Actualités du secteur

La Ville de Québec a confirmé son choix : en 2022, les citoyens déposeront leurs résidus alimentaires dans un sac à part pour qu’ils soient ensuite biométhanisés.

 • À lire aussi: Les coûts de l’usine de biométhanisation explosent  

Il n’y aura pas de troisième collecte, a réaffirmé le service de la gestion des matières résiduelles lors d’un comité plénier, mercredi. Trois projets pilotes seront réalisés en 2019 et 2020.

À partir de 2022, quand l’usine de biométhanisation sera prête, l’ensemble des citoyens auront à contribuer à la maison pour le tri de leurs déchets. Ainsi, les résidus alimentaires comme le café, les viandes, les pelures de fruits et légumes, etc. seront placés à part dans un sac de plastique distribué par la Ville.

Plastique

On a choisi les sacs de plastique pour faciliter la vie des citoyens et contrer les aspects qui les rebutent, comme la formation de vers blancs, a expliqué la directrice de l’arrondissement Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge et responsable de la gestion des matières résiduelles, Isabelle Dubois. 

Le choix de ne pas implanter une troisième collecte représente aussi une économie de 5,5 millions $ par an. Le sac de couleur sera donc déposé dans le bac à ordures habituel, avec les sacs contenant les autres déchets. Les sacs seront collectés par le même camion, puis amenés à l’incinérateur. Là, ils seront triés. Les déchets seront incinérés. Les résidus alimentaires seront extraits des sacs de couleur, puis débarrassés des contaminants. On les préparera en transformant le tout en pulpe qui sera ensuite chauffée et transportée vers le centre de biométhanisation par une conduite souterraine.

Le choix du sac n’est pas arrêté. Il faudra qu’il soit assez résistant pour ne pas déchirer dans le camion. On fera des tests au cours des prochains mois.

Inquiétudes

L’opposition a continué de marteler que les revenus ne sont pas garantis et craint des « surprises » dans les coûts. Les représentants de la Ville ont assuré que ces équipements existent ailleurs et que plusieurs revenus sont garantis grâce à un contrat signé avec Énergir.

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, s’est dit satisfait du choix du tri avec sacs. « On trouve que c’est la bonne voie. [...] Les citoyens sont prêts pour ça. Si la communication est au rendez-vous, si c’est simple, on pense que les citoyens vont embarquer. »

Source : Journal du Québec
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.