Actualités du secteur

CALGARY, le 14 mai 2019 /CNW/ - Le Canada possède une vaste infrastructure de production et de transport d'essence qui garantit un approvisionnement fiable et flexible pour les Canadiens. Toutefois, les conditions particulières du marché dans chaque région influent sur les prix de l'essence à la pompe, selon un nouveau rapport publié par l'Office national de l'énergie.

Le rapport intitulé D'où vient l'essence consommée au Canada? explique le parcours d'un baril de pétrole brut, de la tête de puits jusqu'aux réservoirs à essence des Canadiens. Il présente également un tableau de bord interactif qui permet aux Canadiens de prendre connaissance des prix quotidiens de l'essence et d'examiner la fluctuation des prix au fil du temps dans 70 grands centres du Canada.

Les prix tiennent compte du prix du pétrole brut, des marges de raffinage et de commercialisation ainsi que des taxes; la fluctuation de l'une de ces composantes aura une incidence sur le prix à la pompe payé par les consommateurs.

L'Office surveille les marchés de l'énergie, évaluant les besoins du Canada en la matière et les tendances qui se dessinent. Ce rapport fait partie d'un éventail de documents sur l'offre, la demande et les infrastructures énergétiques qu'il publie à intervalles dans le cadre de son mandat de surveillance constante des marchés.

Citation
« La production d'essence au Canada subit l'influence des marchés locaux et d'un système de chaîne d'approvisionnement complexe. Ce rapport donne un aperçu des facteurs qui contribuent à la fluctuation des prix de l'essence et explique la dynamique de l'approvisionnement et de la demande au Canada. »
- Jean-Denis Charlebois, économiste en chef de l'Office national de l'énergie

En bref
  • Les Canadiens ont consommé 46 milliards de litres d'essence en 2018, ce qui représente 42 % des ventes totales de produits pétroliers raffinés au pays. 
  • Le Canada compte 17 raffineries en activités, mais seulement 14 d'entre elles produisent de l'essence, soit 6 dans l'Ouest, 4 en Ontario, 2 au Québec et 2 dans les provinces de l'Atlantique.
  • Les produits diffèrent selon la raffinerie, mais le principal est l'essence, qui constitue en moyenne 36 % de la production.
  • Le plus gros importateur est habituellement le Québec, qui envoie ensuite en Ontario une grande partie de l'essence. Les provinces de l'Atlantique et la Colombie-Britannique arrivent au deuxième rang, tandis que le Yukon importe parfois de l'essence de l'Alaska.
  • En 2017, l'Union européenne a exporté 5 milliards de litres au pays, alors que les États-Unis ont exporté 1,2 milliard de litres d'essence au Canada. Le transport des terminaux vers les stations de vente au détail se fait presque exclusivement par camion.

Source : Le Lézard
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.