albertain.

« Il n'y a aucun doute qu'on doit améliorer tout ce qui a trait à l'environnement quand on parle de développement énergétique. Mais je voudrais que les Canadiens prennent conscience que nous avons cette formidable ressource qui emploie des gens, qui paie pour des programmes sociaux et qui contribue à la péréquation. » — Brad Wall, premier ministre de la Saskatchewan

« Le pétrole doit bouger » - Philippe Couillard

Avec 173 milliards de barils, le Canada détient la troisième plus importante réserve de pétrole brut au monde, après le Venezuela et l'Arabie saoudite. De l'avis de Brad Wall, il est absurde que le Canada importe du pétrole lorsqu'on pense qu'il est assis sur une telle richesse.

Mais encore faut-il l'exploiter et le déplacer à travers le pays. Selon le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, « fondamentalement, le pétrole doit bouger ».

« S'il ne bouge pas par pipeline, ajoute-t-il, il le fera par voie ferrée. Est-ce vraiment mieux? Ou plus sécuritaire? Je peux vous dire qu'au Québec, nous avons une perspective différente là-dessus ».

La nouvelle première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, a renchéri en affirmant que le transport par pipeline demeurait le plus sécuritaire. Toutefois, « nous devons apprendre de ce déversement et tenter de comprendre ce qui n'a pas fonctionné », a-t-elle ajouté en parlant, elle aussi, du déversement survenu cette semaine dans sa province.

 

D'autres sujets ont été au programme des discussions du Conseil de la fédération. Les participants se sont par exemple entendus pour faciliter la mobilité de la main-d'oeuvre d'une province à l'autre. Et ils ont préparé une série de dossiers qu'ils devront aborder avec le gouvernement de Stephen Harper, à trois mois des élections prévues sur la scène fédérale.

D'ailleurs, la première ministre de l'Ontario a admis que le refus d'Ottawa de collaborer avec sa province à la création d'un régime de retraite provincial va rendre la tâche plus difficile. Malgré tout, Kathleen Wynne compte aller de l'avant.

L'an prochain, c'est la ville de Whitehorse, au Yukon, qui accueillera la rencontre estivale des premiers ministres des provinces et territoires.

Radio-Canada avec La Presse canadienne, 2015

[En ligne] http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2015/07/17/001-conseil-federation-bilan-energie-petrole-environnement.shtml

Projet Oléoduc Énergie Est - Travaux préliminaires : le gouvernement complète son expertise et donne suite aux recommandations du BAPE

Publié le 20 juillet 2015

Québec, 16 juillet 2015 – Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. David Heurtel, prend acte de l’avis du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) quant à la composition du comité d’experts qui sera chargé de formuler, à son intention, un avis scientifique sur les exigences de réalisation des travaux préliminaires que souhaite mener TransCanada dans le cadre de son projet Oléoduc Énergie Est.

« En complétant son expertise avec des experts de haut niveau, le gouvernement donne suite aux recommandations du BAPE et démontre qu’il a bien l’intention d’exercer pleinement ses compétences en faisant une évaluation rigoureuse de ce projet. En plus d’agir de façon proactive, nous nous assurons que les travaux préliminaires projetés par l’entreprise se réaliseront selon les meilleures pratiques environnementales, et ce, en garantissant la sécurité de la population et la protection de l’environnement », a affirmé le ministre Heurtel.

Rappelons que TransCanada a informé le Ministère qu’elle souhaitait procéder, dès cet été, à des travaux préliminaires visant à finaliser le tracé de son projet Oléoduc Énergie Est. Le ministre a d’ailleurs confié au BAPE un mandat portant sur les enjeux de la portion québécoise du projet qui comporte deux étapes importantes, soit la création d’un comité d’experts et la réalisation d’une enquête et d’une audience publique.

Au cours des derniers jours, le BAPE a analysé les expériences et les compétences des membres du comité d’experts soumis par le Ministère. L’organisme a effectué cette analyse en fonction des deux volets des travaux préliminaires que compte réaliser l’entreprise, et qui concernent le Ministère, soit les relevés sismiques en milieux terrestre et aquatique et les sondages géotechniques en milieu terrestre.

À la lumière des recommandations du BAPE, le Ministère a ajouté à l’équipe d’experts un spécialiste universitaire en géotechnique et en mécanique des sols argileux. Il s’est également assuré que, dans le cadre de son mandat, le comité d'experts puisse compter sur l'expertise de l'Institut Maurice-Lamontagne dans le domaine des sciences de la mer en ce qui concerne, notamment, les mammifères marins. En effet, le centre de recherche a accepté de collaborer si des enjeux liés à son champ d'activité étaient identifiés. De plus, le comité pourra faire appel aux compétences du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pour toute question relative à l’herpétologie.

À ce stade-ci, il est important de préciser que le comité n’aura pas à se pencher sur la construction d’ouvrages, mais uniquement sur les travaux préliminaires que compte réaliser TransCanada.

Le comité sera formé des experts suivants :

Présidence et expert

Ghislain Chouinard : présentement à la retraite, ce biologiste et chercheur sur les ressources halieutiques du sud du golfe du Saint-Laurent est l’auteur de nombreux rapports techniques et publications. Il a également accumulé 35 années d’expérience à Pêches et Océans Canada.

Expertise dans le domaine sismique

Christian Dupuis : chercheur spécialisé en géophysique expérimentale, il est également titulaire de la Chaire de leadership en enseignement en géophysique d’exploration Osisko de l’Université Laval.

Serge Leroueil : expert en géotechnique et mécanique des sols et professeur au Département de génie civil de l’Université Laval, il a une expertise en relevés géotechniques (forages et sondages divers).

Expertise sur l'habitat du poisson et la faune ichtyologique

Pierre Magnan : directeur du Centre de recherche sur les interactions bassins versants – écosystèmes aquatiques (RIVE) de l’Université du Québec à Trois-Rivières, il est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie des eaux douces.

Notons que tous les membres de ce comité ont signé une déclaration solennelle d’absence de conflit d’intérêts. Leurs travaux consisteront à émettre au préalable un avis scientifique afin d’approuver les exigences de réalisation des travaux préliminaires de TransCanada. Soulignons également que le Ministère mettra en ligne, sur son site Web, de l’information sur les demandes de travaux préliminaires de l’entreprise, qui contiendra des renseignements pertinents sur la localisation et sur la nature de chacun des travaux, ainsi que l’avis scientifique du comité d’experts, assorti des exigences du Ministère.

Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre
les changements climatiques, 2015

[En ligne] http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/infuseur/communique.asp?no=3206

Le ministre Heurtel réitère le rôle fondamental des États fédérés dans la lutte contre les changements climatiques

Publié le 20 juillet 2015

Québec, 10 juillet 2015 – De retour d’une mission en France, qui s’est déroulée du 29 juin au 2 juillet, le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. David Heurtel, est fier du grand intérêt suscité par les actions et réalisations du Québec en matière de lutte contre les changements climatiques, lors de rencontres à Paris et au Sommet mondial Climat et Territoires de Lyon.

« La participation du Québec au Sommet de Lyon aura été profitable puisqu’elle nous a permis de faire valoir le rôle crucial des États fédérés et des régions et l’importance d’intégrer un prix au carbone dans l’économie mondiale afin de lutter efficacement contre les changements climatiques », a affirmé le ministre Heurtel.

D’ailleurs, le leadership du Québec en la matière, de même que l’importance d’inclure les territoires à la 21e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CdP-21), ont été soulignés par le président de la République française, M. François Hollande, dès la première journée de ce sommet. Rappelons que la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Mme Christiana Figueres, avait aussi reconnu le rôle primordial des États fédérés et des régions en proposant de tenir une journée consacrée à la mise en valeur de leurs actions à la CdP-21, lors du Sommet de Québec, en avril dernier.

Soulignons également que le Québec était fièrement représenté au Sommet de Lyon, notamment par le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement (RNCREQ), Écotech Québec et la coopérative Forêt d'Arden. Ces derniers y ont tous présenté leurs initiatives visant à favoriser la réduction d’émissions de GES.

Marché du carbone : un outil de croissance économique verte

Dans le cadre du Sommet de Lyon, le ministre a participé à différents événements, dont l’atelier « Économie bas carbone et emploi », afin de présenter les avantages environnementaux et économiques liés au marché du carbone, l’une des mesures phares que le Québec a mises en œuvre pour lutter contre les changements climatiques. « Grâce au Fonds vert, dont les revenus sont principalement issus du marché du carbone, le Québec soutient les entreprises, les municipalités et les citoyens québécois dans leur transition vers un monde plus sobre en carbone. Estimées à plus de 3,3 milliards de dollars d’ici 2020, ces sommes consacrées au Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques représentent un puissant moteur de relance économique et de création d’emplois », a indiqué le ministre.

En plus de ces interventions publiques, le ministre a participé à la table ronde de l’Alliance des États fédérés et des régions du Climate Group, présidé par M. Jay Weatherill, premier ministre de l’Australie du Sud, en présence de M. Mark Kenber, président de l’organisation, et de Mme

Projet Oléoduc Énergie Est - Travaux préliminaires : le gouvernement complète son expertise et donne suite aux recommandations du BAPE

Publié le 17 juillet 2015

QUÉBEC, le 16 juill. 2015 /CNW Telbec/ - Le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. David Heurtel, prend acte de l'avis du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) quant à la composition du comité d'experts qui sera chargé de formuler, à son intention, un avis scientifique sur les exigences de réalisation des travaux préliminaires que souhaite mener TransCanada dans le cadre de son projet Oléoduc Énergie Est.

« En complétant son expertise avec des experts de haut niveau, le gouvernement donne suite aux recommandations du BAPE et démontre qu'il a bien l'intention d'exercer pleinement ses compétences en faisant une évaluation rigoureuse de ce projet. En plus d'agir de façon proactive, nous nous assurons que les travaux préliminaires projetés par l'entreprise se réaliseront selon les meilleures pratiques environnementales, et ce, en garantissant la sécurité de la population et la protection de l'environnement », a affirmé le ministre Heurtel.

Rappelons que TransCanada a informé le Ministère qu'elle souhaitait procéder, dès cet été, à des travaux préliminaires visant à finaliser le tracé de son projet Oléoduc Énergie Est. Le ministre a d'ailleurs confié au BAPE un mandat portant sur les enjeux de la portion québécoise du projet qui comporte deux étapes importantes, soit la création d'un comité d'experts et la réalisation d'une enquête et d'une audience publique.

Au cours des derniers jours, le BAPE a analysé les expériences et les compétences des membres du comité d'experts soumis par le Ministère. L'organisme a effectué cette analyse en fonction des deux volets des travaux préliminaires que compte réaliser l'entreprise, et qui concernent le Ministère, soit les relevés sismiques en milieux terrestre et aquatique et les sondages géotechniques en milieu terrestre.

À la lumière des recommandations du BAPE, le Ministère a ajouté à l'équipe d'experts un spécialiste universitaire en géotechnique et en mécanique des sols argileux. Il s'est également assuré que, dans le cadre de son mandat, le comité d'experts puisse compter sur l'expertise de l'Institut Maurice-Lamontagne dans le domaine des sciences de la mer en ce qui concerne, notamment, les mammifères marins. En effet, le centre de recherche a accepté de collaborer si des enjeux liés à son champ d'activité étaient identifiés. De plus, le comité pourra faire appel aux compétences du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pour toute question relative à l'herpétologie.

À ce stade-ci, il est important de préciser que le comité n'aura pas à se pencher sur la construction d'ouvrages, mais uniquement sur les travaux préliminaires que compte réaliser TransCanada.

Le comité sera formé des experts suivants :

Présidence et expert

  • Ghislain Chouinard : présentement à la retraite, ce biologiste et chercheur sur les ressources halieutiques du sud du golfe du Saint-Laurent est l'auteur de nombreux rapports techniques et publications. Il a également accumulé 35 années d'expérience à Pêches et Océans Canada.

Expertise dans le domaine sismique

  • Christian Dupuis : chercheur spécialisé en géophysique expérimentale, il est également titulaire de la Chaire de leadership en enseignement en géophysique d'exploration Osisko de l'Université Laval.
  • Serge Leroueil : expert en géotechnique et mécanique des sols et professeur au Département de génie civil de l'Université Laval, il a une expertise en relevés géotechniques (forages et sondages divers).

Expertise sur l'habitat du poisson et la faune ichtyologique

  • Pierre Magnan : directeur du Centre de recherche sur les interactions bassins versants - écosystèmes aquatiques (RIVE) de l'Université du Québec à Trois-Rivières, il est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie des eaux douces.

Notons que tous les membres de ce comité ont signé une déclaration solennelle d'absence de conflit d'intérêts. Leurs travaux consisteront à émettre au préalable un avis scientifique afin d'approuver les exigences de réalisation des travaux préliminaires de TransCanada. Soulignons également que le Ministère mettra en ligne, sur son site Web, de l'information sur les demandes de travaux préliminaires de l'entreprise, qui contiendra des renseignements pertinents sur la localisation et sur la nature de chacun des travaux, ainsi que l'avis scientifique du comité d'experts, assorti des exigences du Ministère.

Cabinet du ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, 2015

[En ligne] http://www.newswire.ca/en/story/1571809/projet-oleoduc-energie-est-travaux-preliminaires-le-gouvernement-complete-son-expertise-et-donne-suite-aux-recommandations-du-bape

Les premiers ministres persuadés de pouvoir conclure une entente sur l'énergie

Publié le 17 juillet 2015

Plusieurs des premiers ministres canadiens espèrent qu'une stratégie nationale sur l'énergie sera conclue vendredi, même si des divergences d'opinions se font sentir au sein du Conseil de la fédération.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Paul Davis, a estimé que des avancées avaient été faites, jeudi, à la rencontre annuelle du Conseil à Saint-Jean, Terre-Neuve, mais que plus de temps serait nécessaire pour arriver à une entente.

«Je suis très optimiste au sujet des discussions que nous avons eues aujourd'hui», a résumé M. Davis à la fin de la première de deux journées de rencontre.

Ce à quoi la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, a ajouté que les dirigeants avaient «une très très bonne chance» de parvenir à un accord vendredi.

L'idée d'une Stratégie canadienne de l'énergie, qui doit s'assurer que les projets énergétiques s'effectuent de manière responsable sur le plan social et environnemental, est inscrite à l'ordre du jour des premiers ministres depuis 2012.

Jeudi, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a réaffirmé le fait qu'une telle stratégie «ne peut être crédible sans qu'elle soit en lien avec les actions de lutte aux changements climatiques».

«C'est un lien obligé; on ne peut pas dissocier les deux», a-t-il fait valoir, en ajoutant qu'il est selon lui, «nécessaire» que le Canada, les provinces et les territoires «soient vus en situation de leadership» dans ce dossier.

La perception des enjeux n'est toutefois pas la même dans toutes les provinces. Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a mené une défense vigoureuse de l'industrie de l'énergie peu avant cette réunion, affirmant qu'il craint que l'expansion du gaz et du pétrole soit de plus en plus vue comme un problème potentiel par le reste du pays.

Il a dit que la frustration se fait ressentir dans l'Ouest, là où l'industrie énergétique crée des emplois et finance des programmes comme la péréquation, qui transfère de l'argent du gouvernement fédéral aux provinces les moins riches.

La première ministre de l'Alberta, la néo-démocrate Rachel Notley, a insisté sur l'importance d'atteindre un équilibre. «Je crois que plusieurs premiers ministres en sont venus à avoir des discussions matures et productives qui permettront de répondre aux intérêts des Canadiens, autant en terme de création d'emplois et de prospérité économique que du respect des préoccupations de chacun concernant la responsabilité environnementale», a-t-elle expliqué.

Philippe Couillard a ajouté que «l'énergie au Canada, ce n'est pas seulement le pétrole et le gaz, mais aussi les énergies renouvelables», particulièrement l'hydroélectricité dans le cas du Québec. «Un équilibre doit être trouvé», a-t-il lui aussi souligné.

Tous les premiers ministres sont libres d'exprimer leurs opinions, a déclaré M. Davis lorsqu'il s'est fait demander si le franc-parler de M. Wall bloquait les discussions.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, a qualifié Brad Wall de «très bon partenaire» et a ajouté qu'il était important pour toutes les provinces d'adopter une vision nationale sur la meilleure façon de transporter les ressources au pays.

Pour sa part, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, s'est dit persuadé qu'une entente sera conclue sur une stratégie nationale sur l'énergie, soit conclue lors de la réunion.

M. Gallant a dit qu'une telle stratégie serait un catalyseur pour des projets tels que la proposition de pipeline d'Énergie Est parce qu'elle pourrait permettre d'implanter des directives pour des projets ayant un impact dans divers secteurs du pays et ainsi protéger l'environnement.

«Les ressources énergétiques sont une partie importante de l'économie canadienne, c'est une partie importante de l'économie du Nouveau-Brunswick et nous avons besoin qu'elles nous aident, nous avons besoin qu'elles augmentent pour nous permettre de créer des emplois et d'assurer la croissance de l'économie d'un océan à l'autre», a dit M. Gallant.

La Presse canadienne, 2015
[En ligne] http://www.lapresse.ca/actualites/environnement/201507/16/01-4886093-les-premiers-ministres-persuades-de-pouvoir-conclure-une-entente-sur-lenergie.php

Les Canadiens doivent-ils réapprendre à recharger leurs batteries?

Publié le 16 juillet 2015

D'après le récent sondage Workmonitor de Randstad Canada, 40 % des employés s'occupent de questions en lien avec leur travail durant leurs heures personnelles.

TORONTO, le 16 juill. 2015 /CNW Telbec/ - D'après le récent sondage Workmonitor de Randstad Canada, 59 % des Canadiens déclarent qu'ils ne voient aucun inconvénient au fait de s'occuper de questions en lien avec leur travail durant leurs heures personnelles. De plus, 57 % des employés canadiens déclarent qu'ils répondent immédiatement aux courriels et aux appels en lien avec leur travail en dehors des heures de travail régulières.

Une proportion importante de ces employés reconnaît qu'elle ne parvient pas à décrocher pendant les vacances : 40 % des Canadiens s'acquittent de tâches professionnelles même pendant leurs congés, parce qu'ils aiment rester au fait des dossiers. On note une différence significative selon le sexe, alors que 48% des hommes continuent de travailler pendant leurs vacances, contre 33% chez les femmes. Les vacances estivales sont à nos portes et c'est un bon moment pour rappeler l'importance de décrocher et de refaire le plein.

« Ces chiffres nous en apprennent énormément sur le dévouement des travailleurs canadiens à l'égard de leur travail et sur leur sens des responsabilités. Cependant, leur besoin de rester connectés pourrait effectivement entraîner leur épuisement », affirme Faith Tull, vice-présidente des Ressources humaines, Randstad Canada. « Les organisations d'aujourd'hui savent à quel point il est important de retenir leurs employés pour assurer leur réussite. Il est essentiel de laisser les gens se reposer, décrocher des demandes stressantes de leur environnement de travail et recharger leurs batteries pour qu'ils ne perdent rien de leur motivation et soient capables de relever de nouveaux défis l'esprit frais et dispos », continue Tull.

Les attentes des employés et l'équilibre

Les employés sentent-ils que leur employeur les oblige à demeurer productifs même pendant leurs congés? Plus de la moitié des employés canadiens (53 %) croient que leur employeur compte sur leur disponibilité même en dehors des heures régulières de bureau. Cependant, 60 % ne croient pas que leur patron exige des réponses de leur part par courriel ou par téléphone lorsqu'ils sont en congé. Par ailleurs, plus d'hommes que de femmes se sentent forcés de demeurer productifs (60% chez les hommes contre 45% chez les femmes).

« En tant qu'employeurs, nous devons assurer le bien-être de nos employés et les aider à assurer un équilibre idéal entre leur travail et leur vie personnelle. Nous devons les encourager à tirer profit au maximum de leurs vacances and faire attention de ne pas brouiller encore davantage les frontières entre le travail et la vie personnelle ».

Quelles sont les meilleures façons de vous faire vraiment décrocher du travail et de profiter au maximum de vos congés? Voici quelques conseils utiles.

Quatre trucs afin que vous profitiez au maximum de vos congés

Nettoyez votre boîte de courriel
Pour vous assurer de quitter sans être inutilement stressé et anxieux, faites-en le plus possible avant de quitter, et ce, même s'il vous faut travailler quelques heures de plus les journées précédant vos congés : nettoyez votre boîte de réception, répondez à vos messages vocaux, à vos messages sur Facebook ou LinkedIn, parcourez votre liste des choses à faire pour éviter d'oublier certaines tâches de longue date et revenir fin prêt pour attaquer de nouveaux mandats.

Déléguez des tâches à vos collègues de confiance
Si vous craignez que certains dossiers tombent entre deux chaises, confiez des tâches à vos collègues de confiance en leur donnant suffisamment d'information sur le contexte et en offrant de leur retourner la faveur lorsqu'ils s'absenteront. Assurez-vous de mentionner, dans vos avis d'absence du bureau, le nom de la personne responsable des questions urgentes et autres.

Fermez vos alertes courriel du bureau sur votre téléphone
Il s'agit là probablement de la chose la plus évidente et, malgré tout, la plus difficile à faire! Lorsque vous consultez un courriel qui vient d'entrer, il est très tentant de regarder les nouveaux courriels non lus et de commencer à y répondre. Par conséquent, la solution idéale consiste à désactiver complètement les alertes, incluant les notifications liées à vos applications de gestion de tâches ou d'événements. Si vous devez vérifier et répondre aux courriels, fixez une heure précise et un temps limité chaque jour, par exemple, après 17 h, pour éviter que les gens ne se mettent à interagir avec vous en direct.  

Concentrez-vous sur vos activités en vacances
Votre principale tâche lorsque vous êtes en congé consiste à relaxer. Par conséquent, concentrez-vous sur votre programme quotidien, qu'il s'agisse de relaxer sur une plage en parcourant un livre intéressant ou de visiter la plus récente exposition dans un musée populaire. Vous ne savez jamais à quel point tout ce que vous pourriez découvrir ou les gens que vous rencontrerez viendront enrichir votre vie professionnelle et personnelle et amèneront à votre esprit des idées toutes fraîches. Soyez présents pour vos proches. Il s'agit là du moment idéal pour entrer en relation et tirer profit au maximum de vos interactions avec vos êtres chers. 

Le sondage Workmonitor de Randstad : Le sondage Workmonitor de Randstad a été lancé en 2003 et est maintenant effectué dans 33 pays autour du monde, en Europe, en Asie-Pacifique ainsi que dans les Amériques. L'Enquête est publiée quatre fois l'an, ce qui permet de faire ressortir dans le temps les tendances locales et mondiales liées à la mobilité des travailleurs. L'Enquête quantitative a été réalisée en ligne auprès d'une population âgée de 18 à 65 ans travaillant au moins 24 heures par semaine dans un emploi rémunéré (excluant les travailleurs autonomes). L'échantillon minimum est de 400 entrevues par pays, à l'aide de Survey Sampling International. Les entrevues pour la deuxième phase de l'enquête de 2015 ont été effectuées entre le 17 avril et le 4 mai 2015.

À propos de Randstad Canada : Randstad Canada est le chef de file canadien en placement de personnel, recrutement et solutions RH. Seule entreprise de dotation en personnel entièrement intégrée au pays, nous comprenons les besoins des employeurs et des chercheurs d'emploi de tous niveaux et de toutes industries. Grâce à une fine connaissance des marchés locaux et des tendances en emploi et à notre réseau global d'experts, nous façonnons le monde du travail canadien. Visitez randstad.ca.

Randstad Canada, 2015

[En ligne] http://www.newswire.ca/fr/story/1571541/les-canadiens-doivent-ils-reapprendre-a-recharger-leurs-batteries?p=618240

Publication du rapport de l'audit d'Enbridge par l'Office national de l'énergie

Publié le 16 juillet 2015

CALGARY, le 15 juill. 2015 /CNW/ - L'Office national de l'énergie a rendu publics les résultats de l'audit qu'il a réalisé des installations de Pipelines Enbridge Inc. (Enbridge) relevant de sa compétence. Il a jugé que la société continuait d'être exploitée de façon sécuritaire.

Réalisé sur 15 mois, l'audit a porté sur différents aspects des activités de la société et a intégré des inspections sur le terrain, des entrevues avec du personnel de l'entreprise ainsi qu'un examen approfondi des documents portant sur la sécurité et la protection de l'environnement.

L'audit mené a permis à l'Office de constater que les systèmes actuels de la société fonctionnaient bien. Les situations de non-conformité relevées ont trait à l'adoption, à l'égard des systèmes de gestion existants, d'une démarche tenant compte des plus récentes exigences explicites incluses dans le Règlement de l'Office national de l'énergie sur les pipelines terrestres (RPT), ce qui n'est pas synonyme de risque pour la sécurité du public ou pour l'environnement. L'Office est d'avis que les améliorations à apporter faciliteront le passage à une culture de sécurité plus robuste.

Le RPT a été modifié en avril 2013 de telle manière à inclure des exigences à l'endroit des sociétés pour qu'elles élaborent des systèmes de gestion de la sécurité à l'interne.

Dans le cadre du processus d'audit de l'Office, la prochaine étape consiste à exiger de la société qu'elle présente un plan de mesures correctives portant sur tous les points de non-conformité relevés. L'Office surveillera activement et évaluera les progrès réalisés par la société dans le but de se conformer à toutes les exigences réglementaires.

Chaque année, en sa qualité d'organisme de réglementation national du secteur énergétique, l'Office mène six audits pour remplir son mandat de vérification de la conformité aux exigences par les sociétés relevant de sa compétence.

Les audits de l'Office constituent un instrument de choix lorsqu'il s'agit de veiller au respect de la réglementation, actuel et à long terme, en matière de sécurité du public et de protection de l'environnement, et aussi lorsqu'il faut s'assurer que les sociétés maintiennent sans relâche l'intégrité du réseau pipelinier à la grandeur du Canada.

Le rapport d'audit d'Enbridge produit par l'Office peut être consulté en ligne sur le site Web de l'Office à l'adresse www.neb-one.gc.ca.

L'Office national de l'énergie est un organisme fédéral indépendant qui réglemente plusieurs aspects du secteur énergétique au Canada en mettant la sécurité des Canadiens et la protection de l'environnement au cœur de ses priorités. Sa raison d'être consiste à réglementer, dans l'intérêt public canadien, les pipelines, la mise en valeur des ressources énergétiques et le commerce de l'énergie. Pour un complément d'information sur l'Office et son mandat, consultez le site www.neb-one.gc.ca.

ONÉ, 2015

[En ligne] http://www.newswire.ca/en/story/1571301/publication-du-rapport-de-l-audit-d-enbridge-par-l-office-national-de-l-energie

Le gouvernement du Canada publie les plus récentes données sur l'exposition aux substances chimiques de l'environnement

Publié le 15 juillet 2015

Le troisième ensemble de données de biosurveillance issues de l'Enquête canadienne sur les mesures de santé fournit un éclairage utile quant à l'exposition des Canadiens aux substances chimiques de l'environnement

15 juillet 2015 - Ottawa (Ontario) - Santé Canada

Santé Canada a rendu public aujourd'hui son troisième rapport sur la biosurveillance humaine des substances chimiques de l'environnement au Canada. Ce rapport technique donne les résultats du volet biosurveillance de l'Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) et présente des données détaillées sur l'exposition de la population canadienne aux substances chimiques trouvées dans l'environnement, comme le triclosan et divers composés organiques volatils (COV).

Les données de biosurveillance sont utilisées par les scientifiques pour évaluer si les produits chimiques présents dans notre quotidien posent des risques éventuels pour la santé et serviront à mesurer l'efficacité des mesures de gestion des risques mises en place dans le but de protéger la santé des Canadiens. Les initiatives de biosurveillance comme l'ECMS sont l'une des mesures importantes que prend le gouvernement à l'égard des substances chimiques, ce qui comprend le Plan de gestion des produits chimiques.

Statistique Canada, en partenariat avec Santé Canada et l'Agence de la santé publique du Canada, dirige l'ECMS. Cette enquête nationale continue permet de recueillir des renseignements liés à la santé des Canadiens au moyen d'une entrevue à domicile et de mesures physiques directes. Le volet biosurveillance de l'ECMS comporte la collecte et l'analyse d'échantillons de sang et d'urine, afin de mesurer la concentration de certaines substances chimiques de l'environnement. L'Enquête fournit aussi des renseignements concernant les maladies chroniques et infectieuses, la forme physique, la nutrition et d'autres facteurs qui influent sur la santé.

Les données pour le cycle 3 ont été recueillies entre janvier 2012 et décembre 2013 auprès d'un échantillon approximatif de 5 800 Canadiens âgés de 3 à 79 ans et provenant de 16 sites au Canada. Le cycle 3 comportait la mesure de 48 substances chimiques de l'environnement, dont 33 qui ont fait l'objet de mesure lors des cycles précédents.

Faits en bref

  • Le gouvernement du Canada est un chef de file mondial dans le domaine de la gestion des produits chimiques. Les initiatives de biosurveillance comme l'Enquête canadienne sur les mesures de la santé sont l'une des mesures importantes que prend le gouvernement à l'égard des substances chimiques.
  • Le Plan de gestion des produits chimiques (PGPC) a fait du Canada un pionnier à l'échelle mondiale dans le domaine de l'évaluation et de la gestion des risques associés à des substances qui sont utilisées dans des milliers de procédés industriels et de produits de consommation.
  • Le gouvernement a créé le Plan de gestion des produits chimiques en 2006 dans le but d'évaluer les substances chimiques utilisées au Canada et de prendre des mesures pour contrer celles qui sont jugées dangereuses.
  • Le Plan d'action économique de 2015 propose d'octroyer 491,8 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2016-2017, pour renouveler le Plan de gestion des produits chimiques et continuer à évaluer et à gérer les risques pour la santé humaine et l'environnement provenant de substances chimiques nouvelles et existantes.
  • Dans le cadre de la deuxième phase du PGPC, qui mise sur les réussites et les leçons retenues au cours de la première phase, les efforts continueront d'être axés sur la protection de la santé des Canadiens et de leur environnement.
  • Le cycle 3 de l'ECMS a été élargi pour inclure l'échantillonnage de produits chimiques environnementaux dans l'eau du robinet et l'échantillonnage de l'air intérieur avait été ajouté lors du cycle 2. Ainsi, nous pourrons mieux comprendre les sources possibles d'exposition à certaines substances chimiques.
  • Ces renseignements, en plus des données recueillies lors des prochains cycles, permettront aux scientifiques de Santé Canada de déterminer si notre exposition aux produits chimiques change au fil du temps et si les produits chimiques auxquels nous sommes exposés sont dangereux pour notre santé.
  • Jusqu'à maintenant, les concentrations de produits chimiques mesurées parmi la population canadienne dans le cadre des trois cycles terminés sont comparables.

Citations

« Grâce au Plan de gestion des produits chimiques, le Canada est un chef de file mondial de la gestion des substances chimiques. Le volet biosurveillance de l'Enquête canadienne sur les mesures de santé est l'une des mesures importantes que nous prenons concernant ce type de substances. Les renseignements recueillis lors de cette enquête nous permettent de mieux comprendre notre exposition aux produits chimiques de l'environnement et de déterminer les mesures que nous devons prendre pour protéger la santé et la sécurité des familles canadiennes. »
Rona Ambrose, ministre de la Santé.

Liens connexes

Enquête canadienne sur les mesures de la santé
Vue d'ensemble du Troisième rapport sur la biosurveillance humaine des substances chimiques de l'environnement au Canada
Vue d'ensemble du Deuxième rapport sur la biosurveillance humaine des substances chimiques de l'environnement au Canada
Vue d'ensemble du Rapport sur la biosurveillance humaine des substances chimiques de l'environnement au Canada

Pour de plus amples renseignements sur la façon dont le gouvernement du Canada gère les substances chimiques, veuillez consulter le site Web sur les substances chimiques.

- 30 -

Personnes-ressources

Michael Bolkenius
Cabinet de l'honorable Rona Ambrose
Ministre fédérale de la Santé
613-957-0200

Santé Canada
Relations avec les médias
613-957-2983

Renseignements au public
613-957-2991
1-866-225-0709

Gouvernement du Canada, 2015
[En ligne] http://nouvelles.gc.ca/web/article-fr.do?nid=1001049&tp=1
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.