Actualités du secteur

Les investissements se sont faits rares à Montréal-Est dans les dernières années, mais le vent semble vouloir tourner. Québec vient de donner son aval à la construction d'un terminal en carburant pour avions d'une valeur de 150 millions.

Le décret du conseil des ministres autorisant le terminal a été publié dans la Gazette officielle aujourd'hui, mercredi.

La semaine dernière, La Presse rapportait la volonté de la société Cryopeak d'investir des millions à Montréal-Est dans un parc de 75 camions-citernes et remorques pour transporter le gaz naturel liquéfié jusqu'aux clients.

Pour ce qui est du terminal de la Corporation internationale d'avitaillement de Montréal (CIAM), organisme à but non lucratif formé par des transporteurs nationaux et internationaux, il sera composé d'un terminal maritime, de 8 réservoirs et d'un pipeline d'environ 7 kilomètres qui ira se brancher sur l'oléoduc de Pipelines Trans-Nord. L'investissement à terme s'élève à 150 millions.

Le terminal servira à approvisionner les aéroports de Toronto, d'Ottawa et de Montréal.

« Nous franchissons une étape importante pour CIAM, alors que nous travaillons à améliorer la sécurité et la fiabilité de l'approvisionnement des aéroports, a dit Robert Iasenza, président de CIAM, dans un communiqué. Nous continuerons à développer ce projet de manière constructive et à assurer une approche collaborative avec les parties prenantes. »

Le projet a fait l'objet d'une étude environnementale menée par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement. Dans son rapport publié en juin 2018, le BAPE a reconnu la pertinence du projet et la cohérence de sa localisation.

Le projet soulève toutefois des craintes dans la population, qui s'est fait entendre devant le BAPE.

« On est très content, a pour sa part indiqué le maire de Montréal-Est, Robert Coutu, dans un entretien. On a réussi à inverser la tendance dans l'est de Montréal après beaucoup d'efforts. Dans la foulée de la fermeture de Shell, on parlait de pertes économiques et de pertes d'emplois. Des investissements, comme celui-là, on est content de les accueillir. C'est un autre signal que les choses vont de mieux en mieux aller dans l'Est.

« Personnellement, on est satisfait de la façon dont le projet a été mené. Il y a eu des consultations publiques et les citoyens ont été écoutés. »

Le maire tient à dire qu'il effectuera un suivi serré à l'égard du tracé qu'empruntera le pipeline de 7 km devant être construit en tout respect de l'environnement et avec une acceptabilité sociale.

Les travaux doivent débuter au printemps 2020 et durer 3 ans.

Source : La Presse
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.