Actualités du secteur

Le ministre de l’Environnement corrige le tir : le fonds d’électrification et de changements climatiques (FECC) ne subventionnera aucun gazoduc, seulement des projets de gaz renouvelable.

«Ce n’est aucunement notre intention de financer des projets de gazoduc que ce soit avec ça», a indiqué Benoît Charette vendredi sur les ondes de TVA.

La veille, M. Charette a déposé son projet de réforme du Fonds vert, qui sera remplacé par le FECC. Il a alors laissé entendre que le projet Énergie Saguenay, qui souhaite importer par gazoduc du gaz naturel de l’Ouest canadien et le liquéfié dans une usine à Saguenay pourrait «peut-être» recevoir du financement du FECC.

«On réitère des principes, l’importance, c’est la diminution des émissions de gaz à effet de serre (GES), ceux qui ne veulent pas entendre parler de transition énergétique seront assurément déçus», a disait M. Charette.

«Nous, à partir du moment où un projet est alimenté par une source x qui est combustible, qui est une forte émettrice de GES, mais qu’on lui permet une alimentation à travers une source qui est moins polluante, c’est de la transition énergétique», a-t-il ajouté.

Vendredi, M. Charette a réajusté son discours. Il affirme que le FECC sera plutôt disponible pour appuyer la production de gaz naturel renouvelable. «C’est un gaz qu’on arrive à faire avec nos déchets. C’est une réduction importante des GES. Ces déchets, ils émettraient de toute façon des GES», a-t-il expliqué.

Il faut dire que le Fonds vert a déjà financé par le passé la construction d’un oléoduc entre Québec et Montréal. Le Fonds vert a également servi à subventionner le prolongement du réseau de gazoduc d’Énergir, anciennement Gaz Métro.

Source : TVA Nouvelles 
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.