Actualités du secteur

Le succès d’une entreprise repose  de toute évidence sur la performance de ses employés : sa survie ainsi que la qualité de ses produits et services en dépendent. La performance touche tous les secteurs d’une entreprise, de la production à la qualité, de la gestion des non-conformités à la direction. Alors, comment pouvons-nous obtenir les résultats escomptés si nous ne sommes pas ceux qui effectuent le travail réel ?

Le bien-être au travail est directement lié à la performance. Un employé doit avoir un sentiment d’appartenance et d’importance. C’est pourquoi l’invisibilité des employés, qui découle de l’automatisation des suivis, a créé un gouffre entre les gestionnaires et les travailleurs. 

En effet, une des théories grandement acceptées est que le travail réel est progressivement devenu invisible, comme le dénonce Gomez (2012)1

« La gestion du travail a été opérée à partir d’écrans, de tableaux, de normes, d’indicateurs de traçabilité et de suivis, de reportings, de systèmes informatisés de gestion de flux, de systèmes de contrôle de gestion, etc. Les organisations sont devenues des appareils à extraire de l’information destinée à assurer, en flux continu et de bas en haut, la concordance entre le résultat observé à tous les niveaux et le résultat prescrit au sommet. »


Il existe des indicateurs clairs sur des problèmes possibles concernant l’état des employés qui affectent directement leur performance . L’absentéisme sous toutes ses formes est un indicateur de grande importance : si le taux d’absentéisme est élevé, il y a de fortes chances que l’on retrouve une insatisfaction à plusieurs égards chez les employés.

Afin d’augmenter la performance, les gestionnaires d’une entreprise doivent se pencher sur des facteurs importants tels que la santé et la sécurité au travail. Un des éléments essentiels est aussi la qualité des lieux de travail. Ceci est retrouvé par le besoin d’échanger et de validation des  expériences des employés. La gestion doit aussi promouvoir l’utilisation de bonnes pratiques.


Nadisic (2017)2  propose cinq leviers pour un bien-être au travail :

●  la mobilisation d’émotions positives, du ressenti subjectif, du bien-être au travail;
●  l’engagement au travail, car lorsque l’agent est absorbé dans l’action, il investit l’ensemble de ses compétences;
●  les relations sociales au travail, une ressource positive pour développer le lien social;
●  une même vision pour avancer ensemble, car le sens de l’action est la quatrième facette du bien-être au travail;
●  les accomplissements, c’est-à-dire les réussites concrètes, qui donnent à chacun envie d’aller plus loin.



Afin d’améliorer la performance et ainsi d’obtenir un meilleur contrôle sur les enjeux concernés, plusieurs formations (à tous les niveaux) peuvent nous aider. Une meilleure compréhension de l’individu dans ses employés et la capacité à mettre les bonnes pratiques en place pour son entreprise sont des notions très importantes pour la gestion. Ainsi, les employés peuvent bénéficier de formations propres aux besoins de l’entreprise, comme la gestion des non-conformités, qui est axée sur la réduction d’erreurs et élève ainsi la performance.

Il existe aussi des formations sur les relations entre employés de tous les niveaux, que ce soit la gestion de conflits ou l’amélioration de la communication. De plus, étant donné qu’il n’existe pas de formule magique, chacun a la responsabilité de s’outiller afin que sa performance soit la meilleure possible et de s’assurer de créer des conditions de travail positives pour le succès de chacun.

Finalement, une entreprise doit investir dans son succès et limiter les dégâts causés par la piètre performance d’employés insatisfaits. Le regard vers la gestion et l’amélioration de l’environnement dans lequel les employés doivent travailler sont les solutions les plus 
profitables pour tous.

Pour vous procurer les outils nécessaires afin de faire face aux enjeux de performance des employés au sein de votre entreprise, nous vous invitons à visitez l’adresse www.coeffiscience.ca/outils-rh.

_________________________________________________________

Cet article est tiré du bulletin de nouvelles le Catalyseur, page 4. 

Source: 
1 Gomez P-Y., (2012) Le travail invisible, François Bourin
2 Nadisic T., (2017), Bien-être et efficacité des agents chargés du service public, in Bachelard O., Le bien-être au travail. 
© 2018 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.