Actualités du secteur

Ottawa — Le responsable d’un groupe qui représente l’industrie canadienne du pétrole et du gaz naturel demande au gouvernement fédéral des réductions d’impôt et un allégement de la réglementation afin que le secteur de l’énergie puisse rester concurrentiel par rapport à celui des États-Unis et d’autres producteurs dans le monde.

Le chef de la direction de l’Association canadienne des producteurs pétroliers, Tim McMillan, a indiqué que le Canada « cédait du terrain » et devait agir dès maintenant pour regagner la confiance des investisseurs. Il a notamment évoqué la baisse des taux d’imposition des entreprises et les assouplissements réglementaires mis en place aux États-Unis sous la présidence de Donald Trump.

M. McMillan a tenu une conférence de presse à Ottawa, lundi, à la veille du dévoilement du nouveau budget fédéral, mais cet événement était présenté comme le premier d’une série de rapports économiques, et non une tentative d’influencer le contenu du budget.

Cependant, lors d’une séance de questions, M. McMillan a estimé que le budget de l’an dernier avait transmis « un terrible signal au monde » en limitant les déductions fiscales admissibles pour les puits d’exploration pétroliers et gaziers. Il a ajouté qu’environ 50 changements aux politiques de l’industrie énergétique étaient actuellement étudiés par les gouvernements fédéral et provinciaux. Ces propositions comprennent d’importants changements à l’Agence canadienne d’évaluation environnementale et à l’Office national de l’énergie, qui nuisent à la réputation du Canada en tant que pays transparent où il est possible de mener des affaires de façon équitable.

M. McMillan dit avoir entendu de la bouche de grands patrons d’entreprises de Calgary qui ont des activités aux États-Unis qu’ils étaient davantage tentés d’investir au sud de la frontière qu’au Canada en raison des faibles taux d’imposition en vigueur là-bas.

Lors d’une conférence téléphonique plus tôt en février, le chef de la direction de Suncor Énergie, Steve Williams, a affirmé que le Canada « devait faire mieux » pour attirer les investissements hors des États-Unis.

Source : Le Devoir
© 2018 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.