Actualités du secteur

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate
 
Transition énergétique : baisse de 1,8 G$ en ventes pour les raffineries du Québec 
Les contrecoups à prévoir sur l’emploi et la main-d’œuvre
 
Montréal, le 26 novembre 2019 — CoeffiScience, le comité sectoriel de main-d’œuvre de la chimie, de la pétrochimie, du raffinage et du gaz, dévoile aujourd’hui les résultats d’une étude d’impact de la politique québécoise de transition énergétique sur l’emploi. Cette étude prévoit une baisse des ventes de 1,8 milliards de dollars pour les raffineries du Québec et des pertes d’emplois concentrées dans le secteur de la distribution d’essence.
 
À partir d’une démarche économétrique combinée à une série d’entretiens en profondeur, l’étude des conséquences de la transition énergétique établit différentes prévisions en fonction des objectifs inscrits dans la politique énergétique. Rappelons que la Politique énergétique 2030 entend faire du Québec un chef de file nord-américain dans les domaines de l’énergie renouvelable et de l’efficacité énergétique. Pour ce faire, on a récemment adopté un plan d’action qui se traduit en mesures concrètes en matière de transition, d’innovation et d’efficacité énergétiques.
 
Fruit d’une collaboration entre les acteurs patronaux, syndicaux et gouvernementaux, cette étude a bénéficié de la contribution importante d’un comité composé d’acteurs centraux du domaine. Les secteurs d’activité économique analysés sont la distribution de gaz naturel; la fabrication de produits du pétrole; la fabrication de produits chimiques de base; la fabrication de résines synthétiques et le transport ainsi que la distribution de produits pétroliers.
 
Le document anticipe les conséquences suivantes :
 
  • La transition énergétique engendrera une diminution des ventes de 1,8 G$ pour les raffineries de pétrole du Québec. Les ventes de mazout et d’essence seront particulièrement touchées. 
  • Dans l’industrie de la chimie, de la pétrochimie, du raffinage et du gaz, la transition énergétique mènerait à la création nette de 66 emplois à l’horizon 2030. Néanmoins, ce gain net cache des réalités différentes selon les industries.  
  • Pour la filière élargie, la transition énergétique devrait engendrer la disparition de 2 601 emplois d’ici à 2030, si le modèle d’affaires actuel est maintenu. 
  • Les stations-service seront le plus durement touchées par les mesures de transition. Des pertes de 2 324 emplois sont à prévoir d’ici à 2030. 

CoeffiScience espère que ces conclusions permettront aux parties concernées de prendre des décisions éclairées.
« Les résultats permettent de réaliser l’ampleur des effets de la transition énergétique et de mieux cerner les emplois qui en subiront les contrecoups. Nous croyons que ces informations permettront d’outiller les décideurs gouvernementaux dans une réalisation socialement acceptable de la transition énergétique. À notre connaissance, il s’agit d’une première en la matière », affirme Guillaume Legendre, directeur général de CoeffiScience.
 
La réalisation de cette étude a été rendue possible grâce à la contribution financière de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT). CoeffiScience tient à remercier les membres du comité de suivi composé de Mme Caroline de Foy – Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, M. Denis Hamel – Conseil du patronat du Québec, M. Marc-André Moreau – Commission des partenaires du marché du travail, M. Jean-Rod Morin – Unifor Québec, M. Pierre Patry  – Fondaction, M. Pierre Roy  – Transition énergétique Québec, M. Philippe Lanthier  – Énergir et M. Benoit Potvin  – Unifor Québec. L’étude a été réalisée par M. Jean-Philippe Brosseau de Raymond Chabot Grant Thornton.
 
 Pour en savoir davantage, consultez l’étude complète sur le site de CoeffiScience à l’adresse : <www.coeffiscience.ca/transition>.

CoeffiScience, le comité sectoriel de main-d’œuvre de la chimie, de la pétrochimie, du raffinage et du gaz, est l’organisme de concertation, d’orientation et de référence sur les questions de main-d’œuvre dans le secteur. Il réunit les entreprises, les travailleurs et les partenaires de l’industrie pour déterminer les besoins communs en matière de développement de la main-d’œuvre et mener des actions concertées pour y répondre.
 
- 30 -


Source :          CoeffiScience
                        Guillaume Legendre, directeur général
                        514 251-6302, poste 224
                        glegendre@coeffiscience.ca
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.