Actualités du secteur

Votre employeur devrait prendre soin de vous dans la prochaine année. Selon un rapport de Morneau Shepell, une société offrant des services-conseils et des technologies en ressources humaines, la santé mentale et physique des employés sera au cœur des priorités des dirigeants d’entreprise en 2018.

Le monde des ressources humaines semble tirer des leçons de l’actualité de la dernière année. Selon un rapport de Morneau Shepell intitulé Tendances en ressources humaines pour 2018, qui a sondé 370 employeurs canadiens sur les mesures qu’ils prévoient prendre dans l’année à venir, près de la moitié des répondants (47 %) mentionnent vouloir améliorer la santé mentale ou physique de leurs employés.

Cela représente une augmentation de 41 % comparativement au rapport Morneau Shepell de 2016. « Les employeurs ont pris de nombreuses mesures pour réduire la stigmatisation qui freine les employés à demander de l’aide ou des soins, admet Paula Allen, vice-présidente, Recherche et solutions intégratives chez Morneau Shepell. Ce sera un effort continu, car le changement doit également se produire dans l’esprit des employés. »
 
Et les entreprises canadiennes ont beaucoup à gagner en implantant des mesures pour améliorer la santé au travail. Selon le baromètre CEGOS « Climat social et Qualité de vie au travail » de 2016, un salarié sur quatre affirme avoir subi un problème psychologique grave de type dépression ou épuisement professionnel. « Les coûts occasionnés par la baisse de productivité [absentéisme, présentéisme et retrait du marché du travail] due à la maladie mentale dépassaient les 6,4 milliards de dollars en 2011 et ils grimperont à 16 milliards de dollars par an en 2041 », révèle pour sa part un rapport publié par la Commission de la santé mentale du Canada.

Le rapport de Morneau Shepell stipule d’ailleurs que la volonté des employeurs à s’intéresser à la santé mentale découle d’un désir de réduire l’absentéisme et d’augmenter la fidélisation des employés.
Engagement et fidélisation

Le monde des ressources humaines sera également bousculé par l’évolution des nouvelles technologies, par de nouveaux modèles d’affaires et par l’arrivée de nouveaux compétiteurs. Rappelons que Montréal a soumis sa candidature pour accueillir le nouveau siège social du géant Amazon, qui créerait à terme 50 000 emplois dans sa ville d’accueil. Une nouvelle qui ferait certainement briller la métropole si cette dernière est l’heureuse élue, mais qui bousculerait grandement le secteur du commerce de détail.

Ainsi, que ce soit pour des considérations technologiques, économiques ou pour affronter la concurrence, les dirigeants affirment vouloir aider leur entreprise à s’adapter continuellement au changement. « Cela deviendra de plus en plus important pour les organisations, remarque la vice-présidente. Malgré le défi que représente ce changement constant et significatif, il sera essentiel pour les RH d’être un partenaire stratégique qui appuie ses employés. »

Pour ce faire, 65 % des répondants affirment vouloir améliorer l’engagement des salariés tandis que 56 % comptent améliorer l’attraction et la fidélisation de leur personnel possédant les bonnes compétences. Selon l’étude de Morneau Shepell, les dirigeants des RH mettent en place diverses solutions, comme des formations pour les employés, qui leur permettent d’acquérir une plus grande capacité d’adaptation. Ils forment également les gestionnaires pour s’assurer que les salariés en difficultés obtiennent l’aide dont ils ont besoin.

Source : Portailrh
 
© 2018 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.